pétrole et gaz c’est la surabondance qui se profile

Paris, Vendredi 09 mars 2012

Révolutions dans le pétrole

Non, ne vendez pas tout de suite votre Range Rover, pas avant d’avoir lu ces quelques lignes. Depuis maintenant plusieurs années, le secteur du pétrole est sous haute tension. La flambée des prix du pétrole que nous avons tous subi en 2008 nous avait donné un avant-goût de ce qui pouvait nous attendre.

A 150 $ le baril, le litre de super était monté à 1,49 euro le litre. Nombreux alors ont été les automobilistes à investir dans une carte de bus pour laisser leur voiture bien au chaud dans le garage.

Pourtant, la tendance est peut-être en train de s’inverser. La révolution du gaz de schiste, qui bouleverse l’économie gazière aux Etats-Unis, pourrait se propager au secteur du pétrole.

En tant qu’investisseur sur les matières premières, il est rare d’assister à deux révolutions aussi profondes. Il serait surtout impardonnable de passer à côté.

Une avancée technologique à la base de tout
En effet, la révolution des gaz de schiste est en train de transformer le paysage énergétique. En quelques mots, la révolution des gaz de schiste a été permise par deux percées technologiques :

– Le forage horizontal
Ce forage permet de procéder à une multitude de forages horizontaux à partir d’un même puits.

– La fracturation hydraulique
Grâce à la fracturation de la roche, d’importantes quantités d’hydrocarbures peuvent être désormais libérées.

Les gaz de schiste montrent la voie
Grâce à ces technologies, la production de gaz aux Etats-Unis a été multipliée par 12 ! Ce tsunami gazier a ainsi contribué à noyer un marché du gaz américain qui se préparait il n’y a pas si longtemps à affronter une situation de pénurie.

__________________________
66% de Français se trompent lourdement sur leur avenir financier…
… et cette erreur pourrait leur coûter TRES CHER

En faites-vous partie ?

Continuez votre lecture pour tout savoir…

__________________________
Ainsi sur le Henry Hub, le marché spot du gaz américain, le prix a été divisé quasiment par quatre en quatre ans. En 2008, le MBTU, l’unité de mesure du gaz, cotait autour de 8 $. Désormais, il faut compter moins de 3 $ pour une unité. Le plus exceptionnel, c’est que cette abondance est probablement en train de relever l’industrie américaine.

La reprise américaine gazéifiée
Les Echos titraient en février : « la compétitivité de l’industrie américaine relancée par la production de gaz de schiste ». En effet, la faiblesse des prix du gaz permet aux Etats-Unis de baisser de 6% le coût du travail comparé à la Zone euro, et de 12% vis-à-vis du Japon, selon Natixis.

De même, alors que les prix du charbon ont augmenté aux Etats-Unis, les utilities se tournent désormais vers le gaz pour produire de l’électricité à bas coût. Le cas du gaz est donc une panacée pour les industriels américains.

Mais si le président américain est allé jusqu’à promouvoir le transport à base de gaz, les marchés dépendants du pétrole, comme l’automobile, ne devraient pas eux aussi évoluer fondamentalement. Pourquoi ?

Parce que le pétrole devrait connaître la même transformation dans les années à venir.

Le pétrole s’engouffre dans la brèche
Mêmes causes, mêmes effets. Pour la première fois depuis le début des années 1990, la production de pétrole est en train de remonter. En cause, le forage horizontal et la fracturation hydraulique.

Le pétrole relocalise
Ces nouvelles techniques sont en train de révolutionner des Etats américains qui jusque-là avaient orienté leur économie dans un tout autre sens. C’est le cas notamment des Etats situés autour du gisement de Barnett, à cheval sur les Etats du Dakota du Nord, du Michigan, et de la province du Saskatchewan. Dans le sol, 400 milliards de barils attendent patiemment, soit théoriquement 18 ans de consommation américaine.

De manière globale, la production de pétrole pourrait ainsi augmenter de 22% entre 2010 et 2020, selon l’Agence internationale de l’énergie.
on nous a refait le coup des années 70….. des manipulateurs et des révolutionnaires cachés chez les verts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *