Récemment des lecteurs de cagou publie un article plus qu’ »édifiant » , tire du site «  riposte laïque » et écrit par Marcus Craven : http://www.cagou.com/blog/100-nouvelle-caledonie/edifiant/

Aujourd’hui je suis tombé sur une réaction que je m’empresse de faire suivre .. a vos marques , prêt, lisez :

Qui nous a écrit ce torchon????
Vous n’êtes qu’une bande de racistes à l’esprit fermé!!!!
J’irai volontiers porter plainte pour dénonciation mensongère! En prenant soin d’imprimer votre torchon numéro 213!
Je suis une métropolitaine qui vit en KANAKY et le tableau que vous peignez de mon pays ne ressemble pas du tout à la réalité!
Avant de parler bêtement en jouant le mec philosophe à deux balles, venez ici juger par vous même!!!
C’est à cause de gens comme vous qu’il y a des guerres dans ce monde!
Bête et méchant!
Pffffff venez ici!!! Moi et mes congénères Kanak nous nous ferons un plaisir de vous montrer comment on casse les sales racistes de votre espèce!
bande de Beni oui oui !!!!!!

Poliment, Cyrano lui fit cette première réponse :

Quel discours de tolérance, de fraternité et d’amour de l’autre.
Bref, vous êtes une caricature d’idiot utile, qui se veut plus kanak que les kanaks.
Nous vous remercions de ce grand moment de littérature, grâce à vous, nous allons faire un prochain article sur la Nouvelle Calédonie et nous allons publier, bien évidemment, votre prose.
Bonne journée, Cyrano

Cela ne calma pas pour autant notre vaillante « kanakiste », qui, déchaînée, nous répondit :

Oui en effet bien dit mon discours est bien plus tolérant que le votre!!! Bien dit (IRONIE)
Vous qui passez votre temps à dénigrer musulman, kanak et autres!
Enfin tous ce qui est d’une autre couleur et religion que la votre!
Allez y publiez je me ferai un plaisir d’aller porter plainte contre le fait de publier sans mon accord!
Et svp éviter de parler et de juger les choses et personnes que vous ne connaissez pas!!!
Comme on dit le raciste se reconnait par sa peur de l’inconnu et de la différence!
Vous êtes bien évidemment le stéréotype du raciste de base…
Que de haine dans vos écrits publiés…
Mais avant de critiquer une ethnie, un peuple ou même un pays où vous n’avez certainement jamais mis les pieds et bien balayer devant votre porte…
Et pour info oui plus kanak que les kanaks, car quand je lis des énormités telles que celles écrite sur votre site, je me sens plus proches des Kanaks que des gens de votre espèce…
Avez-vous pris votre carte d’adhésion au FRONT NATIONAL??? ahahaha….
Allez à bientôt!!!
Une Franco algérienne Kanak… qui vous emmerde tous!!!
Et encore je suis polie là!!!!
ah la bêtise humaine…..
c’est triste….
Mais bon ce sont vous les plus frustré dans l’histoire… Nous on s’en fou!!!
On vit ensemble ici et on a pas peur des différences de chacun!
Et puis heureuse de ne plus être en France pour ne plus tomber sur des gens à l’esprit aussi rétréci que le votre…

Ayant fait suivre cet échange à un ami de Riposte Laïque, qui vit en Nouvelle-Calédonie, nous avons eu, de sa part, ce texte, que nous sommes heureux de porter à votre connaissance.

LE QUOTIDIEN D’UN CALEDONIEN DE CINQ GENERATIONS DANS UNE « KANAKY » DE PLUS EN PLUS RACISTE

L’ article de Graven est excellent et ne fait que rappeler quelques vérités auxquelles les Calédoniens sont confrontés chaque jour en Ville, dans la rue, dans les Administrations, dans les écoles, les collèges ou ailleurs.

Je suis Calédonien de 5 générations, (et nullement « Métropolitain qui vit en Kanaky » ou « Zoreille qui y a vécu naguère » !) et je partage totalement le triste constat qu’il établit.

L’amertume me gagne à chaque fois que « je vais en ville » et que j’y constate la dégradation d’une vie collective naguère encore respectueuse des autres, aujourd’hui totalement polluée par l’ivresse publique, les tags, les regards haineux de racisme anti-blanc…

… tout ceci en accélération franche depuis la signature de l’Accord de Nouméa.

Marcher dans Nouméa, c’est y voir de plus en plus de murs (publics et privés !) dégradés par des tags, que la conscience privée se lasse de repeindre, et que les deniers publics ne parviennent même plus à lessiver.

C’est y renifler des coins de rues qui puent la pisse.

C’est y enjamber des ivrognes qui cuvent au travers des trottoirs.

C’est parfois se faire traiter d’ « Enculé de Blanc » sous n’importe quel prétexte.

C’est y supporter des regards porteurs de haine raciste, là où dominait jadis le sourire et la poignée de mains des amis ou des copains d’enfance.

C’est, pour les jeunes « Blancs » qui sortent de boîtes de nuit, souvent se faire provoquer, parfois se faire maltraiter sans qu’aucune suite ne soit donnée à leur plainte en « Justice »

C’est, dans les files d’attentes des commerces et des administrations, se faire passer devant par les « Kanak » enorgueillis jusqu’au mépris depuis qu’un certain accord leur a conféré la qualité de peuple, au détriment des autres habitants de l’Archipel ;

C’est, surtout lorsqu’on est femme, voir surgir au feu rouge où l’on est arrêtée, une tête hirsute à la portière de la voiture, suivie prestement d’une main dont le mouvement ne dissimule en rien les intentions de l’auteur : voler le sac à main de la conductrice, à défaut se payer le plaisir d’avoir flanqué une frousse de première à « une Blanche ».

C’est subir le racket des mêmes têtes hirsutes à la sortie des commerces.

C’est voir des adultes « progressistes à l’esprit ouvert » se mettre à hurler en pleine soirée privée, balancer des chaises dans toutes les directions au risque de blesser gravement ou estropier quelqu’un, briser des vitres à coup de pierres propulsées avec une telle violence qu’elle fracasseraient le crâne de qui les rencontreraient… et constater que la plainte déposée nominativement en Police n’aboutit à rien.

C’est voir sa voiture volée et retrouvée à Montravel, Tindu, St Louis, Nouville, Rivière Salée, au Col de La pirogue ou le long de la RT1 après que les congénères de Mme « Métropolitaine qui vit en Kanaky » l’ait abandonnée et incendiée pour ne pas laisser d’empreintes.

C’est la jeune fille, ou jeune femme endormie le temps d’une sieste, toute surprise de se réveiller en trouvant auprès d’elle un « congénère » aux intentions éminemment chaleureuses !!!

Et il n’y a pas que Nouméa.

– La KANAKY en marche, c’est pour un Blanc, et n’en déplaise à Sarkozy, ne plus pouvoir circuler, camper, marcher librement dans de très larges portions de Nouvelle-Calédonie sans être certain de ne pas se faire vilipender, recevoir un caillou dans la gueule, ou voir sa voiture vandalisée.

– ce serait rigolo que cette « congénère » à l’esprit ouvert porte plainte contre M. Graven, quand tout ce qu’il écrit est ressenti, vécu et vu tous les jours par des milliers de Calédoniens, y compris d’ailleurs par des Mélanésiens – indépendantistes ou pas ! – qui ne se retrouvent pas dans la déchéance générale et le racisme qui progresse sous leurs yeux.

– Que cette « Métropolitaine qui vit en Kanaky » entende le ras-le-bol de femmes Mélanésiennes qui, lorsqu’elles se rendent en bus à leur travail, doivent y supporter chaque jour les provocations verbales, les allusions sexistes et les cris d’ivrognes ;

– qu’elle explique pourquoi certaines lignes de bus sont désertées par les chauffeurs parce qu’ils craignent pour leur peau. Il n’y a pas là discours abstrait de philosophe mais constat d’une réalité dégradée dont sont victimes tous les « citoyens », à commencer par les utilisateurs peu fortunés et les petites gens.

– qu’elle descende donc de son perchoir de « perroquette » bornée et aveuglée par la propagande indépendantiste « du Front de Libération Kanak National Socialiste  » auquel elle apporte sa contribution « métropolitaine ».

J’écris bien FLKNS et non pas FLNKS.

C’est la même chose ; mais la première écriture du sigle fait mieux ressortir la nature de la Kanaky en marche : beuveries ; hurlements ; insultes ; meutes ; incendies ; rackets ; vols ; racisme ; tabassage ;

– Tabassage ? tiens donc.

La progressiste à l’esprit tellement ouvert qu’elle n’hésite pas à promettre de le « casser » Marcus Graven pour ses simples écrits d’observation et d’opinion.

» Moi et mes congénères Kanak nous nous ferons un plaisir de vous montrer comment on casse les sales racistes de votre espèce! »

C’est çà le Nazisme.

Et le Nazisme, tout comme la promesse de violence contre Marcus Graven sont, l’un et l’autre, attaquables en Justice.

Jacques Corrouge

6 COMMENTS

  1. Bravo M. CORROUGE, qui lui au moins signe sa réponse. Je suis moi aussi calédonienne depuis 4 générations, et je rejoins tout à fait votre opinion.
    Bravo encore mille fois.

  2. Est-ce que ce Monsieur Corrouge qui est soi disant issu de 5 générations peut nous parler de l’évolution politico-institutionnelle de la Nouvelle-Calédonie de 1853 à nos jours ? Et par la même occasion nous faire état des problématiques sociales et des inégalités grandissantes dans ce pays au lieu de se faire le porte parole des victimes de je ne sais quels comportements racistes.

    Les kanak n’ont pas a pâtir du comportement irrespectueux de certains individus, il serait ainsi judicieux d’éviter de stigmatiser a tout va une communauté en particulier en se basant sur les expèriences personnelles de je ne sais quel citoyen en manque de reconnaissance qui fait mine de chercher sa place dans une société où il est déjà bien ancré et bien au chaud.

  3. rapport de l’ONU sur la condition des kanak.
    ça ne justifie pas les inégalités institutionnelles.
    Mais à mon sens c’est a prendre en compte.
    On vois a quel point ces méchants kanak profitent de ce systeme si bien fait !!!!!
    quelques points du rapport:
    -acces a l’éducation limité (des cadres sup qui se comptent sur les doigts d’une main).
    -acces aux soins limité.
    -90% de la population carcerale.
    -stigmatisation à l’embauche (absenteisme).
    -esperance de vie de 5 à 10 ans inferieure aux autres communautés.
    -160 ans de colonisation 60 ans de droit de vote.( quelque 5000 kanak se sont battus pour la france avant d’avoir le droit de vote).

    La présence des kanak dans la république ne serait pas un probleme si ils avaient les memes chances que tous les citoyens français.
    Ce qui n’est pas le cas à la lecture de ce rapport de l’ONU.

  4. j’ai passer en novembre 2016 30 jours en vacances dans votre pays 30 jours ou j’ai fait deux fois le tour de L’ILE quel bonheur c’était merveilleux et merci à tous ces gens que j’ai rencontre poli attentif et accueillant ,merci à la dame qui tiend le snack devant la mairie de yaté;

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here