Sur les réseaux sociaux, on le surnomme Picasso. Armé de sa bombe de peinture, il tague les radars automatiques placés aux abords des routes de l’Ain. À chaque fois, il est acclamé par une communauté d’internautes.

Mardi, sous une photo montrant un radar d’Ambérieu-en-Bugey peinturluré, les commentaires fusent : “Pas de vacances pour les artistes”, “Quel grand artiste ce Picasso, j’adore !”, “Il doit voir nos commentaires et se péter de rire. On l’aime notre Picasso”.

Un peintre mystère

Mais qui est-il ? Personne ne le sait, pas même ceux qui l’acclament. Sous couvert de son nom d’artiste, Picasso agit dans l’ombre. Les réseaux sociaux lui permettent de se fondre dans la masse des internautes. Et pour cause : plus de 5 500 utilisateurs sur la page concernée.

Ce genre de dégradations, puni par la loi, est récurrent depuis le début de l’année, plus encore depuis le passage aux 80km/h.

Source: https://www.ledauphine.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here