L’ancien chef d’Etat italien n’est pas tendre au moment d’évoquer les relations qu’il entretenait avec Nicolas Sarkozy.

Invité ce dimanche par le quotidien transalpin Il Giornale (qui appartient à sa famille) à s’exprimer sur son ex-homologue français, Silvio Berlusconi n’a pas fait dans la dentelle, déclarant notamment que Nicolas Sarkozy était une personne « dont l’arrogance l’emporte sur l’intelligence ».

Il Cavaliere a aussi expliqué que l’ancien président était « fâché contre (lui) » depuis la nomination de Mario Draghi à la tête de la Banque centrale européenne (BCE). En effet, Paris avait alors soutenu la candidature de l’économiste face à Jean-Claude Trichet à la condition que l’Italie obtienne le départ de Lorenzo Bini Smaghi du directoire de la BCE, pour laisser un siège libre à un Français. Une promesse qui ne sera jamais tenue, en raison du refus de ce dernier de démissionner.

Depuis cet épisode, les deux hommes seraient donc sérieusement brouillés, d’autant que de nombreux couacs (problème des immigrés tunisiens, guerre en Lybie, « Carlagate » en 2009) les avaient déjà opposé.

Et si, selon lui, « les Français l’ont puni pour son arrogance » lors de l’élection présidentielle, l’ancien dirigeant transalpin ne porte pas pour autant François Hollande dans son coeur, estimant qu’ « avec un gouvernement de gauche, la France finira rapidement comme nous » faisant ainsi référence à la récession sans précédent qui sévit dans son pays.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here