La ministre de la Justice Christiane Taubira a confié à Mireille Imbert-Quaretta, conseiller d’Etat, une mission en vue d’améliorer les conditions de détention à la prison de Nouméa, a annoncé mercredi la Chancellerie.

Mme Imbert-Quaretta, accompagnée de Frédéric Desportes, avocat général à la Cour de Cassation, et de Laurent Ridel, directeur interrégional des services pénitentiaires, se rendra à Nouméa du 28 septembre au 6 octobre, a précisé le ministère dans un communiqué. Elle devra remettre son rapport à la garde des Sceaux le 15 novembre.

Sur place, « elle rencontrera l’ensemble des acteurs locaux concernés, procédera à un examen complet de la situation locale (…) afin de proposer toutes les améliorations qu’elle jugera utiles en terme d’immobilier et d’organisation », ajoute le communiqué.

Mme Taubira avait annoncé le 6 août dans les Nouvelles Calédoniennes qu’elle envisageait l’envoi de cette mission à la prison, théâtre d’un début de mutinerie deux jours plus tôt et dont les conditions d’insalubrité et de surpopulation sont régulièrement dénoncées.

Elle avait précisé que cette mission ne serait « pas uniquement centrée sur la question pénitentiaire » mais visait aussi à « avoir des éléments sur le fonctionnement de la justice en Nouvelle-Calédonie ».

Cette mission vise à préparer « le long terme » mais « l’urgence est le maintien d’un programme immobilier de 80 places supplémentaires livrées en 2014 » à la prison de Nouméa, appelée Camp Est, avait-elle ajouté.

Reçus en juillet par Mme Taubira, les deux nouveaux députés calédoniens l’avaient alertée sur la situation « explosive » dans cette prison datant du XIXe siècle.

Fin 2011, le contrôleur général des lieux de privation de liberté, Jean-Marie Delarue, avait jugé la situation de cet établissement « gravissime ».

Dans un rapport, il avait signalé les rats, les cafards, les sols crasseux et la chaleur insupportable dans les cellules, dont certaines abritent 6 détenus dans 12 mètres carrés.

Le dossier de la réfection du Camp Est piétine depuis plusieurs années à la suite de différends entre l’Etat et la mairie de Nouméa.

( sources: Le point)

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here