Quand un avion rencontre un requin volant

Une belle frayeur pour ce pilote de ligne. Alors qu’il s’apprêtait à atterrir à l’aéroport international de Christchurch en Nouvelle-Zélande, il s’est retrouvé face à un requin volant.

C’est à plus de 600 mètres d’altitude que ce pilote a cru halluciner. Appelant la tour de contrôle de l’aéroport international de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, pour signaler… un requin volant.

Ce qui est arrivé à ce pilote de la compagnie aérienne Air New Zealand, n’est pas le premier incident de ce genre. Et pour cause, le requin est en réalité gonflé à l’hélium et télécommandé. Ainsi, c’est dans le ciel d’Auckland et de Riverton dans le sud du pays, que les policiers ont du faire face à plusieurs rapports de ce genre, selon Stuff.

Le ballon gonflable en forme de requin ressemble beaucoup aux bouées achetées pour aller à la plage. Et il n’est pas surprenant que le pilote ait eu une petite frayeur. En réalité, c’est l’œuvre d’un étudiant de 19 ans à l’université de Stanford. Ce jouet est devenu le « must have » à Noël, depuis sa sortie en juillet dernier.

Mais pas de panique, plus de frayeur que de mal, puisque l’hélium contenu dans le requin est un gaz inerte qui ne peut pas causer de dommages. Même s’il se retrouve emporté dans un des réacteurs, ce dernier continuera de fonctionner explique Glen Kenny, le président de l’association des pilotes de New Zealand Air, « le réacteur ne s’arrêterait probablement pas, mais ferait un minimum de dégâts. Le plus grand danger devrait être la surprise du pilote ». Il a rajouté que les ballons de fête égarés sont davantage considérés comme un danger aérien aux Etats-Unis, par exemple. Mais il espère que le bon sens prendra le dessus et empêchera les gens d’essayer le jouet en extérieur.

Monica Davis, une porte-parole du contrôle des trafics aériens a déclaré que le pilote a reporté le requin et sa location dans le ciel, comme étant à neuf kilomètres de l’aéroport, à 14h le 26 décembre. Mais aucun autre avion ne l’a signalé. Elle a précisé, qu’il n’avait pas encore été décidé de déclarer l’apparition comme un incident aérien.

Le requin gonflable pourrait appartenir à une famille résidant à Hamilton, Feilding ou dans l’une de deux maisons situées à Christchurch.

Le jouet mesure 1,44 mètres de longueur et porte sur son ventre un émetteur qui lui permet d’être télécommandé jusqu’à quinze mètres de distance. Mais le fabriquant de ce requin volant à 99 dollars – soit 77 euros – précise toutefois, qu’il est destiné à un usage strictement domestique et qu’il ne faut pas l’activer dehors, près de l’eau ou avec des enfants de moins de trois ans. Et qu’effectivement, il suffit d’un peu de vent pour que le poisson s’envole et que l’émetteur ne soit plus contrôlable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *