Nous vous proposons aujourd’hui la vidéo (sous-titrée par les lecteurs de ce blog) qui a mis le feu aux poudres aux États-Unis à propos du rôle supposé de l’Arabie Saoudite dans la 11 Septembre.

Le reportage a été diffusé sur CBS dans l’émission 60 Minutes, probablement la plus prestigieuse émission de reportages aux États-Unis, sorte d’Envoyé spécial.

Il a donc été vu par un peu moins de 20 millions d’Américains

L’émission 60 Minutes du 10 avril 2016 :

Pour celles et ceux qui n’ont pas vu la 1ère vidéo de notre série “28 pages”, présentant plusieurs témoignages de parlementaires les ayant lues :

En attendant, première vidéo :

(La même sur un autre site si vous avez un souci de lecture…)

===========================================================

Voici le script de la vidéo précédente, pour disposer des sources facilement.

1/ Prologue

Le 11 Septembre 2001, 3000 personnes décèdent suite aux attentats-suicides qui se produisent en plein New-York.

h.sharifi20130426040031680
Drew-10_a_206006b


« 11 Septembre 2001 : Discours de George W. Bush » (source : INA)

De 0’47 à 1’06

George W. Bush : « Les recherches sont en cours afin d’identifier ceux qui sont derrière cet Axe du Mal. J’ai demandé à toutes nos ressources de renseignement et de police de trouver les responsables et de les traduire en Justice. Nous ne ferons aucune distinction entre les terroristes qui ont commis ces faits et ceux qui les ont protégés. »


« 21 Septembre 2001 : Discours de George W. Bush » (source : YouTube)

De 0’36 à 0’50

George W. Bush : « Notre peine s’est transformée en colère, et notre colère en détermination. Que nous livrions nos ennemis à la Justice, ou que nous fassions Justice nous-mêmes, Justice sera faite. »


« Richard Clarke témoigne de la réaction du gouvernement le 12 septembre 2001. » (source : Viméo)

Richard Clarke a été le Coordinateur national pour la sécurité et le contre-terrorisme aux États-Unis de 1998 à 2003, dans les gouvernements Clinton et Bush.

De 41’49 à 42’56


« 22 juillet 2004 : Rapport officiel de la Commission du 11 Septembre »

« Il ne semble pas qu’un gouvernement autre que celui des Talibans ait soutenu Al-Qaïda financièrement avant le 11 septembre, même si des sympathisants au sein de certains gouvernements ont pu fermer les yeux sur les activités de collecte de fonds d’Al-Qaïda

L’Arabie saoudite a longtemps été considéré comme la source principale de financement d’Al-Qaïda, mais nous n’avons trouvé aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution, ou de hauts responsables saoudiens aient financé individuellement l’organisation. »
et

« À ce jour, le gouvernement américain n’a pas été capable de déterminer l’origine de l’argent utilisé pour commettre les attentats du 11 septembre. Mais en définitive, c’est un point qui a une faible importance pratique…. »

Ensuite :

« Ce rapport a fait l’objet de très fortes controverses dès le début, l’Administration Bush refusant de témoigner sous serment, et le public critiquant des nominations comportant de nombreux conflits d’intérêt. Beaucoup d’associations de familles des victimes ne furent pas satisfaites des conclusions. »911Commissioners

 

« Cette commission n’eut qu’un budget initial de 3 millions de dollars, finalement porté tardivement à 14 millions.

À titre de comparaison, les enquêtes sur les explosions des navettes Challenger (1986) et Columbia (2004) bénéficièrent d’un budget de 75 et 50 millions de dollars, et 40 millions de dollars furent alloués à l’enquête sur l’affaire Clinton-Lewinsky.

La Maison Blanche voulait imposer un délai de 12 mois pour que la Commission finalise son enquête. Le temps imparti fut en définitive porté à 16 mois. »


« En 2006, Le vice-Président de la Commission d’enquête sur le 11/09, Lee Hamilton, se plaignit des conditions de leur enquête (source : Xenomorph)

Première moitié de la vidéo

Lee Hamilton : « Plusieurs éléments nous laissent penser que nous avons été créés pour échouer. Nous avons eu très peu de temps – et ce malgré la prolongation obtenue. Nous n’avons pas eu assez d’argent… […] Ils avaient peur qu’on pende quelqu’un, qu’on le montre du doigt… »

Dans la même interview

Lee Hamilton : « Il y avait beaucoup de sceptiques à ce moment-là, qui ne voulaient pas que la commission se crée. Les politiques n’aiment pas que quelqu’un examine le passé pour voir s’ils ont commis des erreurs. […] Beaucoup de personnes se sont fortement opposées à ce que nous faisions. Nous avons eu beaucoup de difficultés à accéder aux documents et aux personnes. Nous connaissions l’histoire des commissions ; personne n’y a prêté beaucoup d’attention. Il y avait donc toutes sortes de raisons de penser que nous avions été mis en place pour échouer. »


« Bush et la coopération avec la Commission 911 » (source : Viméo)

De 36’52 à 37’03

George W. Bush : « Nous avons apporté toute notre coopération aux Présidents Kean et Hamilton ».

Thomas Kean : « Nous avons réclamé des documents que nous n’avons pas obtenus. Et maintenant, c’est trop tard. ».


« Cependant, dès 2002, un Rapport parlementaire américain sur l’activité des services de renseignement en lien avec les attaques du 11 septembre fut publié.

report_png

« Mais, l’administration Bush décida d’en censurer 28 pages qui traitaient du financement et de l’aide aux terroristes. »report_classified-1024x662

 

« Bien que 46 Sénateurs sur 100 (dont Hillary Clinton et John Kerry) aient demandé la déclassification en 2003, l’administration Bush refusa.

Les langues se délièrent donc peu à peu… »

2/ Les témoignages

1. Stephen Lynch, député démocrate du Massachusetts, 10 septembre 2015 (source : 28Pages.org)

De 1’54 à 2’17

« Ces pages donnent les noms de personnes et d’organismes qui, je crois, ont été complices des attaques du 11 septembre. Ils ont été les animateurs de ces attaques. Ils sont clairement identifiés… Comment ces gens ont été financés, où ils ont été logés, d’où venait l’argent, les filières utilisées et les connexions entre certains de ces individus.

2. Thomas Massie, député Républicain du Kentucky, 12 mars 2014 (source : 28Pages.org)

« Les familles méritent de connaitre cette information. Cela fait une décennie – plus d’une décennie en fait, 13 ans – que cet événement est arrivé, et nous avons eu un récit, une narrative, dans les médias et dans la presse, et donc dans la conscience collective américaine, de ce qui est arrivé ce jour-là. Mais je ne pense pas que nous soyons pleinement informés, et nous ne serons pas pleinement informés avant que tout le monde ne puisse lire ces 28 pages. »

« En écho aux propos du député Lynch, sachez que si je suis là pour les familles, je suis aussi là pour le futur de notre pays : nous devons décider comment empêcher qu’un autre événement du type 11 septembre ne se reproduise. Tant que vous n’aurez pas eu l’image complète de ce qui est réellement arrivé, avec la vision des services de renseignement, comment pouvez-vous participer à ce débat ? Comment pouvons-nous savoir que ce que nous faisons va bien empêcher qu’un autre 11 septembre ne se produise ? Et comment pouvons-nous savoir que des actions que, peut-être, nous aurions réalisées différemment, pourraient être des réactions excessives ? »

« Mais je veux aussi parler de l’expérience de se retrouver dans ce souterrain et de lire ces 28 pages. Cela se passe dans une pièce insonorisée, où vous êtes escorté dedans, où vous êtes escorté dehors, et où il est interdit de prendre des notes. Mais c’est vraiment quelque chose, c’est un vrai choc quand vous les lisez. Quand je les ai lues, et nous avons tous eu notre propre expérience, j’ai dû m’arrêter toutes les deux pages afin de simplement absorber, et essayer de réorganiser ma compréhension de l’histoire des 13 dernières années et des années qui ont mené à cela. Ceci vous oblige à tout repenser. Et donc, je pense que l’ensemble du pays doit passer par là ; cela va être difficile et cela pourrait être gênant, mais cela ne justifie pas de cacher la vérité au peuple américain. »

« Je veux en finir avec deux appels : je veux dire à tous les membres du Congrès qui n’ont pas lu ces 28 pages, qui ont la capacité d’aller lire ces 28 pages, de le faire pour vos électeurs. Il y a 435 circonscriptions dans ce pays ; chaque membre du Congrès a besoin de voir ces 28 pages. Puis, je les encourage à soutenir la proposition de loi de dé-classification des députés Jones et Lynch, comme je l’ai fait. »

« Et enfin, le dernier appel que je veux lancer, est à destination de ceux qui refusent de rendre publics ces documents : vous devez tenir votre propre conférence de presse, vous devez répondre aux questions, et expliquer pourquoi vous voulez garder ces 28 pages secrètes. À mon avis, aussi choquantes que soient ces 28 pages, et bien qu’elles aient notablement modifié ma compréhension de ce qui est arrivé, je ne pense pas que ce serait nuire à notre sécurité nationale que de les rendre publiques ; cela donnerait également aux familles les réponses qu’elles méritent. »

3. Walter Jones, député Républicain du Kentucky, 12 mars 2014 (source : Peter Boyles)

De 10’46 à 11’00

« Je confirme [les propos du député Massie]. Il y avait 28 pages, et il m’a probablement fallu une bonne heure et demie pour les lire, parce que j’ai dû en relire certaines parties que je n’arrivais pas à croire. »

4. Walter Jones, député Républicain de la Caroline du Nord, 12 septembre 2013 (source : International Business Times)

« J’ai été absolument choqué par ce que j’ai lu. Ce qui était surprenant c’est que ceux à qui nous pensions pouvoir faire confiance m’ont vraiment déçu. Cela n’a rien à voir avec la sécurité nationale en soi ; il s’agit plus de relations internationales. L’information est essentielle à l’amélioration de notre politique étrangère et devrait donc être disponible pour le peuple américain.

Si les pirates de l’air du 11 Septembre ont reçu une aide extérieure – en particulier d’un ou plusieurs gouvernements étrangers – la presse et le public ont le droit de savoir ce que notre gouvernement a fait ou n’a pas fait pour traduire les responsables en justice. »

5. John F. Lehman, ancien ministre de la Marine, ancien membre de la Commission d’enquête sur le 11 septembre, Témoignage sous serment, 2013

De 0’42 à 1’40

« J’ai personnellement lu les 28 pages classifiées… À mon avis, en aucun cas la publication de ces pages ne mettrait en jeu ni ne nuirait à nos intérêts de sécurité nationale. Au contraire, je crois que la divulgation de ces 28 pages du rapport d’enquête conjoint aiderait grandement les décideurs et le public à mieux comprendre un grand nombre des menaces auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui. »

6. Rick Nolan, député Démocrate du Minnesota, 14 avril 2016 (source : MPR News)

Journaliste : « Pourquoi ce document a-t-il été classé secret quand le rapport sur le 11 Septembre du Comité du renseignement du Congrès a été publié en 2002 ? »

Rick Nolan : « Eh bien c’est la grande question. Et honnêtement, j’estime que cela n’a rien à voir avec la sécurité nationale, mais plutôt avec le fait que cela aurait embarrassé beaucoup de personnes. Très franchement, j’ai d’abord été alerté de ce sujet par des électeurs de ma circonscription, qui l’avaient appris par Internet. Et comme je ne fais pas une confiance aveugle à Internet, j’ai décidé d’enquêter par moi-même.

Et j’ai appris que l’ensemble des 28 pages avaient été classifiées, et qu’elles détaillent qui a en réalité financé les attaques du World Trade Center et du Pentagone, et qui est responsable du financement des attaquants. J’ai en conséquence entamé le processus pour pouvoir obtenir l’autorisation de lire ces 28 pages. Et la lecture en a vraiment été dérangeante. »

De 1’56 à 3’11

« Je peux dire qu’il y a une description très détaillée de qui a financé la plupart des attaquants – et vous savez que 15 des 19 pilotes étaient saoudiens, c’est public –, et les informations dans ces 28 pages sont assez détaillées : qui leur a fourni l’argent, ce qu’étaient ces comptes, quelles quantités d’argent, qui en étaient les bénéficiaires…

Ce ne sont pas des hypothèses. Je peux confirmer qu’il n’y a aucun doute que la rhétorique qui a précédé l’attaque américaine et la guerre contre l’Irak était terriblement fausse. Le peuple américain a le droit de savoir ceci, qui pose de sérieuses questions sur la guerre et la paix, sur ce qui a couté des milliers de milliards de dollars, qui a mis en jeu la vie de soldats américains et de patriotes, c’est sérieux.

Le peuple américain ne peut pas décider ce qui est juste ou non, si on ne lui dit pas toute la vérité… »

7. Byron Dorgan, ancien sénateur démocrate du Dakota du Nord, 12 avril 2016 (source : KF Go)

De 2’08 à 2’31

« J’ai lu les 28 pages et j’ai quitté la pièce. Ces 28 pages sont vraiment très importantes pour que les Américains puissent comprendre et savoir exactement ce qui s’est passé le 11 Septembre, et qui est responsable, qui a aidé à financer, etc. Il est donc très important de publier enfin ces pages. »

De 2’41 à 3’12

Journaliste : « Pourquoi le peuple américain est-il laissé dans le noir ? Ne devrions pas avoir le droit de savoir ce qu’il y a dans ces 28 pages, afin de savoir ce qu’il s’est vraiment passé. »

Byron Dorgan : « Sans ces informations, le peuple américain ne dispose pas de toute l’histoire. Il a un rapport de la commission d’enquête sur le 11 Septembre, sur ce qui s‘est passé, mais le peuple américain n’a pas toute l’Histoire, car ces 28 pages sont classées secrètes. »

De 5’10 à 5’39

Byron Dorgan : « Rappelez-vous du film Jerry Maguire : « Suivez l’argent ». Voilà ce que fait ce rapport. En fin de compte, qui a financé, qui a aidé, qui a organisé, qui était impliqué, à quel niveau ? Mais cette partie du rapport a été rendu secret, ce qui fait que le peuple américain ne peut pas le voir. C’est dommage, car je pense que la transparence est toujours la meilleure politique… »

De 8’51 à 9’12

Byron Dorgan : « Il y a beaucoup de mystification. Cela a été classifié délibérément par ceux qui pensaient qu’il y aurait des dommages, d’une manière ou d‘une autre, si le peuple américain voyait ces 28 pages. C’est absurde. Il n’y aurait aucun dommage, il y aurait un savoir conséquent pour tout le monde afin de savoir ce qui s’est exactement passé, qui a attaqué notre pays. »

« La célèbre émission d’enquête américaine 60 minutes s’est intéressée à ces 28 pages le 10 avril 2016 (à suivre…) »

28p-9 28p-8 28p-7 28p-6 28p-5 28p-4 28p-3 28p-2 28p-1

======================================

Le texte suivant est une retranscription de « 28 pages » diffusée le 10 avril 2016. Steve Kroft est le journaliste.

Vous pouvez retrouver le verbatim original ici.

L’ancien sénateur Bob Graham et d’autres exhortent l’administration Obama à déclassifier les pages expurgées d’un rapport contenant des secrets sur le 11-Septembre.

Dans 10 jours, le président Obama se rendra en Arabie saoudite à un moment de profonde défiance entre les deux alliés et de doutes persistants sur l’engagement saoudien dans la lutte contre l’extrémisme islamique violent.

Cela survient également à un moment où la Maison-Blanche et les responsables du renseignement examinent la possibilité de déclassifier un des documents les plus sensibles du pays – connu sous le nom de « 28 pages ». Elles concernent le 11-Septembre et l’existence éventuelle d’un réseau saoudien de soutien aux pirates de l’air lorsqu’ils étaient aux États-Unis.preview28pages0

Pendant 13 ans, les 28 pages ont été enfermées dans un coffre secret. Seul un petit groupe de personnes les ont vues. Ce soir, vous entendrez quelques-unes des personnes qui les ont lues et pensent, tout comme les familles des victimes du 11-Septembre, qu’elles devraient être déclassifiées.

Bob Graham : Je pense qu’il n’est pas plausible que 19 personnes, dont la plupart ne parlaient pas anglais, dont la plupart n’avaient jamais été aux États-Unis auparavant, dont beaucoup n’avaient pas fait d’études secondaires – aient pu effectuer une tâche si compliquée sans un certain soutien à l’intérieur des États-Unis.

Steve Kroft : Et vous croyez que les 28 pages sont cruciales pour cela ? Vous comprenez…

Bob Graham : Je pense qu’elles sont un élément clé.

L’ancien sénateur américain Bob Graham a essayé d’obtenir la publication des 28 pages depuis le jour où elles ont été classifiées en 2003, lorsqu’il a joué un rôle majeur dans la première enquête du gouvernement sur le 11-Septembre.

Bob Graham : Je reste profondément troublé par la quantité de contenu qui a été censuré dans ce rapport.

À l’époque, Graham était président du Comité sénatorial sur le renseignement et coprésident de l’enquête bipartite conjointe du Congrès sur les défaillances du renseignement entourant les attaques. La Commission d’enquête mixte a examiné un demi-million de documents, a interrogé des centaines de témoins et a produit un rapport de 838 pages, moins le dernier chapitre qui a été masqué – retiré par l’administration Bush pour des raisons de sécurité nationale.

Bob Graham ne discutera pas des informations classifiées dans les 28 pages, il dira seulement qu’elles décrivent un réseau de personnes dont il pense qu’elles ont aidé les pirates de l’air lorsqu’ils étaient aux États-Unis.

Steve Kroft : Vous êtes convaincu que le soutien est venu de l’Arabie saoudite ?

Bob Graham : En grande partie.

Steve Kroft : Et quand nous disons « les Saoudiens », vous voulez dire le gouvernement, le —

Bob Graham : Je veux dire —

Steve Kroft : – des personnes riches du pays ? Des fondations —

Bob Graham : Tout cela à la fois.

Graham et d’autres pensent que le rôle des Saoudiens a été minimisé afin de protéger une relation délicate avec un royaume compliqué où dirigeants, royauté, richesse et religion s’entremêlent tous profondément dans ses institutions.preview28pagesnew

Bob Graham | CBS NEWS

Porter Goss, républicain qui, au titre de la Chambre des représentants, coprésidait l’enquête mixte avec le sénateur Graham, et devint plus tard directeur de la CIA, estime vraiment qu’une version non censurée des 28 pages devrait être incluse dans le rapport final. Les deux hommes l’ont fait valoir au FBI et à son directeur de l’époque, Robert Mueller, lors d’une réunion en tête à tête.

Porter Goss : Et ils résistaient fermement à propos des 28 pages et disaient « Non, ça ne peut pas être déclassifié en ce moment. »

Steve Kroft : Auriez-vous demandé au directeur du FBI pourquoi c’était classifié ?

Porter Goss : Oui, nous avons demandé ça, en substance, et la réponse était : « Nous l’avons dit, ça doit être classifié. »

Goss dit qu’il ne savait pas pourquoi le dossier était alors classifié, et il ne sait pas pourquoi il l’est toujours. Les pages sont enfermées sous le Capitole dans des abris protégés appelés Centre d’informations compartimenté sécurisé, ou SCIF en jargon gouvernemental. Et c’est là le plus loin où ont pu aller nos caméras. Une zone ultra réservée où les membres du Congrès ayant les autorisations nécessaires peuvent lire les documents sous haute surveillance. Aucune prise de note n’est autorisée.

Tim Roemer : Tout va mener à ça, Steve.

Tim Roemer, un ancien élu démocrate du Congrès et ambassadeur des États-Unis en Inde, a lu les 28 pages plusieurs fois. Une première fois en tant que membre de l’enquête mixte et plus tard comme membre de la commission de sages du 11-Septembre qui reprenait les investigations quand celles du Congrès ont pris fin.

Steve Kroft : Est-il vraiment difficile de pouvoir lire les 28 pages ?

Tim Roemer : Très difficile. Il est difficile de mettre les yeux dessus.

Roemer et d’autres qui ont en effet pu lire les 28 pages les décrivent comme un document de travail similaire à un rapport de jury d’accusation ou de police comprenant des attestations perturbantes – certaines vérifiées, d’autres non. Elles exposent la possibilité d’une assistance officielle saoudienne pour deux des pirates de l’air établis en Californie du Sud. Cette information contenue dans les 28 pages a été remise à la commission du 11-Septembre pour de plus amples recherches. Il a été répondu à certaines questions dans le rapport final de la commission, mais pas à toutes.

Steve Kroft : Est-ce qu’il y a des informations dans les 28 pages qui, si elles étaient déclassifiées, surprendraient les gens ?

Tim Roemer : Évidemment, elles vont vous surprendre. Et vous allez être surpris par certaines réponses qui attendent là aujourd’hui dans le rapport de la Commission du 11-Septembre, sur ce qui s’est passé à San Diego et ce qui s’est passé à Los Angeles. Et quelle était l’implication saoudienne.

Beaucoup de ces informations surprenantes sont enfouies dans des notes en bas de page et dans des annexes du rapport du 11-Septembre, en partie dans les archives publiques officielles, mais la plupart inconnues du grand public. Voici certains faits, mais pas tous :

En janvier 2000, le premier pirate de l’air a atterri à Los Angeles après avoir assisté à un sommet d’al-Qaïda à Kuala Lumpur en Malaisie. Les deux ressortissants saoudiens, Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Mihdhar, sont arrivés avec des compétences très limitées en langue et sans expérience de la culture occidentale. Pourtant, grâce à une incroyable série de circonstances, ils sont arrivés à obtenir tout ce dont ils avaient besoin, d’un logement à des leçons de pilotage.

Tim Roemer : L.A., San Diego, vous savez, c’est vraiment un nid de guêpes. C’est vraiment à cela que je continue à penser, presque quotidiennement.

Durant leurs premiers jours à L.A., des témoins repèrent les deux futurs pirates de l’air à la mosquée du roi Fahd en compagnie de Fahad al-Thumairy, un diplomate du consulat saoudien connu pour ses opinions extrémistes. Plus tard, les enquêteurs du 11-Septembre le jugeront menteur et suspect ; en 2003, on le soupçonnera d’avoir des liens avec une activité terroriste : on lui interdira de rentrer aux États-Unis.

Tim Roemer : C’est une personne très intéressante en ce qui concerne le volet “qui a aidé qui ?” du 11-Septembre – à Los Angeles et San Diego, avec ces deux terroristes qui se trouvaient en terre inconnue.

Des factures de téléphone montrent que Thumairy était aussi en contact régulier avec un homme : Omar al-Bayoumi, un mystérieux saoudien devenu le plus grand mécène des pirates de l’air. C’était un employé fantôme avec un travail fictif chez un sous-traitant saoudien de l’aviation, à l’extérieur de Los Angeles. En même temps, il percevait un salaire du gouvernement saoudien.

Steve Kroft : Vous pensez que Bayoumi était un agent saoudien ?

Bob Graham : Oui, et –

Steve Kroft : Qu’est-ce qui vous fait penser cela ?

Bob Graham : – Eh bien, tout d’abord, même avant le 11-Septembre, il était sur les listes du FBI comme agent saoudien.

Le matin du 1er février 2000, Bayoumi s’est rendu au bureau du consulat saoudien où travaillait Thumairy. Il est ensuite allé déjeuner dans un restaurant oriental sur Venice Boulevard où il prétendra, plus tard, avoir fait, par hasard, la connaissance des deux futurs pirates de l’air.

Tim Roemer : Hazmi et Mihdhar sont, comme par magie, tombés sur Bayoumi dans un restaurant, ce qui, comme le prétend ce dernier, est une coïncidence, et ce dans l’une des plus grandes villes des États-Unis.

Steve Kroft : Et il décide alors de les prendre sous son aile.

Tim Roemer : Il décide non seulement de les prendre sous son aile, mais aussi de les aider à déménager à San Diego et à s’y établir.

À San Diego, Bayoumi leur a trouvé un appartement dans son propre immeuble, leur a avancé la caution, et a été cosignataire de leur bail. Il a même donné une petite fête en leur honneur et les a présentés à d’autres musulmans à même d’aider les pirates à se procurer des papiers, et à s’inscrire à des cours d’anglais et à une école de pilotage. Il n’y a pas de preuve que Bayoumi ou Thumairy aient su ce que les futurs pirates envisageaient de faire, et il est possible qu’ils aient seulement essayé d’aider des coreligionnaires.

Mais le jour même où les pirates arrivaient à San Diego, accueillis par Bayoumi, on a téléphoné quatre fois du portable de ce dernier à l’imam de la mosquée de San Diego, Anwar al-Awlaki, dont le nom devrait vous être familier.

Awlaki, né en Amérique, allait avoir, une décennie plus tard, la sinistre réputation d’être responsable de la propagande d’al-Qaïda et important agent au Yémen, jusqu’à ce qu’un drone de la CIA ne l’abatte. En janvier 2001, toutefois, un an après être devenu le conseiller spirituel des pirates, il a quitté San Diego pour Falls Church, en Virginie. Quelques mois plus tard, Hazmi, Mihdhar et trois autres pirates allaient l’y rejoindre.

Tim Roemer : Ça fait beaucoup de coïncidences, et beaucoup de fumée. Est-ce que c’est assez pour qu’on se sente mal à l’aise, et pour qu’on ait envie de creuser plus profondément et de déclassifier ces 28 pages ? Absolument.

Personne, peut-être, n’est plus avide de lire ces 28 pages que les avocats Jim Kreindler et Sean Carter qui représentent les proches des victimes du 11-Septembre dans l’action en justice qu’ils intentent contre le royaume saoudien. Ils soutiennent que les institutions de ce pays ont fourni de l’argent à al-Qaïda, en sachant que ce groupe menait une guerre contre les États-Unis.

Jim Kreindler : Ce que nous faisons devant le tribunal, c’est évoquer l’histoire qui doit sortir. Mais cela a été difficile pour nous, parce que pendant de nombreuses années nous n’obtenions ni la franchise ni la coopération qu’à notre avis notre gouvernement doit au peuple américain, et surtout aux familles de ceux qui ont été tués.

Le gouvernement des États-Unis a même soutenu la position saoudienne au tribunal – ils ne peuvent être assignés en justice parce qu’ils disposent de l’immunité des États souverains. Selon le rapport de la commission du 11-Septembre, l’Arabie saoudite a depuis longtemps été considérée comme la source essentielle de financement d’al-Qaïda grâce à ses riches citoyens et au soutien substantiel du gouvernement. Cependant, quand le rapport a été publié, la phrase qui a attiré le plus l’attention est la suivante :

« Nous n’avons trouvé aucune preuve que le gouvernement saoudien en tant qu’institution, ou que de hauts fonctionnaires saoudiens à titre individuel, aient financé l’organisation. »

Selon l’avocat Sean Carter, c’est la ligne du rapport du 11-Septembre qui a été rédigée avec le plus de soin et qui a été la plus mal comprise.

Sean Carter : Quand les auteurs affirment ne pas avoir trouvé de preuve que de hauts fonctionnaires saoudiens aient individuellement financé al-Qaïda, il est remarquable qu’ils n’excluent pas que des personnes, qui étaient des responsables mais qu’ils ne considéraient pas comme de hauts fonctionnaires, aient agi dans ce sens. C’est là qu’est le fond de l’action en justice des familles : des membres du gouvernement et des responsables de niveau inférieur, qui sympathisaient avec la cause de Ben Laden, ont aidé à accomplir les attentats et contribué au soutien du réseau de l’organisation.

Pourtant, pendant plus d’une décennie, le royaume a prétendu que cette phrase-là le disculpait en ce qui concerne le 11-Septembre, sans tenir compte de ce qui pouvait bien se trouver dans les 28 pages.

Bob Kerrey : Ils ne sont pas disculpés. Nous l’avons dit, avec ce rapport, nous n’avons pas disculpé les Saoudiens.

L’ancien sénateur Bob Kerrey est un autre des dix membres de la commission du 11-Septembre à avoir lu les 28 pages, et il pense qu’on devrait en autoriser la diffusion. Il a fait une déclaration sous serment pour soutenir l’action en justice des proches des victimes du 11-Septembre.

Bob Kerrey : On ne peut pas fournir de l’argent aux terroristes et puis dire : « Je n’ai rien à voir avec ce qu’ils font. »

Steve Kroft : Pensez-vous que toutes les pistes esquissées dans les 28 pages ont trouvé des réponses dans le rapport du 11-Septembre ? Toutes les questions qui ont été posées ?

Non, non. En règle générale, la commission du 11-septembre n’est pas entrée dans chaque détail du complot. Non. On n’a pas eu le temps, on n’a pas eu les moyens. On n’est certainement pas allés jusqu’au fond de l’enquête en ce qui concerne l’Arabie saoudite.

Steve Kroft : Selon vous, peut-on attribuer à des coïncidences tout ce qui s’est passé à San Diego ?

John Lehman : Je ne crois pas aux coïncidences.

John Lehman, qui était secrétaire d’État à la Marine dans l’administration Reagan, affirme que lui et les autres anciens membres de la commission du 11-Septembre souhaitent en majorité que les 28 pages soient publiées.

John Lehman : Nous ne sommes pas une bande de ploucs venus à Washington pour la première fois, pour cette commission. Je veux dire, nous, enfin vous savez, on n’est pas nés de la dernière pluie, on en a vu des politiques de sécurité nationale. On a tous, au cours de notre carrière, traité de sujets top secret et cloisonnés relatifs aux divers aspects de la sécurité. On sait bien quand quelque chose doit rester confidentiel. Et là, franchement, ces 28 pages n’entrent absolument pas dans cette catégorie.

Lehman ne doute pas que certains hauts fonctionnaires saoudiens savaient qu’al-Qaïda recevait de l’aide, mais il ne croit pas que cela n’ait jamais été une politique officielle. Il ne croit pas non plus que cela blanchisse les Saoudiens.

John Lehman : Ce n’était pas un accident si 15 des 19 pirates étaient des Saoudiens. Ils sont tous allés dans des écoles saoudiennes. Ils ont baigné, depuis leurs premiers jours d’école, dans ce type d’islam particulièrement intolérant.

Lehman parle du wahhabisme, cette forme d’islam, ultraconservatrice et puritaine, qui est implantée ici et qui s’insinue dans tous les secteurs de la société. Il n’y a pas de séparation de l’Église et de l’État. Après le pétrole, le wahhabisme fait partie des plus grandes exportations du royaume. Les religieux saoudiens, à qui l’on confie les sanctuaires les plus sacrés de l’islam, ont un immense pouvoir et disposent de milliards de dollars pour propager leur foi. Ils construisent à travers le monde des mosquées et des écoles religieuses, qui sont devenues des terrains de recrutement pour extrémistes violents. John Lehman, membre de la Commission du 11-Septembre, affirme que tout ceci est mis en évidence dans les 28 pages.

John Lehman : Il ne va pas y avoir là de preuves irréfutables qui vont provoquer une énorme controverse. Toutefois ces pages illustrent, de façon très condensée, le genre d’événements qui ont eu lieu et elles aideraient vraiment le peuple américain à comprendre pourquoi, quoi, comment. Comment se fait-il que ces gens surgissent soudain, partout dans le monde, pour participer au djihad ?

Tim Roemer : Vous voyez, les Saoudiens ont même dit qu’ils soutenaient la publication de ces pages. Nous devrions les déclassifier. Est-ce que c’est explosif, Steve ? Est-ce que ça ne serait pas un peu comme ouvrir la boîte de Pandore, voir des serpents en sortir ? Bien sûr, mais je pense que nous avons besoin d’avoir, avec les Saoudiens, une relation où les deux pays collaborent contre le terrorisme. Ce qui n’a pas toujours été le cas.

Fin de l’émission diffusée

Bonus Internet de l’émission 60 minutes (non diffusé – source à 1’00)

Question : “D’autres noms sont-ils mentionnés ?
John Lehman : Oui… Le spectateur moyen de 60 minutes les reconnaîtrait immédiatement.

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Source : http://www.les-crises.fr/lexplosive-emission-60-minutes-sur-les-28-pages-du-11-septembre/

————note stopmensonges.com——–

Qui est l’ami des Saoudien ?

Réponse : Georges W Bush

Les Saouds tombent = Bush tombe.

Namasté

Laurent

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here