Le  communiqué de Roch Wamytan et sa proposition de  désindexer les fonctionnaires ont été plutôt mal accueillis.

Le sentiment largement partagé par nombre de calédoniens est que les solutions proposées ne suffiront pas à endiguer la vie chère et que, de ce fait, les élus cherchent à reporter la vindicte populaire sur les fonctionnaires.

Précédemment, il a été précisé que les pouvoirs publics de Nouvelle-Calédonie n’ont pratiquement aucun pouvoir sur les principales causes de la vie chère et que leur frilosité freine la recherche de solutions pérennes.

Il convient maintenant d’examiner les solutions préconisées par les institutions  afin de proposer des mesures complémentaires plus audacieuses.

Les solutions proposées par les institutions sont à compléter

Comme beaucoup l’ont remarqué, la désindexation des fonctionnaires n’est pas une solution car elle n’entraînera pas directement la baisse du coût de la vie.  En plus, les autres solutions ne sont pas satisfaisantes.

Le contrôle des prix est inefficace

Le contrôle des prix, c’est pour dire que les élus font quelque chose alors que cela ne sert strictement à rien! Les marges que se fait la grande distribution, elle se les fait en grande partie avant l’entrée des produits sur le territoire donc hors zone d’application de la réglementation des prix calédonienne et hors zone de contrôle des contrôleurs des prix calédoniens.

En effet, la grande distribution calédonienne est généralement organisée en concentration verticale regroupant des entreprises de distribution (grande surface et supermarchés), des entreprises d’importation grossistes, toutes situées en Calédonie et des centrales d’achat situés dans les pays d’achat des marchandises (Australie, Nouvelle Zélande, métropole …).

La centrale d’achat du groupe située en Australie, métropole achète un produit 100F et « revend » le produit importé à l’entreprise d’importation grossiste du groupe 300F soit avec une marge très confortable qui échappe à tout contrôle puisque cette marge n’est pas faite en Calédonie mais à l’extérieur … là où le contrôle des prix n’est pas applicable!
C’est cette marge « avant » importation que fait le groupe de distribution, qui rend le contrôle des prix totalement inefficace!

Il est question de faire intervenir l’autorité de la concurrence pour qu’elle sanctionne les pratiques anticoncurrentielles. Cette mesure risque toutefois d’être facilement contournée par la grande distribution qui achètera alors hors métropole ou rédigera les statuts de ses entreprises de manière à ne pas être en position dominante…

Des mesures fiscales timides

Les mesures fiscales (refonte de l’IRPP, taxation des plus values immobilières …) sont timides   et risquent de se heurter à des difficultés de mise en oeuvre (difficulté à contrôler les revenus non déclarés …).

Propositions complémentaires

Encourager la création de centrales d’achats de consommateurs

Les solutions pour contrer le phénomène des marges hors Nouvelle-Calédonie dans la grande distribution sont à inventer …

Il faudrait par exemple que les consommateurs se mobilisent pour créer des sortes de centrales d’achat de consommateurs qui achèteraient directement en Australie, en métropole et revendraient les produits importés à ses membres au prix coutant (prix d’achat à l’extérieur + frais de transport + taxes + frais de fonctionnement de la centrale d’achat de consommateurs …). Si l’intersyndicale veut vraiment vraiment faire bouger les choses dans ce domaine, elle pourrait initier la création de centrales d’achat de consommateurs …

Modifier la clef de répartition et les outils de rééquilibrage

Comme il l’a été maintes fois présenté, la modification de la clé de répartition  permettrait à la province Sud de faire face à l’augmentation de ses dépenses générées par  la migration vers le Grand Nouméa de personnes originaires des provinces Nord et îles.

 Il conviendrait également que l’augmentation des charges du Grand Nouméa soit prise en compte dans les autres instruments de rééquilibrage tels que le FIP (fonds intercommunal de péréquation), le FER (fonds d’électrification rurale)…

Redéfinir la structure des prix des carburants   et des services (eau, électricité et téléphone)

Ces prix impactent fortement le coût de la vie dans la mesure où ils entrent dans le coût de revient de tous les produits et services.

Or, ces prix sont largement influencés par les mesures de rééquilibrage (clé de répartition, FIP, FER) et la fiscalité (TIPP et taxes diverses pour les carburants, centimes additionnels pour les services …) qui méritent d’être redéfinis au regard de la situation actuelle du Grand Nouméa.

Conclusion

Si nos décideurs veulent vraiment apporter des solutions à la vie chère, ils devraient s’atteler à la modification de la clé de répartition et des outils de rééquilibrage. Une telle modification est, en effet, essentielle à la maîtrise des coûts, notamment en matière de services (eau, électricité…) .

La refonte de la structure des prix des services et carburants est d’autant plus nécessaire que le prix des produits importés et notamment du carburant, risque de flamber dans les mois qui viennent en raison de la chute de l’euro et des tensions au Moyen Orient.

Enfin, réformer la structure des prix des services (eau, électricité…)   et des carburants permettrait également de dynamiser la production locale afin de la rendre plus compétitive que les importations.

Gouverner, c’est prévoir!

3 COMMENTS

  1. La lutte contre la vie chère de l’intersyndicale a été flinguée par la proposition Wamytan de désindexer les fonctionnaires.

    Joli coup de la part de Wamytan, c’est honteux de voir le syndicat des fonctionnaires manifester contre la vie chère avec ses cohortes d’employés grassement payés contribuant à la cherté de la vie.

    Wamytan a cassé le mouvement contre la vie chère, les fonctionnaires vont battre en retraite et se la jouer discret en espérant qu’on ne reparle plus de la désindexation.

  2. Dans leur tête, les calédoniens sont toujours restés les dociles ressortissants d’une colonie pénitentiaire qui courbent l’échine au moindre froncement de sourcils des autorités … alors qu’ils devraient jeter des tomates pourries à ces élus incapables !

    Ils n’ont pas encore compris que l’heure est grave et que la crise de l’euro va aller en s’accélérant après les élections législatives … le fait que François Hollande, le président qui veut retirer nos soldats d’Afghanistan, évoque la nécessité d’une intervention militaire en Syrie, devrait pourtant les alarmer … rien de mieux qu’une bonne guerre pour masquer les conséquences d’une crise économique!

    Et pour nous, ill est à craindre que l’ incompétence des Wamytan et consorts ne conduise la Calédonie dans le mur à la suite de la future déconfiture de la France …

  3. « Les solutions proposées par les institutions »

    Heu, depuis quand une commission composé exclusivement d’élus et de syndicalistes est une « institution » ?????

    Y a des trucs qui me dépassent, des mots et des situations ubuesques qui sont juste surréalistes, mais bon c’est as grave…!!!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here