Nouvelle-Zélande: l’inquiétude grandit au sujet des 29 mineurs bloqués

RECHERCHES – Pour la première fois depuis l’accident, les autorités ont évoqué la possibilité de leur décès…

Les espoirs s’amenuisent pour les 29 mineurs bloqués sous terre en Nouvelle-Zélande depuis vendredi après-midi. En raison du risque d’explosion dû à la présence de gaz toxiques, les responsables des secours ont indiqué à la presse que leurs équipes ne pourraient sans doute pas pénétrer avant mardi dans la mine de charbon.

Il faudra attendre encore 12 heures au moins pour effectuer des tests sur la présence de gaz, qui se dissipent très lentement.
Une heure de réserves d’oxygène

Pour la première fois depuis l’accident, les autorités ont évoqué la possibilité du décès des mineurs, avec lesquels aucun contact n’a pu être établi. Les sauveteurs jugent possible que les 29 mineurs aient pu trouver une poche d’air, mais on ignore s’ils disposent de nourriture et d’eau en quantités suffisantes. Leurs réserves initiales en oxygène n’excèdent pas une durée d’une heure environ.

La mine exploitée par la compagnie Pike River Coal est située sur la côte ouest de l’Ile du Sud, à 200 km au sud-ouest de Wellington. Deux mineurs ayant réussi à s’extirper de la mine ont été hospitalisés pour des blessures sans gravité.

La dernière catastrophe minière de grande ampleur en Nouvelle-Zélande remonte à 1967, année où 19 mineurs avaient été tués dans l’explosion d’une mine de charbon dans la même région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *