Technologie et génétique, attention aux dérives ?

Depuis le séquençage complet de l’ADN du génome humain, les technologies fleurissent. Tantôt en bien, tantôt en mal, malheureusement. Julian Savulescu est éthicien médical à l’Université d’Oxford et ses récentes conférences font couler beaucoup d’encre…

Les avancées technologiques relatives à l’ADN permettent aujourd’hui de savoir tout, ou presque, concernant l’homme, né ou à naître. Et c’est bien concernant ce deuxième que ses prises de position sont conflictuelles. Si vous saviez que votre fœtus possédait en lui des « gènes indésirables » – maladie mentale, alcoolisme, propension à la violence, etc. -, que feriez-vous ?

Partant de cette état de fait, le Professeur Savulescu affirme que « si l’on a le pouvoir d’intervenir sur la nature de notre progéniture, alors il faut le faire ». Il s’agirait même d’une « obligation morale » que de « choisir des enfants meilleurs selon l’éthique« . Est-ce à dire que les parents qui n’ont (n’auront) pas la possibilité de faire ce choix, devraient s’abstenir de procréer ?

Avec la technologie, les questions d’éthique reviennent sur le devant de la scène et devraient vraisemblablement s’intensifier dans les années à venir. La technologie oui, mais attention aux dérives !

(sources gizmodo)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *