* Images pieuses et édifiantes (2013-4) *

Saint Didier des Médocs donnant au monde entier des leçons de rigueur, de probité, de stoïcisme, d’ascétisme et de renoncement aux plaisirs terrestres et aux subventions, ainsi qu’il l’a enseigné, prophétisé et pratiqué sur la terre entière, de tous temps, de Wallis à Nouméa en passant par Vanuatu et Paris. « Ce n’est pas le chemin qui est difficile, mais c’est la difficulté qui doit être notre chemin » avait l’habitude de prédire notre ascète exemplaire.

« Quand le riche maigrit, le pauvre périt » avait également coutume de répondre le saint homme à ceux qui lui demandait la charité, une petite augmentation dans ses boites ou s’étonnait de sa chasuble brodée d’or et d’argent. « L’impôt ne doit pas frapper les puissants créateurs de chantiers et d’affaires et affaiblir l’entreprise mais la TVA peut taxer sans danger les petits et les pauvres qui n’ont rien à perdre en idées et en projets, déclarait souvent notre génial et dévoué télévangéliste, répandant sa bonne parole, pure et sacrée, depuis ses nombreux avions privés et vaisseaux luxueux.

« Il ne serait pas bon non plus que le peuple manque de confiance et suive le chemin suspicieux de Saint Thomas palpant les plaies du Christ, ajoutait-il, en voulant palper les plaies financières infectées et les trous béants dans la comptabilité des puissants calédoniens. Il ne faut surtout pas reproduire ici le martyre de Saint Cahuzac torturé sous les coups du fisc et de la force injuste des médias et des juges. Les électeurs aux noms et aux profils non kanaky-compatibles ne sont certainement pas nos juifs allemands, on s’en tape, mais nous, patrons-élus-affairistes, nous sommes bien tous des martyrs programmés et des Cal-Cahuzac en puissance, déclarait également notre saint patron. Il ne manquerait plus qu’on nous demande de déclarer notre patrimoine, avant et après mandat, et le montant de nos impôts !!! Ou encore de faire des sacrifices ou d’éviter les fraudes !!! C’est bon pour le peuple ça ! Faut pas tout mélanger ! Rendons à César ce qui est à César ! tonnait le prophète. »

« Le royaume de la vie pas chère n’est pas de ce monde, disait-il aussi, ce sont les taxes et les cours mondiaux qui sont les coupables, les importateurs et les commerçants sont innocents de tout péché ». Il a combattu les démons et l’antéchrist Jacques, il a rejoint l’apôtre Harold, le bienheureux Pierre et la Sainte Cynthia. Infiniment désintéréssé, il a évangélisé les zones les plus reculées de notre monde et y a catéchisé les habitants les plus farouches. Il préfère encore le coupe-coupe de l’indigène sur le cou du colon au référendum couperet. Il condamne sévèrement les ego, les divisions et cette néfaste tentation de s’opposer aux deux puissances salvatrices de la création : le kanak et le riche. Le kanak rédempteur, le riche messianique.

Saint riche Didier priez pour nous pauvres pécheurs à la traîne. Et ne vous imposez surtout pas les sacrifices que vous voulez qu’on nous impose.

1 COMMENT

  1. LETTRE OUVERTE AU BUSINESSMAN QUI AURAIT VOULU ÊTRE UN ARTISTE

    Zéro Janvier, même en avril, zéro quand même

    Oui il a le blues, oui il aurait voulu être autre chose qu’un businessman, oui il l’aurait pu. Oui il a presque été un artiste. Oui j’aurais aimé qu’il aille jusqu’au bout. Oui je l’aimais bien. Oui son fric je m’en foutais. Oui son Bourbon était bon. Non il était pas con, oui on déconnait. Non je n’ai pas aimé ses leçons de morale et sa distribution de bons points progressistes et de mauvais points fascistes, en particulier dans ma gueule. Les businessmen ne peuvent-ils donc jamais être autre chose que des businessmen ?… Dans le Monopolis de Starmania, Zéro Janvier rêvait un impossible rêve, dans le Nouméapolis de Calédonia, Zéro Didier ne me fait plus rêver, ne fait plus rêver personne…

    LETTRE OUVERTE

    (I)

    Je m’attendais à un message privé de toi, et à un message de ce genre, évidemment. J’ai hésité avant d’écrire ce texte, dont les éléments me sont venus immédiatement après avoir lu ton interview dans LNC. J’ai hésité car je savais que tu le prendrais mal et que notre relation était plutôt intéressante et que tu m’es plutôt globalement sympathique, et oui je t’avais défendu contre des agressions connes (et je me fais grave traiter de con quand je dis ça à des amis).

    Mais ton interview m’a déçu et il fallait bien réagir. Malgré ta culture, ton intelligence, ton ouverture d’esprit et une certaine modestie, comment peux-tu penser et écrire les mots de cette interview ?! des mots où vraiment les gens ont senti que tu les prenais pour des cons, où j’ai senti que tu me prenais pour un con :

    – le geste et la geste de Pierre Frogier…

    – les kanak absents des discours

    – la vie chère à cause de cours mondiaux

    – les idées FN de Gomès (c’est pas « casser » et démolir ça ?!) et donc les idées FN de moi-même en tant que CE (malgré un mariage mixte, des enfants métisses, tant d’amis kanak et un quasi engagement à gauche, ou centre gauche désormais)

    – ta diabolisation du référendum

    – ton mutisme sur la radicalité indépendantiste (3/5ème) et le charcutage actuel des listes électorales

    – ton mutisme sur le totalitarisme maladif du Rump et de son chef (bien sûr c’est Gomès le diable)

    – ta conception d’une fiscalité axée sur les pauvres

    – ton « il faut des jeunes en politique, mais (of course) bien encadrés par des vieux (suivez mon regard) »

    etc… etc…

    Tu as fait fort, avec ces salades. Voilà, c’est tout. Dommage, mais il fallait rétablir la vérité.

    Ta place est logiquement dans un grand parti progressiste et ouvert au dialogue avec les kanak, comme Calédonie Ensemble. Tu m’as dit que tu n’y comptais que des amis, et que tu les estimais, sauf un. C’est déjà pas mal. Ta place n’est pas avec un Frogier et un Harold (je t’épargne les qualifiants qui me viennent), ni avec les tea parties ultra de Blaise, de Yanno, de Lafleur, ni avec des machins comme Loueckote ou Henocque. Non ?

    Mais si ta place n’est nulle part en politique, ce que je comprendrais et respecterais infiniment, épargne-nous alors des interviews et des dons de leçons comme celle de vendredi.

    Cordialement

    LETTRE OUVERTE

    (II)

    Merci de m’avoir consacré ces lignes et ce temps. Ce que tu n’aurais pas fait, je crois, si tu pensais réellement que j’étais juste un menteur haineux à ton égard et une créature lobotomisée par CE et Gomès.

    Plume trempée dans le « fiel » ? Je n’ai pas de remontée gastrique. Ça va. Je trempe ma plume dans l’acide ou dans le sucre selon les thèmes à traiter. Mais cette fois, tu, ou Frédière, puisque tu te défausses sur lui, ne méritaient pas le sucre. Quant à mon « totalitarisme assassin », j’en ai plutôt été victime qu’acteur, de la part de tes amis, en compagnie de la liberté d’expression et de blâmer en général. Ça n’a pas semblé trop t’émouvoir à l’époque. Et je n’étais pas en service commandé ! C’est un réflexe pavlovien, pour les ennemis pathologiques de Gomès à court d’idées, de faire des adhérents ou militants de CE des adeptes du Temple et des fidèles du Gourou. Pas toi stp ! d’abord parce que tu connais la réalité du phénomène au RPCR-RUMP et ce qu’il en est à CE, ensuite parce que tu me connais un peu, je suis assez rétif à la discipline et plutôt anar.

    Pour le reste, je ferai court. Je reproche globalement deux choses à l’homme politique que tu es : sur le plan économique et social, ta défense instinctive de tout ce qui peut protéger et pérenniser la ploutocratie locale si peu policée, dans l’idéologie, la pratique et les faits ; sur le plan politique, la défense non moins vaguement inconsciente, mais factuellement prudente et soumise, des puissants acteurs directs du totalitarisme calédonien : le Rump montdorien et l’UC montdorienne, sans oublier les scories de l’AE et du PT. Toutes tes positions de détail que tu as tenté de justifier dans ce second message privé découlent de ces deux tendances, de ces deux pentes (par ex. fiscalité douce pour les riches et les puissants, mutisme approbateur quant aux monopoles, aux chasses gardées et à l’absence de concurrence, le seul vrai problème en fait en NC) .

    À la différence de ton ex compagnon de l’AE, membre éminent de la coalition que tu as soutenue et que tu soutiens encore, qui cumule sans état d’âme les casquettes de président, de chef de l’OPT, d’affairiste, et de mis en examen, dont le cynisme et la parfaite lucidité sur ce qu’il est sont patents, je pense que tu t’es blindé la conscience et la morale de bonnes intentions et de justes raisons pour agir ainsi, et que la diabolisation de Gomès, qui n’est ni un saint ni un démon, fait partie de ta construction mentale de ta bonne conscience.

    Tout ça pour un espoir de députation déçu ? C’est dommage. Dans quelques temps, en face de l’État et des indépendantistes, à la sortie des accords, pour les négociations, il faudra des hommes solides, pas des Frogier, Martin, Yanno, Blaise, Hénocque, Loueckote etc… J’aurais bien aimé que tu sois à côté d’un Gomès, d’un Michel ce jour-là. Mais si tu préfères les enfoncer et laisser des Brial, Yanno, Gay, Lazare, Backes, Ligeard y aller à leur place…

    Cordialement

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here