« Au cours des années 90, le milliardaire philanthrope Laurance S. Rockefeller (1910-2004) avait été le mécène de divers programmes en relation avec les Ovnis. C’est ce qu’on a par la suite appelé l’Initiative Rockefeller. Il ne s’agissait pas seulement d’un simple financement, car Rockefeller s’était investi personnellement, avec son avocat Henry Diamond, pour tenter de mettre la pression sur Bill Clinton du temps où il occupait la Maison-Blanche. »

Antonio Huneeus, auteur de cet article publié sur OpenMinds.tv, a étroitement collaboré à l’un des programmes Rockefeller, qui se conclut en Décembre 1995 par l’édition d’un rapport titré : « Unidentified Flying Objects Briefing Document – The Best Available Evidence« . Il explique : « Le programme fut coordonné par Marie Galbraith, veuve du banquier Evan Galbraith, qui fut l’ambassadeur américain en France sous l’administration Reagan.

Don Berliner, qui a signé le rapport, était alors journaliste aéronautique et un ufologue de longue date. Il avait fait partie du NICAP (National Investigations Committee on Aerial Phenomena) dans les années soixante, puis du FUFOR (Fund for UFO Research), qu’il préside actuellement.

Antonio Huneeus poursuit : « A l’été 1995, je fus associé au programme par Marie Galbraith et Sandy S. Wright (de la Fondation BSW), afin de contribuer à l’assemblage du document. J’avais préconisé que la partie consacrée à l’international du rapport soit augmentée, ce qui m’a permis d’y inclure des affaires concernant la Russie, l’Espagne et le Canada; j’ai également contribué aux chapitres traitant du Brésil, de la Belgique et la France, à partir des documents dans leurs langues d’origine.

De nombreuses autres personnes et des institutions ont également contribué à l’élaboration du rapport, dont la SOBEPS (Société belge d’étude des phénomènes spatiaux), et le bureau Ovni officiel au sein de l’agence spatiale française, le CNES (le SEPRA, devenu le GEIPAN). Les droits de reproduction du ‘Briefing Document’ furent accordés à la Coalition de recherches ufologiques formée des trois principales organisations américaines, le CUFOS (Center for UFO Studies), le FUFOR et le MUFON (Mutual UFO Network).

Le document était accompagné d’une lettre de recommandation, datée du 15 décembre 1995, signée par les responsables des trois groupes de la Coalition : le Dr. Mark Rodeghier pour le CUFOS, Richard Hall pour le FUFOR, et Walter Andrus pour le MUFON.

L’édition originale fut tirée à mille exemplaires, principalement destinés à des personnalités sélectionnées aux Etats-Unis et à l’étranger. Le 29 février 1996, Laurance Rockefeller adressa un exemplaire du ‘Briefing Document’ au Dr. John Gibbons, conseiller de la Maison-Blanche pour les Sciences & Technologies.

Dans sa lettre d’accompagnement (obtenue grâce au FOIA parmi de nombreux documents qui concernent l’Initiative Rockefeller sur les Ovnis), le philanthrope écrivait : « J’ai financé ce rapport parce qu’il me semblait utile de rassembler les meilleures preuves sur les manifestations Ovnis, sous forme de témoignages individuels, de déclarations officielles, et d’approches scientifiques. Bien que je n’approuve pas nécessairement tous les éléments ou les conclusions présentés ici, je pense que les preuves qui sont apportées justifient que ce sujet soit examiné scientifiquement de manière rigoureuse. Dans ce but, je souhaite que notre gouvernement, ainsi que d’autres gouvernements, et les Nations-Unies, puissent coopérer afin que toute information dont ils disposent soit rendue publique.«

Malheureusement, le succès et l’impact du ‘Briefing Document’ fut assez limité dans la sphère politique. La plupart des gens, et les journalistes, semblaient davantage intéressés d’apprendre que Rockefeller l’avait financé et s’intéressait aux Ovnis, que par le contenu du rapport et ses implications politiques, militaires, et scientifiques. On notera toutefois une exception avec la France.

Du fait que Marie Galbraith avait eu à Paris de nombreux contacts, socialement et politiquement – en tant qu’épouse de l’ambassadeur américain – plusieurs exemplaires furent distribués dans ce pays, notamment au Président Jacques Chirac et à des personnalités du CNES. Le Briefing Document servit alors en quelque sorte de modèle à un rapport préparé par d’anciens hauts responsables militaires, officiers de renseignement et scientifiques français, qui avaient formé un groupe d’études nommé COMETA (COMité d’ÉTudes Approfondies). Leurs travaux menèrent à la publication en 1999 du fameux rapport : « Les Ovnis & la Défense : A quoi doit-on se préparer ? »

Les auteurs du Rapport COMETA ne tarissaient pas d’éloges pour le ‘Briefing Document’ et envers Mme Galbraith en particulier. Ils écrivaient en 1999 : « Ces 3 dernières années, les trois principales associations ufologiques ont été rassemblées pour mener un travail en commun par une personnalité américaine de premier plan, Marie Galbraith. Elle est l’épouse de Evan Griffith Galbraith, qui fut ambassadeur des Etats-Unis en France de 1981 à 1985. Elle connaît donc bien notre pays et notre langue pour avoir résidé avenue Gabriel. Soutenue moralement et financièrement par Laurance Rockefeller, frère du célèbre David Rockefeller, elle a parcouru le monde pour connaître les principaux scientifiques s’intéressant aux OVNI et recueillir les meilleurs cas.

Elle a ensuite dirigé la rédaction d’un ouvrage clair et documenté intitulé « Unidentified Flying Objects, Briefing Document, the best available évidence », avalisé en décembre 1995 par les présidents des 3 associations CUFOS, FUFOR et MUFON. Elle a fait parvenir cet ouvrage à plus de mille personnalités du monde entier, et notamment à un grand nombre de parlementaires américains.

Son but est d’obtenir du gouvernement américain, ainsi qu’éventuellement d’autres gouvernements, une levée du secret pesant sur les OVNI. Pour les rédacteurs de l’ouvrage, ce secret est essentiellement d’origine militaire : la nation qui saura reproduire la première les caractéristiques exceptionnelles des OVNI dominera le monde; le secret était justifié du temps de la guerre froide. Il ne l’est plus maintenant, étant données les percées scientifiques et techniques, utiles à l’humanité, qu’on peut attendre de l’étude des OVNI. »


Il n’est donc pas surprenant qu’une traduction française du « UFO Briefing Document » fut publiée en 2005 par les Editions du Rocher sous le titre : « OVNI: Document de synthèse« . La 4ème de couverture explique que c’est ‘le pendant et le complément américain’ du Rapport Cometa en France. »

Le Briefing Document reçut également un accueil favorable au Chili. Vers la fin des années 90, j’avais remis un exemplaire à l’ancien responsable des Forces aériennes, le Général Ramón Vega, alors qu’il était devenu sénateur.

Il cherchait alors à rassembler des preuves pour convaincre le gouvernement chilien de mener sa propre enquête sur les Ovnis. Les circonstances étaient donc favorables.

De fait, fin 1998, le gouvernement a officiellement formé le groupement du CEFAA (Committee for the Study of Aerial Anomalous Phenomena), qui est rattaché à l’agence de l’Aviation civile du Chili et présidée par le Général de l’Air Force Ricardo Bermúdez. (Il a récemment contribué à l’ouvrage de Leslie Kean, publié en août 2010).

Le ‘UFO Briefing Document’ fut enfin publié en 2000 par l’éditeur Dell, dans le cadre d’une collection d’ouvrages sur le paranormal intitulée « Whitley Strieber’s Hidden Agendas ». Le document est assorti d’une introduction rédigée par Strieber. A l’époque, Joe Firmage l’avait aussi publié sur le web. Firmage est un homme d’affaires influent dans le milieu informatique, qui avait animé le groupe ufologique « International Space Sciences Organization ». Firmage a connu par la suite des difficultés au moment de l’explosion de la bulle internet, mais le document fut préservé par TheWayBackMachine et publié de nouveau sur biobliotecapleyades.net. Mais chaque affaire y est présentée en sous-chapitres. C’est pourquoi Open Minds a demandé et obtenu la permission des membres de la Coalition de publier le UFO Briefing Document au format pdf que chacun peut maintenant librement télécharger. » – Source

Rappel : Hillary Clinton & l’Initiative Laurance Rockefeller


1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here