561271cec4618884238b45c4Les ministres du commerce des pays d’Asie-Pacifique sont arrivés à un compromis sur un traité de libre-échange qui vise à détruire les barrières au commerce et à établir des standards communs pour 12 pays, annonce l’agence Reuters.

L’accord a été signé au terme de neuf jours de négociations, qui se sont déroulés dans une atmosphère de grand secret. Le round final des pourparlers, qui a été particulièrement difficile et a nécessité une prolongation au-delà de la date butoir de dimanche, s’est tenu à Atlanta, aux Etats-Unis.

Le plus grand frein à la conclusion de cet accord furent les divergences entre l’Australie et les Etats-Unis sur la durée de la propriété intellectuelle des brevets concernant les nouveaux médicaments issus des biotechnologies.

Une autre question épineuse a été celle des importations laitières. Un grave problème pour le Canada, où cette industrie traditionnelle pourrait être menacée par la concurrence. Mais ce nouvel accord comprend néanmoins d’importantes concessions concernant les importations laitières, a révélé CBC News.

 

Le président américain Barack Obama a déjà confirmé la signature de l’accord sur le Partenariat Trans-Pacifique, en estimant qu’il allait «uniformisera les règles du jeu pour nos producteurs».

«Nous ne pouvons pas permettre à des pays comme la Chine de dicter les règles du commerce international. Ce sont nous qui devons écrire ces règles», peut-on lire dans la déclaration officielle de Barack Obama diffusée cet après-midi.

En savoir plus : TTIP : et si l’affaire Volkswagen affaiblissait l’Europe dans ses négociations avec les Etats-Unis ?

Les pays signataires du nouveau traité sont les Etats-Unis, l’Australie, le Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, le Singapour et le Vietnam.

Le Partenariat Trans-Pacifique, négocié depuis cinq ans, constitue donc 40% de l’économie mondiale.

Partenariat trans-pacifique

Les exportations des Etats-Unis vers les pays de ce groupe ont atteint 698 milliards de dollars (621 milliards d’euros), ce qui équivaut à 44% de toutes les exportations américaines, peut-on lire sur le site de l’organisation.

L’accord sera soumis à l’examen du Congrès des Etats-Unis au début de l’année prochaine.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here