Les USA demanderont à la France de lui payer les services de protection par les bases américaines qu’ils vont installer avec des troupes en permanence sur le sol français qu’il lui rend comme il le fait au Japon et ailleurs. Ce qui veut dire des milliards de dollars que la France devra payer.

Sachant ce qui se passe déjà dans les pays qui ont la base américaine :
Des drones discrets qui viennent voler et tuer leurs cibles (qui figurent sur une liste établie où on trouve des noms mélangeant terroristes, opposants politiques, écologistes, etc.).
Des témoignages d’un mondialiste inquiétant qui dit que contrairement aux autres pays, où l’esprit contestataire est minoritaire, en France, c’est l’inverse,  l’esprit rebelle est trop majoritaire.  «Les Français n’aiment pas le monde dans lequel ils vivent. Tout se passe comme si le pays était ancré dans le déni, refusant le monde réel, le changement, les réformes. »

Comme par exemple les manifestations virulentes contre la loi El Khomri, le TAFTA, la loi MACRON (source http://www.liberation.fr/debats/2016/03/23/france-la-societe-imaginaire_1441544).

La France a encore la chance d’avoir beaucoup d’associations qui surveillent et dénoncent les abus.
Cependant, ces associations sont menacés par l’ingérence Américaine qui ne se contente plus de donner des ordres à distance, mais veut installer directement ses bases sur le territoire.

Dans les manifestations on pourra voir des militaires américains côte à côte avec des militaires français pour chasser les manifestants comme ici :
TOULOUSE (Reuters) – Rémi Fraisse avait « les mains en l’air » quand il a été tué en octobre 2014 par une grenade offensive tirée par un gendarme mobile sur le site du barrage de Sivens (Tarn), a-t-on appris vendredi d’une source proche du dossier, confirmant une information de Mediapart.
Le gendarme à l’origine du tir de grenade qui a mortellement touché le militant écologiste de 21 ans a été placé le 18 mars sous le statut de témoin assisté par les juges d’instruction de Toulouse, statut qui exclut pour l’instant son renvoi devant un tribunal.
« Les récits apportés par plusieurs témoins, dont certains qui l’ont vu tomber, ont permis de reconstituer ce qu’a pu faire Rémi Fraisse les minutes avant sa mort. Ces témoins qui étaient juste à côté de lui ont déclaré qu’il avait les mains en l’air et qu’il criait aux gendarmes ’Arrêtez les tirs’ au moment où il a été touché par une grenade », a dit la source à Reuters.
« Un autre témoin, qui a été blessé cette nuit du 26 octobre 2014 par un tir de flash-ball au thorax, devant Remi Fraisse, explique que c’est peut-être ce qui a décidé le jeune homme à agir, comme s’il avait un drapeau blanc, pour demander l’arrêt des tirs », poursuit cette même source.
L’information judiciaire ouverte trois jours après la mort de Rémi Fraisse contre X pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions » a été requalifiée en « homicide involontaire ».
Pour Me Claire Dujardin, l’un des conseils de la famille de Rémi Fraisse, ces nouveaux témoignages confirment que le jeune homme était bien « pacifiste » et viennent « contredire plusieurs éléments de l’enquête ».

France-Police-Murder-Remi-Fraisse

ORDRE « DISPROPORTIONNÉ

« Cette nuit-là sur le site, il y a avait des personnes très différentes y compris des pacifistes comme Rémi. Il était donc très risqué d’envoyer des grenades offensives », souligne l’avocate qui réfute la thèse de « l’accident » avancée par la défense.
« L’ordre d’utiliser des grenades offensives était disproportionné et le gendarme a commis une faute d’imprudence dans l’exécution de cet ordre. L’instruction va se poursuivre et, nous l’espérons, va permettre de remonter la chaîne des responsabilités », a-t-elle ajouté.
L’auteur du tir de grenade avait été entendu le 14 janvier 2015 par l’Inspection générale de la gendarmerie nationale sous le régime de la garde à vue et avait été remis en liberté.
Un rapport d’enquête administrative « relative à la conduite des opérations de maintien de l’ordre » avait été rendu public début décembre 2014 par le ministère de l’Intérieur. Il ne faisait pas « ressortir de manquement aux règles juridiques et déontologiques et aux techniques enseignées au maintien de l’ordre ».
thumb-x480-1414502949Rémi Fraisse

La mort de Rémi Fraisse avait provoqué un vif émoi, entraînant la suspension du chantier de retenue d’eau puis son abandon le 6 mars 2015 par le conseil départemental du Tarn. Le même jour, le site de Sivens, occupé depuis plus d’un an par de nombreux zadistes opposés à la construction du barrage, avait été évacué.
Un nouveau projet portant sur une retenue réduite de moitié est envisagé par les pouvoirs publics et demandé par des agriculteurs pour pallier le manque de ressources en eau.
Ce « Sivens light » redimensionné suscite toujours l’opposition des associations environnementales qui appellent à un changement des pratiques agricoles pour « mieux gérer l’eau » et à une « optimisation des retenues collinaires existantes ».
(Johanna Decorse, édité par Sophie Louet)
Source http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN0WR1AA?sp=true
Enfin bon, ils vont bientôt arrêter de se fatiguer, car des robots vont être créés pour gérer les manifs à la place des policiers et militaires : http://mai68.org/spip/spip.php?article10545
Pour le moment, l’intelligence artificielle est seulement sapiens, un jour elle sera sapiens sapiens ; et, sans pitié, puisqu’on n’a jamais cherché à inventer l’amour artificiel, les robots intelligents ne nous prendrons même pas comme nous prenons des chats. Ils nous gazeront tous au Ziklon B :
http://mai68.org/spip/spip.php?article10542

Un article qui décrit ce qui se passe dans les manifs :
Mais qui c’est les casseurs et casseuses ? Témoignage de la place Bellecour
Publié le 19 octobre 2010
9 compléments
12h : j’arrive au métro hôtel de ville, afin de rejoindre la grosse manif à Saxe depuis les pentes où j’habite. Je suis un chouilla en retard, mais vu la taille des manifs en ce moment …
Je vais m’engager dans l’escalier de la bouche de métro quand mon regard tombe nez à nez avec le rideau de fer : métro fermé.
Hein ?
Stupeur : la grève des TCL aurait été finalement plus efficace que prévue ?
Je lève la tête, à la recherche de vélo’v, et tombe alors, successivement, sur :
la vision de plusieurs camions de pompiers, un peu plus loin, et sur le départ.
à côté d’eux, en me rapprochant pour trouver mon vélo’v, j’aperçois des bris de verre, ce qui me fait regarder alentours.
Les bris de verre proviennent de pans de verre d’abribus, probablement brisés lors d’affrontements.
d’ailleurs, à l’intersection des rues, juste là, je vois justement un tas de poubelles consumées, par terre. Ca sent le roussi.
levant la tête, au milieu des piéton.ne.s qui vaquent à leurs occupations l’air de rien, j’aperçois mes premiers robocops, en petits groupes. Boucliers, armures, et … flashballs dégainés, sait-on jamais …
Je prends mon vélo’v et remonte la rue de la ré en direction de Bellecour : tout le long, c’est le même paysage, d’état de siège, pour quoi ? Pour quelques jeunes mineur.e.s d’âge coupables d’avoir voulu manifester pour défendre leurs retraites ?
Bon sang, mais qui rend les manifestations dangereuses pour « les lycéen.ne.s » ? Les éventuel.le.s crétin.e.s qui casseraient toute.s seule.s des vitres d’abribus juste pour le fun ?
Dans la rue, moi, là, je ne vois que des fantassins en armure avec leurs armes dégainées … y’a juste à les orienter pour tirer. Ça me donne pas trop envie de traîner.
D’ailleurs, ça doit bien être un peu le but : effrayer le pékin qui vient manifester, en lui insinuant « regardez à cause de ces vilain.e.s CASSEURS.EUSES, ça a tout dégénéré » …
Arrivée niveau Place des Jacobins, je commence à voir un nuage de brume.
Je commence aussi à entendre des bruitages qui ne ressemblent pas uniquement à des slogans de manifs.
Alors je chope des gens qui viennent de Bellecour en ayant des tronches de manifestant.e.s (drapeaux ou autocollants divers avec eux.elles). Et je demande : « ça se passe comment Place Bellecour ? Je cherche à rejoindre la manif ».
Réponse : « très mal. Franchement, vous devriez éviter d’aller Place Bellecour ».
Du coup, je bifurque vers la guillotière, je rejoins là la manif.
En discutant un peu avec des personnes dans la manif, j’apprends que « ce matin, des CASSEURS.EUSES ont cassé des vitrines autour de Bellecour ».
J’ai pas vu les vitrines. Juste quelques vitres d’abribus, des poubelles cramées, et … les gros pots de plantes qu’il y a sur une petite place entre Terreaux et Jacobins, pas mal chahutés, certains renversés et même une plante complètement dépotée sur l’asphalte de la rue.
Là, moi, comme j’ai été lycéenne avant d’être salariée, j’ai pensé : « et merde, y’a même eu des poursuites et des esquives au milieu de ces putains de pots de plantes ».
En conclusion de ce petit voyage à Sarkoland et son état de siège, je voudrais faire remarquer :
que en 1968, il y avait carrément des barricades et des jets de pavés sur les CRS (voire de cocktails), ainsi que des voitures utilisées en plein centre ville comme matériau à barricades. A l’époque, ça ne choquait pas, cette violence là en réponse à la violence des CRS (d’ailleurs, à cette époque, c’étaient des « CRS-SS »).
Le pire qu’on ait retenu, comme vocabulaire, sur les auteurs des jets de pavés, c’était « la chienlit ».
En 1994, on a commencé à entendre parler de ces « casseurs.euses », lors du mouvement anti-SMIC jeunes.
Comme par hasard, leur prototype semblait être d’avoir un faciès de jeune issu de ces cités de périphérie, celles-là même qu’un gusse qui commande aujourd’hui à tous les flics de France dit vouloir « nettoyer au karcher ».
Nous, lycéen.ne.s du centre ville, on y a un peu cru, mais en même temps, on a aussi été un certain nombre à refuser cette division.
Puis on s’est rendu compte qu’il suffisait, au cours de ce mouvement, de dix lycéen.ne.s autour de la statue à Bellecour, en début d’après midi, pour que 100 flics chargent à grands coups de lacrymo et que bizarrement, en fin d’après midi, il y ait plein de verre cassé autour de la place.
Des jeunes blessés aussi.
Et puis la frousse pour chacun.e de se trouver pris.e là dedans demain, d’être arrêté.e juste pour avoir tenté de défendre le SMIC, juste pour être coupable d’avoir défendu son avenir …
Ou bien l’exaltation de chacun.e de tenir tête aux canons à eau, en venant pour la première fois au sitting quotidien qui se déroulait Place Bellecour, au milieu de la fumée, des robocops et du reste.
Il y avait tout ça, mais à l’époque, les CASSEURS(EUSES) ne se permettaient pas de tirer à tirs tendus.
Donc à l’époque, les blessures (et il y en a eu, certain.e.s les portent à vie), c’était aux genoux, aux jambes, etc. Parce que la consigne des baqueux à l’époque, c’était de nous faire tomber en nous frappant les jambes, pour nous cueillir ensuite.
Par exemple, une ancienne copine a un genou foireux depuis un tour place Bellecour à la mauvaise heure. Ca, elle va le garder toute sa vie.
Mais c’est pas à la tête.
Pas à l’oeil.
Ca aussi, les lycéen.ne.s qui ont morflé, physiquement, pour avoir osé sortir en cortège devant leur bahut, ils.elles vont le garder à vie, l’oeil en moins.
C’est dégueulasse, de perdre un oeil parce que les flics tirent sur des manifestant.e.s comme si c’étaient des lapins.
Bon sang, mais c’est qui, ici, les CASSEURS.EUSES ?
Alors que même parmi les manifestant.e.s et grévistes, on parle des « casseurs.euses de vitrines » comme casseurs.euses, je voudrais souligner comment on se scandalise encore à deux vitesses.
Je vais pas faire l’éloge du bris d’abribus (j’ai pas vu de vitrines brisées), mais entre une vitre brisée quelle qu’elle soit, et un oeil démoli, ben je suis désolée, y’a pas photo.
Pour moi, les CASSEURS.EUSES, c’est ces gusses surarmés que j’ai croisés ce matin dans la rue, et qui m’ont noué l’estomac parce que moi, les armes dégainées, ça me fiches les jetons, je sais pas pourquoi, je me sens en danger dans ces cas-là …
Commentaire de l’article datant de 2010
Je suis d’accord avec toi concernant la repression, mais pour ce qui est des vitrines, moi j’ai fait toute la rue Victor Hugo, et là, y’a aucune vitrine intacte. Sincerement de ce coté là, les magasins ont été défoncés. Je ne cautionne absolument pas les actions des CRS, mais disons que les « casseurs » donnent raison à leur présence, et c’est bien ça qui m’embête. Je sais pas aussi si t’as vu toutes les voitures brûlées a Hotel et a la Croix Rousse ? Moi ça m’enerve parce que les habitants et commerçants du quartier n’y sont pour rien et c’est eux qui morflent.
Les CRS sont un problème, mais les casseurs aussi. Non seulement ils décrédibilisent le mouvement que nous menons en toute pacificité, en plus ils abiment les biens de gens qui n’ont rien demandés, et ils répondent aux attaques du gouvernement et de la police, alors que la meilleure chose a faire aurait été de leur prouver que nous sommes là seulement pour manifester et prouver notre ardeur, et non pour tout casser. En plus avec le flic qui est tombé dans le coma, la repression va être d’autant plus terrible… C’est un cercle vicieux.
Evidemment, tout cela n’explique pas les tirs aux flash-ball, qui sont juste abominables.
C’est juste qu’il y a une différence entre casseurs et manifestants, et que bien souvent les deux sont amalgamés. https://rebellyon.info/Mais-qui-c-est-les-casseurs-et.html

« Il est nécessaire d’informer largement les citoyens, en particulier les collectifs, associations et syndicats, sur les dangers causés par la sulfureuse organisation appelée « LES DÉSOBÉISSANTS », fort mal nommée d’ailleurs puisque ses adeptes obéissent aveuglément à un chef suprême, le dénommé xavier renou, véritable gourou malfaisant et plausible policier infiltré dans les mouvements militants afin de les déstabiliser.
Extrêmement habile, le « chef des désobéissants » a réussi à plomber successivement les finances de Greenpeace, dont il a alors été licencié, puis du Réseau Sortir du nucléaire dont il a été évincé après diverses malversations (cf http://reseau.democratie.free.fr/JM-BROM-accuse-RENOU.pdf )

D’autre part, il a été montré comment ce prétendu « désobéissant » n’hésite pas à demander à ses adeptes de s’approcher des forces de l’ordre pour que TF1 puisse faire de belles images d’émeutes sur fond de gaz lacrymogènes (cf article de CQFD, http://reseau.democratie.free.fr/au-signal-desobeissez.jpg )

Toujours occupé à nuire, ce triste personnage a  activement participé au putsch du Réseau Sortir du nucléaire pour lequel il a recruté des administrateurs de paille (cf http://reseau.democratie.free.fr/renou-putsch-2010.pdf ). C’est ainsi que des gens jamais vus auparavant sont subitement devenus administrateurs du Réseau Sortir du nucléaire, deux d’entre eux (rémi filliau et sophie morel) étant d’ailleurs actuellement encore en place bien que mis enfin en minorité lors de l’AG de février 2015.

Au final, partout ou passent les prétendus « désobéissants » et leur chef vénéré, les luttes sont affaiblies et les grands gagnants sont les pollueurs et la police. Il est d’ailleurs assez plausible, voire probable, que le dénommé xavier renou soit lui même un policier infiltré sur le même modèle que le fameux Mark Kennedy (http://www.20minutes.fr/planete/651718-20110112-planete-mark-kennedy-espion-devenu-ecolo-embarrasse-police-britannique ), à la différence notable que ce dernier serait devenu vraiment écologiste…

Notons enfin que le « chef des désobéissant », n’hésitant pas à marchandiser la lutte contre la marchandisation,  a ouvert sur le web une boutique dite « militante » par laquelle il prétend que vous pouvez « aider les luttes » alors que, bouton paypal et transactions « sécurisées » à l’appui, vous financez son train de vie, ses nombreux voyages et ses activités nuisibles… »
trouvé sur http://stephane-lhomme.blogspot.fr/2015/06/les-desobeissants-et-leur-chef-supreme.html
La Corse est déjà inquiète à cause de la présence des sous-marins nucléaires américains venant de la base américaine de Sardaigne (Italie):
« L’officier de la Navy nous avait aussi confié une information bien alarmante. Il nous avait en effet affirmé que les militaires US effectuaient la vidange de l’eau radioactive contenue dans les réacteurs des sous-marins. »
source http://www.dissident-media.org/infonucleaire/maddalena.html

Les allemands n’apprécient déjà pas la présence des bases américaines chez eux
Des activistes allemands ont déposé une plainte contre le ministère de la Défense pour exiger la fermeture de la base américaine de Ramstein, en Rhénanie-Palatinat, centre de direction des opérations militaires des USA à l’étranger, écrit vendredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.
Wolfgang Jung, qui a servi sur cette base, estime que le contrôle des drones américains depuis le territoire allemand pour assassiner des civils au cours d’opérations secrètes contre des extrémistes est une violation des normes du droit international.­
Les organisations des droits de l’homme Amnesty International et Human Rights Watch affirment que les USA rabaissent sciemment le nombre de victimes civiles des bombardements de drones.
http://fr.ria.ru/presse_russe/20141107/202918837.html
Chez les Italiens, en Sicile, les manifestants s’en sont pris à la base américaine parce qu’elles émettaient des rayonnements électromagnétiques nocifs à cause du système de télécommunication.
http://fr.euronews.com/2013/08/10/sicile-une-manifestation-contre-une-base-americaine-degenere
La Base Américaine dangereuse pour la santé à cause des ondes
source http://www.reporterre.net/En-Italie-bataille-contre-MUOS-un :

L’armée des Etats-Unis, avec l’accord du gouvernement italien, veut installer en Sicile de nouveaux radars. Ce système MUOS est extrêmement dangereux pour la santé des riverains et sert de relais aux actions militaires des Etats-Unis. Depuis plusieurs mois, un mouvement de citoyens parvient à empêcher l’installation de ce système à haute fréquence.
Les habitants de la petite ville sicilienne de Niscemi ne désarment pas. Quelques milliers d’entre eux ont pris d’assaut la base militaire américaine toute proche vendredi. Un petit nombre a même réussi à pénétrer à l’intérieur, et à se suspendre aux immenses paraboles du système satellite installé sur cette base. Un choc frontal a eu lieu avec la police anti-émeutes. Un militaire italien a été blessé, et le procureur de la ville sicilienne de Caltagirone a ouvert une enquête. La base américaine abrite Muos, un nouveau système de télécommunications ultra-sophistiqué, mais dont les radiations, selon les habitants de Niscemi, menacent leur santé et l’environnement. http://fr.euronews.com/2013/08/10/sicile-une-manifestation-contre-une-base-americaine-degenere
et au nord de l’Italie :
« Plus de 3.000 personnes ont commencé à manifester aujourd’hui contre l’agrandissement d’une base américaine à Vicence (nord-est de l’Italie), à quelques jours de la venue du président Barack Obama en Italie pour le G8. Des pacifistes, des altermondialistes, des militants d’extrême gauche participent à la manifestation organisée par le comité « non à Molin », le nom de l’ancien aéroport où se déroulent les travaux d’agrandissement de la base.
Source http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/07/04/01011-20090704FILWWW00561-italie-manifestation-contre-une-base-us.php
Quand aux Anglais, ils n’apprécient pas de voir leurs bases américaines tuer des gens en Irak à partir de leur pays. « Une manifestation d’opposants à la guerre en Irak a rassemblé pas moins d’un millier de personnes près d’une base aérienne américaine à Fairford en Angleterre, dimanche.
Cinq personnes ont été arrêtées.Les manifestants, qui provenaient de partout au pays, ont demandé à entrer dans la base pour inspecter le site et voir s’il s’y trouvaient des armes de destruction massive; une façon pour eux de démontrer que ce n’est pas seulement l’Irak qui posséderait ce type d’armes.
Beaucoup des manifestants étaient déguisés, notamment avec des costumes ressemblant aux tenues des inspecteurs de l’ONU.  Source http://www.tvanouvelles.ca/2003/01/26/manifestation-devant-une-base-militaire-americaine
Les viols sont aussi fréquents dans les alentours des bases américaines comme en témoigne Okinawa, morceau de l’archipel du japon qui comprend 70 % des bases militaires des USA sur le territoire japonais.
source http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20121019-tensions-population-okinawa-apres-le-viol-une-japonaise-deux-soldats-america/ :
Couvre-feu général pour les 47 000 soldats américains stationnés au Japon. Le chef des forces armées américaines, le général Sam Angelella, a promis que le personnel militaire et civil recevra des formations sur les valeurs fondamentales. Une décision qui intervient après le viol d’une Japonaise par deux soldats sur l’île d’Okinawa. Pour autant, l’armée américaine n’est pas prête à quitter le Japon.
Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles
Deux soldats américains âgés de 23 ans ont été arrêtés à Okinawa pour le viol d’une jeune femme. Okinawa concentre la moitié des 47 000 soldats américains stationnés au Japon. Le nombre de viols y est plus élevé que partout ailleurs où des bases américaines sont implantées.
Mais à Okinawa, la présence militaire américaine est de plus en plus mal supportée. Des milliers de personnes ont manifesté contre le viol de cette jeune femme, mais elles s’opposent aussi au déploiement de douze avions américains à décollage vertical, après plusieurs accidents impliquant cet appareil dans le monde. »

Sans compter que des chercheurs scientifiques américains viennent d’établir que c’est à cause de la culture Française, que les pays francophones France, Belgique ont le plus de djihadistes.
http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/466667/la-francophonie-facteur-cle-de-la-radicalisation-djihadiste-selon-des-chercheurs
Traduction : La France n’est pas assez américanisé, a trop de manifestations, de grèves, des blocus partout, ils ouvrent trop leur gueule, faut la mettre en muselière.
Les USA pensent que Les Français sont trop libres de faire ce qu’ils veulent, il faut de la torture pour les éduquer comme aux USA:

« Aux USA, il est peu connu mais encore permis de frapper très durement les élèves à l’école, avec des battes en bois qui leur cause de graves lésions et séquelles. « L’enfant était tombé par terre quand il était battu. Il n’a pas pu se souvenir s’il a perdu sa conscience à cause des frappes ou de sa chute sur le sol. Il s’est souvenu seulement d’avoir repris conscience sur le sol et que plusieurs membres de l’école le regardaient de haut » https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=6USYuQcfSTU
« Les enfants peuvent aussi être placés de force dans des « camps de rééducation » où des enfants en meurent » pour en savoir plus
Liens en Anglais : http://nospank.net/classrm.htm ; http://nospank.net/floggers.htm
Des policiers jusque dans les écoles (voir la vidéo aux USA où une lycéenne noir se fait violenter par un policier appelé par son professeur en plein cours de Maths https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=C9yDUHqZfYE ou https://www.youtube.com/watch?v=sTmKTNmN4Bk)
Des élèves aux USA renvoyés juste pour non respect de vestimentaire : https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=kxXVYPo_Tz0
Les fesses de tous les élèves ont été systématiquement inspectés parce qu’ un professeur  a vu une merde par terre https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=PW8-UroiAIA
Les néo-nazis tirent dans tous les sens aux USA https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=XbNLXmD7-wE
En plus les Resto du coeur (héritage de notre célèbre Coluche contestataire national) et autres charités à la Française risquent de disparaître puisque aux USA, il est interdit de distribuer des plats aux sans-abris:
http://www.leparisien.fr/societe/floride-le-nonagenaire-risque-la-prison-pour-avoir-nourri-des-sans-abris-07-11-2014-4273301.php

Source : https://www.initiative-communiste.fr/articles/prcf/pierre-pranchere-et-lamiral-michel-debray-appellent-les-parlementaires-a-refuser-la-reintegration-totale-de-la-france-dans-lotan-et-a-sortir-de-lotan/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here