Utopia : Découvrez la nouvelle télé-réalité où les candidats resteront enfermés pendant un an

hqdefault Dans Utopia, une nouvelle télé-réalité, 15 participants vont vivre en communauté pendant 365 jours. Ils devront eux-même aménager le terrain qui leur est confié pour vivre dans des conditions acceptables. En créant un ersatz de société communautaire, ils mettront au point leur propre système de règles et de lois.

Endemol est la boîte de production à l’origine de nombreuses innovations dans le domaine de la téléréalité depuis les années 2000. C’est notamment cette société hollandaise qui est à l’origine de Big Brother (Loft Story dans l’hexagone) et du concept de téléréalité d’enfermement. La tête pensante de cette entreprise n’est autre que John De Mol, 58 ans. Il est le parrain de la téléréalité occidentale.

Endemol est la boîte de production à l’origine de nombreuses innovations dans le domaine de la téléréalité depuis les années 2000. C’est notamment cette société hollandaise qui est à l’origine de Big Brother (Loft Story dans l’hexagone) et du concept de téléréalité d’enfermement. La tête pensante de cette entreprise n’est autre que John De Mol, 58 ans. Il est le parrain de la téléréalité occidentale.
Pour passer une année décente, l’équipe d’utopistes hollandais va devoir user d’huile de coude. Tout est à bâtir, il n’y a aucune infrastructure a part le hangar désaffecté qui les accueille.

Cependant, les « patients 0 » de ce nouveau format de télé-réalité ne sont pas totalement livrés à eux même. Une base qui va leur permettre de survivre et de se développer leur est fournie. Les colons 2.0 disposent d’un terrain cultivable d’un hectare et demi, de 25 poules et de deux vaches. Ils ont aussi un raccordement à l’eau et à l’électricité, et disposent même d’un téléphone, pour communiquer avec l’extérieur.

Un coffre fort rondement garni de 25 000 euros est prévu pour subvenir à leurs besoins d’ordre matériels. Ensuite, à eux d’établir leurs propres lois et devoirs, et d’user de rapports de force afin de terminer l’aventure avant d’être évincé. « Ça veut dire qu’en tant que producteurs, on n’a aucun moyen d’orienter les événements. Il s’agit d’une expérience sociale, et la seule chose que nous pouvons faire, c’est de l’enregistrer. » explique le patron d’Endemol à Volkskrant.

Dans les 15 participants, on retrouve 7 femmes et 8 hommes. Parmi eux, un maçon, une infirmière, un agent de sécurité et un bodybuilder. Chaque mois, un candidat sera éliminé par un vote, et remplacé par deux prétendants, qui seront départagés après une période de test.

Le groupe évoluera sous les yeux de 98 caméras, et les internautes pourront voter pour induire certains départs, et pourront suivre la vie des utopistes 24/7 sur internet. L’émission est aussi transmise depuis le 6 janvier sur la chaîne hollandaise SBS6, et est prévue pour s’arrêter le 31 décembre 2014, si les audiences sont au rendez vous. Pour le lancement, M. De Mol tablait sur 1,5 million de spectateurs, et un public fidélisé avoisinant les 800,000. En lançant ce programme, d’une durée inédite de un an, John de Mol réalise l’un des objectifs qui lui étaient chers. En 1999, le producteur milliardaire avait en effet eu l’idée de diffuser « Big Brother » pendant 365 jours. Trop ambitieux pour l’époque, le programme avait été ramené à trois mois. Le prochain défi pour la production est de fidéliser un public sur un an, sans devenir indigeste.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *