Nous avons posé cette question aux Politiques de tous bords :

observeur.nc :
« Suite a la levée du nouveau drapeau, que pensez vous des réactions qu’on a pu observer depuis en Nouvelle Calédonie ? »

Voici les réponses que nous avons reçues par email :

Didier Leroux :
Votre question est mal posée. Ce n’est pas « la levée du nouveau drapeau », mais c’est « la levée des deux drapeaux ».
Pour moi, l’un ne va pas sans l’autre…
Ma conception du destin commun n’est pas angélique…
C’est bien de commencer par officialiser cette reconnaissance mutuelle, car il faudra du temps pour que tout le monde se mette d’accord sur un drapeau qui rassemblerait toute la population.
Peut-être plus d’une génération ! Pour moi la levée de ces deux drapeaux, c’est l’espoir de n’avoir à en descendre aucun… Je n’aime pas ce qui est excessif.

J’ai salué l’initiative de Pierre Frogier, car elle me paraît aller dans le bon sens dans la mesure où elle est de nature à faciliter les discussions qui doivent s’engager sur l’avenir. Les réactions auxquelles nous avons assisté sont à mon avis de trois types : Il y a les réactions de politiciens qui essayent de surfer à des fins électoralistes sur la vague d’étonnement ou de mécontentement que soulève cet événement.
Il y a ceux qui se veulent progressistes et qui, « au nom du destin commun » défendent à tout prix l’idée d’un drapeau sur lequel tout le monde serait d’accord !
Il y a enfin les réactionnaires primaires et racistes qui n’ont pas encore compris (ou qui font semblant d’oublier) qu’il y avait des  kanak en Calédonie avant l’arrivée de la France et qu’on ne peut pas faire sans eux.
Les politiciens manipulent les « progressistes », et entretiennent leur mécontentement dans les blogs, mais le risque c’est qu’ils passent tous pour des réactionnaires… car il est difficile de communiquer sur des nuances.


Corine David (L’avenir ensemble)
Beaucoup d’émotions constatées et contrastées de part et d’autre et c’est tout à fait légitime.
Deux légitimités côte à côte flottant,cela ne me choque pas si c’est pour construire ensemble un futur partagé et un futur respectueux des sensibilités,si c’est réfléchir à un statut novateur du type iles cook ou porto rico oui.
Sinon le geste n’a plus de sens politique. On ne doit pas à mon sens faire de l’électoralisme ni de triomphalisme et encore moins faire peur aux populations.
Je crois plus ici en la force du dialogue,les symboles ne doivent qu’illustrer cette volonté de dialogue et de chemin à batir ensemble.

Pascal Vittori (L’avenir ensemble)
La levée des deux drapeaux, le tricolore et drapeau Kanak cristallise les passions ! pourquoi ? Parce que le drapeau Kanak rappelle la revendication indépendantiste, il rappelle un choix de lutte armée qui a été faite à une époque et qui a meurtri toute la Calédonie dans les deux camps.
Et donc, forcément, c’est quelque chose de sensible. La blessure est toujours là et elle prend du temps à se refermer.
Maintenant, depuis les évènements, les choses ont évolué, les esprits aussi, et le fait de reconnaître ce drapeau, de le monter à côté du drapeau français, aujourd’hui, c’est une reconnaissance, à la fois de l’identité kanake, de la culture kanake, de l’appartenance géographique de la Nouvelle-Calédonie à la région Pacifique, mais c’est une reconnaissance mutuelle. C’est-à-dire que c’est aussi la reconnaissance par les indépendantistes et par les petits pays insulaires du Pacifique de la place de la France en Nouvelle-Calédonie. La France, comme pays défenseur des droits de l’homme, et la France comme grande puissance internationale, adossée à l’Europe, et qui permet de contrebalancer, par exemple, l’influence de la Chine dans le Pacifique. Et c’est pour ça qu’au comité des signataires, a été décidé l’envoi d’une délégation, avec un représentant de chaque signataire, qui va aller dans les différents pays du Pacifique, surtout les pays mélanésiens, pour leur expliquer que l’on s’est mis d’accord, que l’on est en train de construire un avenir partagé, et éviter que l’on ait systématiquement des visites qui sont un peu difficiles à accepter, parce qu’on vient nous ausculter, pour voir si on se comporte bien ou pas. Donc, on va aller leur dire qu’on est d’accord pour négocier l’avenir, que les choses se passent bien en Nouvelle-Calédonie, qu’on vit en démocratie et qu’on va trouver des solutions ensemble.
Pourquoi on en est arrivé là ? C’est vrai que Pierre Frogier a fait cette proposition, mais elle n’a pas été sortie comme ça d’un chapeau.
C’est une suite logique, c’est un aboutissement des discussions qui ont eu lieu, qui étaient menées par Déwé Gorodey au Gouvernement avec un groupe de travail dans lequel on retrouvait les Vietnamiens, les Wallisiens, les Kanaks, la Fondation des pionniers, etc., etc. Ils se sont mis d’accord sur l’hymne, sur la devise et sur le graphisme des billets de banque. Et puis sur le drapeau, ils en sont arrivés au constat qu’on ne pouvait plus évoluer. On ne pouvait plus avancer, parce que les indépendantistes nous disaient : écoutez nous, on n’arrive pas à faire accepter par notre base le fait qu’on puisse adopter un autre drapeau.
Ils sont trop habitués, aujourd’hui, à ce drapeau pour pouvoir changer de drapeau. Et ça, c’est quand on était au Gouvernement avec Harold Martin, donc, de 2007 à 2009. Et à l’époque, les indépendantistes nous ont demandé, pour le 24 septembre, la fête de la citoyenneté, à deux reprises, de monter les deux drapeaux, c’est-à-dire le drapeau bleu blanc rouge et le drapeau Kanak. Voilà, on en est arrivé au constat que de toute façon, on n’arrive pas à se mettre d’accord sur le drapeau. Donc, la proposition de Pierre Frogier a cet avantage-là, c’est que ça permet de continuer à avancer, de continuer à discuter sur l’avenir, et ça ouvre les négociations.
Cette proposition des deux drapeaux va nous permettre de préparer le référendum de sortie de l’Accord de Nouméa en 2014. Nous, à l’avenir ensemble, c’est ce qu’on souhaite depuis longtemps, nous avions dit dans notre programme en 2009 : « Un référendum pour ou contre l’indépendance serait dangereux pour la paix et diviserait la population.
Parce que nous sommes sérieux et responsables, nous désirons que tous les Calédoniens se retrouvent autour d’une solution négociée avec les indépendantistes ». C’est exactement ce que nous sommes en train de faire.
Il va y avoir un comité de pilotage qui va être mis en place, qui va se réunir tous les trois mois, avec les signataires de l’Accord de Nouméa, élargi aux différents groupes politiques, et petit à petit, on va avancer, accompagné par des experts métropolitains mais aussi étrangers, sur des solutions juridiques qui nous permettront de nous positionner en 2014, et nous, ce que nous souhaitons, bien sûr, c’est qu’on puisse continuer à vivre ici, en paix, avec un lien fort avec la France.
Cette proposition des deux drapeaux a également eu l’avantage par cette reconnaissance mutuelle, dont j’ai parlé de détendre les relations entre les indépendantistes et l’Etat et entre les indépendantistes et les non indépendantistes. Par exemple, j’ai pu constater deux symboles forts durant ce comité des signataires : à un moment, j’ai entendu Rock Wamytan, en plein comité des signataires, devant tous les signataires, devant la ministre de l’Outre-mer, dire : écoutez, le drapeau français, il est arrivé là.
Nos vieux ne savaient pas très bien ce que c’était qu’un drapeau, ils l’ont accepté. Maintenant, il est là, il a été accepté par nos vieux, eh bien, il faut faire avec. Voilà. Eh bien moi, je n’avais pas entendu ça dans la bouche de Rock Wamytan jusqu’à présent, c’est quand même quelque chose de très important. Deuxième acte fort : la coutume a été faite au président de la République, non pas par un non-indépendantiste comme ça se faisait jusqu’à présent.
Au dernier comité des signataires en 2008, c’est Maurice Ponga qui a fait la coutume au président de la République. Là, cette fois, c’est le président du sénat coutumier, membre de la délégation UC, qui fait une coutume au président de la République. Par la suite à Nouméa, au Congrès, au moment du vote sur les signes identitaires, Rock Wamitan parle même de trouver une nouvelle relation apaisée avec la France et tout dernièrement, à l’occasion de installation officielle à la tête de l’institution, le président du Sénat coutumier déclare : « depuis la levée des deux drapeaux, on ne considère plus les gens d’en face comme des colonisateurs mais comme des enfants adoptifs ». Tout ceci me fait dire qu’aujourd’hui, les relations, ont changé. Elles ont changé entre les signataires et elles ont changé entre les indépendantistes et l’État.
Alors encore une fois, je comprends l’émotion provoquée par cette levée des deux drapeaux, et je suis favorable à la constitution de ces collectifs qui souhaitent proposer un drapeau commun.
Leur proposition servira le jour ou nous serons en mesure de négocier ce drapeau commun. Les deux drapeaux, c’est une étape obligée qui n’interdit pas quand le moment sera venu de négocier un drapeau commun.
Il faut cependant se méfier de ne pas au travers de ces discussions très sensibles, réveiller les extrémismes de tous bords ça pourrait être très dangereux pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie.

16 COMMENTS

  1. tout à fait d'accord avec didier leroux

    à l'annonce de frogier, j'ai d'abord été choqué !

    mais en effet il y avait des kanak en Calédonie avant l’arrivée de la France,

    et on ne peut pas faire sans eux, on doit faire avec eux.

    au vu des réactions de certains kanaks modérés, c'est positif, cette reconnaissance MUTUELLE était indispensable.

    il faudra beaucoup trop de temps pour que tout le monde se mette d’accord sur un drapeau commun, je ne sais même pas si c'est vraiment nécessaire !

    les 2 drapeaux, c'est pas si mal finalement = personne ne perd la face, personne ne renonce à son identité, mais chacun reconnait l'autre

  2. Ce qui m'inquiète sur cet acte là, ça n'est pas le présent mais bien le futur!

    J'ai bien noté un changement de comportement de Rock Wamytan vis à vis de la France et du drapeau bleu, blanc, rouge. J'ai aussi pris note des mots prononcés par le Président du Sénat coutumier quand il dit "Depuis la levée des deux drapeaux, on ne considère plus les gens d'en face comme des colonisateurs mais comme des enfants adoptifs". Je note aussi la levée du drapeau Français à Ouvéa (Pas si simple que ça d'ailleurs!)Ce sont là effectivement des actes forts.

    Mais je note aussi que Kotra Uregei, celui là même qui faisait partie de la "hola" lors de la levée des deux drapeaux au Sénat coutumier, n'a pas fait dans la demie mesure pour "SALUER TOUTE LE KANAKY" en direct à la TV lors de l'émission "FAUT QU'ON SE PARLE" il n'a pas pris de gants non plus pour accuser, toujours en direct, d'actes racistes des cas rares et isolés.

    Je note également sur tout le territoire les dissensions assez récentes entre les clans, les tribus, les chefferies, qui se traduisent souvent par des violences et je me dis que là aussi il y a longtemps il y a dû avoir des "PAROLES DONNéES"

    Je note encore, que Personne chez les indépendantistes ne s'avance pour mettre en place un dispositif kanak efficace pour enrayer les actes violents des jeunes kanaks entre eux mais aussi envers les non kanaks! Il y a beaucoup à faire pour éduquer, et apprendre à se comporter comme un vrai citoyen.

    Donc voilà! Je ne vais pas développer davantage même si il y a matière à.

    Je voulais simplement partager en gros mon point de vue et dire qu'il faut savoir accepter et prendre tout ce qui va dans le sens de l'apaisement mais qu'il faudra rester très vigilant, parce que ce ne sera pas aussi simple qu'on pourrait le croire.

  3. Pour rebondir sur les propos de M LEROUX, je ne crois pas que le fait d'être attaché à un drapeau (en l'occurence le drapeau tricolore ) soit une preuve de "racisme…" ou de xénophobie, sauf si elle se manifeste de façon excessive en niant l'existence de l'autre. Le fait est qu'à un drapeau sont attachés des valeurs, un certain schéma de société et que donc la levée de ces deux drapeaux est tout sauf anodin.

    Ce qui me parait choquant c'est que l'on affirme de façon angélique qu'avec la levée de ces deux drapeaux on ait voulu reconnaitre l'identité Kanak. Quid de la légitimité de ce drapeau comme symbole de l'identité Kanak ? D'aucuns tel M. WAMYTAN ont justifié le bien fondé des couleurs choisi pour ce drapeau pour justifier sa légitimité mais…il n'en demeure pas moins qu'il est d'abord le drapeau d'un parti politique .

    Il ne faudrait pas que M.LEROUX oublie qu'en terme de "racisme…" et autres xénophobies, les couleurs importent peu. Elles ne sont ni uniquement blanches , ni uniquement noires. Et que négocier n'est pas capituler ! Le respect réciproque est aussi à ce prix et il ne peut se construire que sur l'honneur (le respect de la parole donnée ) , la probité ( l'honnêté ) , et l'acceptation (sans faux semblants et non dits ) de la différence de l'autre.

    Encore une fois la clé de cette problématique réside essentiellement dans le système éducatif qui demeure , on l'oublie beaucoup un lieu de socialisation , et de rencontre entre les communautés. Tout dependra des valeurs que l'on voudra promouvoir dans notre système éducatif….

  4. Aller dans le "sens de l'apaisement", oui moi aussi je suis pour, mais pas pour aller du même coup dans celui du renoncement à la "munichoise". Je note avec intérêt que madame David prône pour la NC un statut identique à celui de Porto Rico. Elle est donc indépendantiste. C'est une information importante.

  5. Bonjour,

    Une fois de plus les politiques font n'importe quoi et ne comprennent rien à rien.Cette inculture cela devient autant gênant qu'indécent à la fin.
    Premièrement vraisemblablement 40% des Mélanésiens sont contre l'indépendance.Mais nos politiques, plus intelligents que les autres ont décidés que TOUS les Mélanésiens sont derrière le drapeau FLNKS indépendantiste. Bravo…C'est du racisme à l'envers…
    Vous avez utilisé les Marocains pour combattre les Mélanésiens, vous avez favorisé l immigration des Wallisiens pour contrebalancer la natalité Mélanésienne..et la vous avez éclipsé tous les mélanésiens dont les pères se sont battus pour la France en 39-45…Bravo…Bien joué…Vous êtes aussi très forts pour vous réinventer un passé qui n a pas existé dans le seul but politique de créer des tensions qui remobiliseront un électorat fatigué de vos magouilles..Aller, jouez avec le feu..celui ou celle qui se prendra une balle à cause de ces deux drapeaux cote à cote..passera par pertes et profits..votre vanité électoraliste vaut bien un mort ou deux..non???

  6. depuis la levée des 2 drapeaux j'ai constaté un regain de tension, dans toutes les couches de la population. Pour ou contre peu importe il y a plus urgent comme par exemple remanier le système éducatif parental et scolaire revoir ou dépoussiérer le code pénal et surtout trouver une solution pour que la population se sente en sécurité contre la montée de violence incontestable de ces derniers mois. Faite un tour dans les quartiers, vous verrez des barreaux aux fen^tres des grands murs qui entourent les maisons j'ai l'impression que c'est la population qui s'emprisonne même dans les voitures on se barricade c'est le monde à l'envers et je ne parle pas des insultes et autres noms d'oiseaux qui fusent pour un oui ou un non Allez Messieurs et Mesdames que nous avons élus pensez moins aux prochaines échéances électorales ou à préserver vos petits privilèges mettez de coté vos égos faites preuve de prévoyance pour le bien être et la sécurité de TOUS sans distinction de couleur de peau ou de religion n'est-on pas avant tout des habitants de la planète Terre ?

    • Je soutiens ce commentaire, en effet depuis la levée de ce deuxième drapeau je me suis fait agressé deux fois.

      Une fois devant mon bureau (carcopino 3000)

      Une fois sur mon voilier

      Il me semble difficile de ne pas faire de rapprochement….

      Cordiales salutations

  7. Le commentaire de Didier Leroux a le mérite d'être nuancé et honnête.Il a su percevoir les comportements que l'on observe aprés la levée des deux drapeaux. Cela fait du bien de lire, enfin, des propos cohérents débarrassés du verni politique.

  8. bonjour à tous!

    oui la levée des 2 drapeaux ne doit en aucun cas remettre ce qu'il y a à faire dans 1 premier temps travailler ensemble sur la montée de la délinquance …2 drapeaux ou pas maintenant mettons nous au boulot et essayons de trouver une solution pour toute cette jeunesse en mal de repères…allez messieurs et mesdames arrêtons de nous focaliser sur cette histoire de drapeau…il faut aller de l'avant que toutes les bonnes volontés se rejoignent afin de se réunir sur cette question "que va t'on ou que peux t'on faire de toute cette jeunesse là!!!"

  9. Suite aux faits et la démarche commune que nous avons pu établir entre toutes les communautés depuis cette démarche vers un destin commun. Je pense que de nombreux partis politiques de ce pays ont repensé à la démarche des partis indépendantistes car leur démarche actuelle est liée à des faits qui remontent bien loin. Actuellement, chacun veut sa place et c'est justifié quand à la réaction de Mme Bianca Hénin suite à la levée des drapeaux, je pense qu'elle devrait s'intéresser un peu plus au passé de ce pays avant de tenir de tels propos (drapeaux de la honte : mais de quelle honte parle-t-elle ? Tous les français et calédoniens loyalistes se sont toujours retrouvés dans le drapeaux tricolores, mais seuls les mélanésiens (kanak : peuple premier) ne s'y reconnaissaient pas à juste titre vu qu'ils disposaient d'un statut particulier. L'acceptation voire le choix de montée le drapeau indépendantiste au côté du drapeau tricolore est le résultat d'une lutte sans relâche qu'ils ont mené de poing de fer. On (les caldoches) ne les y a pas aidé car on se retrouvait tous dans le drapeau tricolore, mais maintenant qu'ils ont obtenu gain de cause, on voudrait profité de tout le bénéfice et réclamé un droit sur ce drapeau.

    Voilà ce qui m'énerve le plus chez les caldoches, on veut tout obtenir sans rien faire. Même dans l'histoire de la France, il a fallu lutter voire même se battre pour obtenir certains droits… (Qu'avons-nous fait pour avoir droit à discuter de ce fameux drapeau drapeau ? rien, on est semblable à des vautours (charognards)). En terme purement nordiste, j'appelle cela "bouffe-merde".

    Quant au fait de dire : "Tôt ou tard, le drapeau français sera balayé par terre"

    En étant sincère, je vous répondrai "Pourquoi pas", car je pense que malgré tout ce que les gens puisse dire de Mr FROGIER, il est l'un des seuls à avoir bel et bien compris qu'en faisant cohabiter ses deux étendards, la France aura toujours sa place en Nouvelle Calédonie, mais si l'on raisonne comme bon nombre de personnes veulent le faire, que l'on trouve un drapeau dans lequel tout le monde se retrouve et que l'on raisonne en terme pays (Peuple, nation, valeurs, etc…), le drapeau tricolore n'aura vraiment plus sa place et il sera vraiment balayé à terre… Bravo Mr FROGIER pour cette stratégie mais dommage que certains partis loyalistes ne l'aient pas compris, à moins que Mme HENIN cherche uniquement à se faire un peu de PUB car c'est le seul moment où elle peut se donner un peu d'importance…

    M… SANG MÊLÉ DU NORD

  10. Autre chose, j'entends beaucoup parler des couleurs choisies pour le drapeau indépendantiste. Des phrases du style, "parler ou expliquer ces couleurs, c'est bien, mais il s'agit tout de même d'un drapeau politique".

    Je demanderai à chacun d'entre vous de bien faire un travail de recherche sur le drapeau tricolore français (son origine, ses évolutions, etc…).

    Actuellement, chacun s'entend à dire que : "Bleu – Blanc – Rouge" signifie "Liberté – Egalité – Fraternité", mais à un moment donné de l'histoire de la France, ces couleurs étaient liés aux diverses dynastie des rois de France, on sait par exemple que :

    Le Rouge : C'était la couleur des rois issus de la dynastie des "Carolingiens"

    Le Blanc : C'était celle des rois issus de la dynastie des "Bourbons"

    Quant au Bleu : C'était celle des Capétiens

    et d'ailleurs, c'est bien pour cette raison qu'avant la révolution Française de 1789 qui a fait couler énormément de sang, ces trois couleurs changeaient constamment de place… Ce n'est que depuis la révolution que ces couleurs ont pu se trouver une place fixe…

  11. Perso je pense que faire flotter un drapeau seulement representatif d'une minorite ( FLNKS ) aux cotes du drapeau francais, c'est du grand n'importe quoi !

    C'est un peu comme si demain en France les socialistes ou les verts avaient leur drapeau sur le toit des mairies en France ???

    Bref, un drapeau a cote du drapeau francais pourquoi pas, mais un drapeau representatif de tous les caledoniens !!! et non pas d'un seul groupe politico-syndicaliste au demeurant extremiste et independantiste…

    Il n'y a pas que des melanesiens independantistes qui composent, qui construisent et qui vivent dans ce pays que je sache ! Il sont meme MINORITAIRES !!! il faut le dire comment… vivement le referendum que ca mette tout le monde d'accord !

    Et on parle de destin commun ??? ba ya du boulot…

    Privilegier une minorite, parce ce que soi-disant " ils etaient la avant " n'est clairement pas la solution !!!

    Je serai d'ailleurs curieux de savoir ou sont passes les "vrais" et premiers habitants de la Nouvelle-Caledonie… Car les melanesiens sont une ethnie qui a elle aussi immigree sur le caillou a une epoque…

    A mon avis ils les ont tous bouffes… et je me dis qu'ils ont de la chance que les autres "colonisateurs" qui les ont succedes n'en ai pas fait de meme avec eux…

    Bref, ca serait interessant qu'un historien puisse rappeller comment c'est passe le peuplement de la Nouvelle-Caledonie… et vous seriez surpris d'apprendre que les melanesiens ne sont finalement pas plus d'ici que vous et moi… juste qu'ils ont "debarques" les premiers…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here