Aurélie Filippetti : polemique autour de ses vacances de Noël à l’Île Maurice

Voila encore la preuve irrefutable que meme son propre gouvernement n’ecoute rien de ce qu’il raconte ! La looose , le seul president au monde dont la parole et l’autorite n’a absolument aucun poids ! Le mec il est meme pas foutu d’imposer du respect a ses propres ministres et collaborateurs….. Hier soir , sur […]

Vingt têtes de maoris restituees à la Nouvelle-Zélande par la France

Ces Vingt têtes maories ,acquises au 19e siècle par des explorateurs ont été rendus à la Nouvelle-Zélande ce lundi.
20 mn .fr nous l’annoncer ce matin :
Conservées dans les musées français, elles ont été rassemblées à la mi-décembre au musée du quai Branly, à Paris.
Ce Lundi 23 janvier, elles ont été restituées à la Nouvelle-Zélande.

Ataï, plus d’un siècle d’exil

La Nouvelle Caledonie connnait , dans la presse metropole , un certain succes cette semaine. Apres l’article sur Christian Karembeu dans Paris match c’est le Monde qui nous met a l’honneur .

Où est passée la tête du « Grand Chef » kanak Ataï ? Tranchée à coups de hache, puis volée, décharnée et sciée, cette tête hante les relations entre la Nouvelle-Calédonie et la métropole depuis près de cent quarante ans.

Sarkozy: « respect de la culture kanak » ? et Tahiti : respect de la culture Francaise ?

Nicolas Sarkozy a exprimé à Nouméa son « respect de la culture et des traditions » kanakes, devant les membres du Sénat coutumier, au premier jour d’une visite de deux jours et demi en Nouvelle-Calédonie. « J’ai voulu rendre visite au Sénat. C’est une visite qui témoigne du respect que nous devons à votre culture. Nul ne peut construire un avenir sur le reniement de ses racines », a déclaré le chef de l’Etat. Devant la grande case de l’institution, surmontée d’une flèche faîtière, il a échangé une coutume -des étoffes, une igname et une monnaie traditionnelle – avec le président sortant du Sénat, Paul Sihazé et son successeur, Samuel Goromido.

Patman, pionnier des sculptures sur rames

Patman, de son vrai nom Patrick Montagner, possède une galerie dont la visite est incontournable. L’artiste est le chef de file du mouvement fusionniste. « C’est lors du salon des Indépendants qui s’est tenu à Paris en 1998, que j’ai commencé à être reconnu ».
A travers le monde et notamment à Nouméa et en Philippines, son mouvement est en pleine expansion. « La Nouvelle-Calédonie est à la recherche d’une identité culturelle et artistique.