Il s’agit d’une première judiciaire en France: Le tribunal correctionnel de Marseille a condamné ce mardi 18 décembre à un an de prison avec sursis une psychiatre poursuivie pour homicide involontaire après un meurtre commis par l’un de ses patients. Le 13 novembre, le procureur avait requis un an de prison avec sursis contre Danièle Canarelli, 58 ans, médecin à l’hôpital marseillais Edouard-Toulouse.

C’est la première fois qu’une psychiatre est condamnée pour homicide involontaire suite aux agissements d’un de ses patients. A l’audience, la psychiatre avait expliqué que ce patient, véritable « énigme », lui avait posé « un problème de diagnostic ». Selon elle, il ne présentait aucun symptôme, malgré sa dangerosité avérée.

En revanche, elle avait nié toute négligence dans le suivi de Joël Gaillard, de son hospitalisation en 2000 à sa fugue le 19 février 2004, vingt jours avant l’assassinat à Gap, à coups de hachette, du compagnon octogénaire de sa grand-mère, Germain Trabuc. Un meurtre pour lequel cet homme de 43 ans, atteint d’une psychose schizophrénique, a été jugé irresponsable pénalement.

Après ce non-lieu, Michel Trabuc, un des fils de la victime, avait exprimé sa colère et engagé une action contre l’Etat et contre l’hôpital, condamné en 2009 pour défaut de surveillance. Dans son ordonnance de renvoi, la juge d’instruction avait de son côté souligné de nombreuses fautes de la psychiatre ayant contribué au passage à l’acte violent de Joël Gaillard. Il lui était notamment reproché de s’être obstinée « dans ses certificats successifs, à noter l’absence de toute pathologie mentale ». Ce qui l’a finalement « conduite à ne pas soumettre son malade à un traitement approprié » et à lui accorder fin 2003 une sortie à l’essai de longue durée.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here