Nous voici au début de l’hiver, à la Vallée des merveilles. L’automne est passé, les feuilles mortes sont tombées, et la neige commence à recouvrir le sommet des montagnes alentours.

Il est temps de faire un point, et de le partager ici.

Nous sommes actuellement 2 sur la propriété, un ami m’a rejoint récemment et teste de son coté la possibilité d’une vie en communauté, alors que des expériences passés lui avaient fait renoncer à l’idée d’une possible vie en communauté (échecs, démotivation, retour à la vie solitaire).

De mon coté aussi, j’ai vécu une expérience ici pendant un peu plus de 2 mois qui n’a pas “fonctionné” (du point vue de vivre en communauté, car sur d’autres plans, ces expériences ne sont pas “ratées”, mais au contraire parfaites et enrichissantes du point de vue spirituel) avec des frères et sœurs, qui sont depuis partis vers d’autres aventures. Mais j’en ai tirés de bons enseignements. J’espère que eux aussi, je leur souhaite bonne route sur leur chemin. Que leur chemin soit béni <3

Et aujourd’hui je partage ces lignes car de cette expérience personnelle sont tombés des enseignements qu’il est utile de partager, pour tous ceux qui rempruntent déjà ce chemin, ou ceux qui souhaitent le tenter un jour mais qui ont encore du mal à se décider.

Revenons sur un point essentiel développé plusieurs fois sur ce sites : la tétravalence…

Contrairement à la limitation mentale binaire (oui ou non), (bien ou mal), la tétravalence est ce qui est utilisé dans la nature par la Conscience, et en physique quantique dans les nouveaux ordinateurs. En réalité, rien n’est binaire dans la nature, tout est tétravalent.

La tétravalence donne 4 résultats possibles au lieu des 2 habituels par le système binaire mental. Cela peut être, (oui) ou (non), (oui et non), ou (ni oui ni non). 4 possibilités.

Voir plus de détails sur la tétravalence ici : https://stopmensonges.com/la-tetravalence-vue-par-les-ummains-ummites/

et ici : https://stopmensonges.com/au-dela-de-la-pensee-binaire/

L’enseignement que j’ai reçu, est le suivant…

Sur Terre, on nous a apprit à devenir de plus en plus séparés les uns des autres. Comme des petites cellules individuelles s’auto-gérant (ou le croyant du moins). Le “grand corps” de l’humanité est éclaté en petits morceaux séparés et individuels.

Même si je reconnais que cela est pure illusion du point d’observation de l’Absolu, sur le plan relatif, c’est ce qu’il semble être en tous cas.

Alors prenons ce paramètre en compte, si vous le voulez bien.

Chacun de nous dans notre individualité égotique a ses petites habitudes, ses petites manies, ses particularités et ses différences qui nous rendent aussi uniques, comme chaque feuille d’un même arbre.

Vivre en communauté implique que ce qui est distinct en apparence, s’unisse.

Mais pour s’unir, il faut prendre en compte les différences de chacun. Et c’est là que cela devient compliqué sur Terre 😉

Quand je suis allé au japon, je vivais chez des Japonais, et je me suis adapté à leur style de vie, je me déchaussait en entrant, mangeait assit par terre avec des baguettes et dormais sur un tatami.

Quand mon ami Japonais est venu en France, il a du lui aussi s’adapter à notre style de vie, il ne se déchaussait plus en rentrant, mangeait assit sur une chaise et une table avec des couverts, il dormait dans un lit.

Étant reçu “chez l’autre”, tu ne poses pas de questions et tu t’adaptes.

Et cela ne pose aucun soucis quand il s’agit de courtes périodes de visites chez l’un ou chez l’autre.

Par contre, si vous mettez un Japonais et un Occidental moyen, sur une île déserte qui ne se trouve ni chez l’un ni chez l’autre, et que vous leur demandez de vivre sous le même toit, il va y avoir des choses qui vont se révéler, chez les deux. Soit une incompatibilité de vivre ensemble (trop différents), soit l’un qui impose sa vision à l’autre (rapport de force), soit un changement en profondeur des deux pour se “recalibrer” pour permettre un possible “vivre ensemble”.

Au stade ou en est l’humanité, et par l’expérience que je vis en humanité, je pense qu’il y a une sorte de jonction à faire, en douceur, pour prendre en considération certains paramètres égotiques afin d’aller en douceur dans la transition sur la vie en communauté.

Et cela passe par le Respect.

Le Respect n’a rien a voir avec la compréhension de la différence de l’autre ou toute forme de jugement à savoir si il a raison d’avoir telle ou telle habitude, telle ou telle particularité bizarre, non, c’est tout le contraire.

Le Respect c’est : je ne cherche pas à te changer, je t’accepte comme tu es.

Le Respect ne te demande pas si tu valides ou non les habitudes de l’autre.

Le Respect se contrefiche de ton opinion, il te demande l’acceptation de ce qui est.

Cela ne veut pas dire que je suis compatible avec ta façon de vivre ou tes habitudes et que je vais me forcer à vivre a tes cotés alors que nous ne sommes pas “compatibles dans une proximité trop importante”, c’est juste accepter que les gens aient leurs particularités et leur différences.

Et si tu n’es pas content de ce qui est, tu peux si tu le souhaites aller voir ailleurs.

Si je suis végétarien je ne vais pas aller me forcer a vivre dans une communauté de non végétariens si l’odeur de la chair en décomposition m’insupporte. Par contre je respecte la différence. Je peux y passer quelques jours pour faire la fête avec eux, mais je ne vais pas y vivre. Et quand j’y passe, c’est pas pour les critiquer ou leur dire quoi faire. C’est le Respect.

Pareil pour une communauté de nudistes, si je porte des vêtements je vais pas aller passer chez eux et les forcer à en mettre ou à leur tenir un discours pour tenter de les faire changer, soit j’y vais et je m’adapte, soit j’y vais pas.

Le Respect n’a pas de jugement. Le Respect n’est pas dans le binaire (bien ou mal). Il regarde et accepte les différences. Et en conscience, il choisi de s’associer à ces différences, ou pas. Mais sans les juger.

Ici sur ce terrain, nous avons eu beaucoup de passage, des gens formidables, chacun dans leurs domaines et leurs particularités. Tous sans exceptions sont magnifiques (nous le sommes tous). Cependant, cela n’empêche pas que certaines particularités sont plus ou moins compatibles (à un moment donné de l’expérience de chacun) avec d’autres. Ceci n’est pas un jugement, mais bien au contraire, une chose naturelle que chacun peut observer dans la nature.

Nous transcendons déjà tous cela en Réalité.

Ce que tu cherches est ce qui observe.
St Francois d’Assises.

Mais il semblerait que sous cet aspect limité de la Conscience, voilée par l’égo, cela complique la tache et nécessite disons une légère transition, une adaptation afin que tout se fasse en douceur.

Les villages que j’ai visité et qui “fonctionnaient”, avaient une certaine forme de règlement intérieur pour éviter les “débordements individuels” de l’égo. Et ayant maintenant vécu certaines expériences, j’en comprend la nécessité, à ce stade de “l’expérience humaine”.

Je la reconnais chez moi, j’ai encore un peu d’égo (même si le canal est clair et bascule régulièrement dans le SOI, tant que les derniers Vassanas ne sont pas dissous, il y a basculements réguliers, c’est le cas pour la majorités de ceux qui vivent le Basculement, il y a aussi des niveaux de Samadhi pour ceux qui veulent creuser, ici), et je le vois facilement aussi dans les autres réflexions/mirroirs.

Et tant que l’égo subsiste, il est sage de composer avec ce paramètre.

Donc il semblerait qu’il soit nécessaire de se tester un peu avant de prendre une décision de vie en communauté.

Le village de “Liberty Arising” qui est celui qui fonctionnait le mieux, procédait pour chaque demande pour rejoindre la communauté à 3 périodes de test : sur 1 semaine, sur 3 mois, et sur 6 mois, et ce n’est qu’à la fin de la période de 3 mois + 6 mois que chaque intéressé se voyait accepté dans la communauté ou refusé.

Ceux qui viennent vous voir en disant : “je te connais, je veux vivre avec toi”, ne savent rien de vous en réalité et ne se connaissent pas eux même pour l’immense majorité (identifié au personnage). Ils peuvent être de bonne foi, ou se présenter à vous sous leur meilleur jour, mais c’est seulement dans les difficultés rencontrées dans le temps que le visage de l’égo se révèle, et donc seule l’expérience parle.

Donc le premier conseil à recommander à tous ceux qui montent des projets de vie en communauté c’est de donner la chance à ceux qui veulent venir, mais avec des périodes de test de compatibilité. Et s’il y a incompatibilité, il ne faut pas hésiter à le dire, dire ce qu’on à sur le cœur, et pourquoi pas se séparer, c’est comme pour les couples… Cela n’empêchera pas une amitié à distance de se créer. J’ai plein d’amis avec qui je ne préférerais pas vivre sous le même toit, cela ne m’empêche pas de les aimer et de les respecter pour ce qu’ils sont.

Commettre une erreur n’est pas grave, mais il faut la voir et la corriger en soi, si on ne veut pas que cette même erreur se reproduise encore et encore.

Voir :

Message aux Initiés – 6

Nous faisons tous des erreurs, et ce n’est pas grave. Mais ne pas les voir et ne pas les corriger peut amener à des conséquences de plus en plus dérangeantes.

Une de mes erreurs depuis longtemps (et qui se répétait donc) a toujours été de ne pas partager mon ressenti par rapport au manque de Respect dont j’étais témoins, au moment ou j’en étais témoins, je gardais beaucoup les choses pour moi afin de ne pas heurter mes proches. Et donc j’acceptais tout sans rien dire… tu es trop gentil certains m’ont souvent dit… trop contenu… trop introverti… et cela explose à un moment ou à un autre… et tout est parfait… on apprend… et tout se passe comme il se doit de toute façons… et comme le reste, le manque de respect est juste une erreur… invisible à nos yeux souvent, car conditionné à notre mental individuel… et des erreurs tous les enfants de Dieu en ont fait <3

Dans une communauté, il doit y avoir un principe commun et des principes particuliers aussi pour tenir compte du stade ou les humains sont (dans l’égo). Une sorte de pont, de jonction, pour revenir tranquillement à la Vie UNE. L’humain a été trop “détérioré/séparé” pour ne pas en tenir compte pour le moment.

Avec l’expérience, je vois chaque cellule individuelle ou famille (groupe de cellules individuelles) avoir chacun son “chez soi”, sa maison ou maisonnette, dans laquelle ses habitudes sont “les siennes” et sont respectées par les autres membres de la communauté.

Sur le même terrain, il y a ces différents “sanctuaires”. Uniques et différents. Chacun son “chez soi” avec ses habitudes. Et il y a aussi des espaces communs, aménagés ou pas, et qui sont “au delà” de l’espace individuel. On rentre dans le collectif…

Dans les espaces collectifs, il doit y avoir un abandon (partiel ou total selon les cas) de ses habitudes individuelles au profit d’une norme acceptée à l’unanimité du collectif.

Les décisions pour le collectif doivent se prendre à l’unanimité. Sans chef. Tous ensemble. Mais seulement pour les parties communes.

Chez soi, chacun est libre de vivre naturellement comme il en a l’habitude. Et chacun a le droit a son intimité et peut s’isoler ou recevoir ses amis, selon son envie. Cet espace d’intimité doit être respecté.

Ici le soucis est qu’il y a qu’une seule maison, et j’y habite, elle m’a été confiée, j’en suis le gardien provisoire disons. La cuisine est petite et la salle de bain aussi, et les deux sont en travaux. En bas de la maison ou j’habite il y a 2 pièces assez grandes, mais ni douche ni cuisine. Il faudrait l’emménager un peu avant qu’elle puisse devenir autonome comme lieu d’habitation. Et sinon il y a le terrain, ou tout peut être construit, mais cela demande du temps et des moyens humains et financiers, et on est rentré en hivers… donc on est limité… mais il y a des solutions, que ce soit en bas, ou sur le terrain.

J’accepte donc provisoirement de partager la cuisine et la salle de bain, mais certains invités qui ont dirons nous, des habitudes de vie différentes, et ne comprennent pas encore que d’autres ont aussi besoin de leur intimité, j’aime aussi être seul, je travail seul derrière mon écran, ou je médite ou joue de la musique la plus part du temps. Et cela ne nous empêche pas de passer du temps ensemble, sur le terrain, chez l’un ou chez l’autre, quand tous 2 en avons envie.

Bref cela n’est pas facile pour personne, et cela crée des tensions quand les énergies sont aussi bien différentes à la base.

C’est une transition dirons nous, tant qu’il y a égo et qu’on veut que “le film” s’améliore dans le relatif du temps linéaire de notre histoire humaine, il est sage de composer.

Petit conseil aussi pour ceux qui vivent le basculement régulier… : ne pas contenir l’égo quand il fait sa petite crise, le laisser débiter ses âneries jusqu’au bout, tout en l’observant du fond calme du cœur de l’océan. Et ainsi vous verrez combien de temps il tient à dire ses sottises sous l’œil de la Conscience…

C’est ce que je met en pratique aussi dans cet article 😉

Sinon… pour en revenir a la joie d’être là, ici sur cette planète, avec vous, et de partager tout cela, toutes ces informations qui nous tombent du Ciel par le chemin de la moindre résistance, quel bonheur 😉

Quel bonheur de savoir que nous ne sommes pas seuls et isolés, quel bonheur de savoir que nous puissions aimer en paix et en toutes circonstances, et ce malgré les nos erreurs et celles des autres. Quelles que soient nos erreurs humaines. Qu’il n’y a rien a pardonner car nous sommes “Cela qui voit” derrière tous les masques !

C’était ma petite aparté “éclatement de joie et de rires” 😉

Sinon, on a aussi eu 2 belles expériences récemment, on a refait la douche :

Et hier on a été donner un coup de main chez des amis à Breil pour découper un arbre mort de 15-20m de haut sur leur terrain 😉

C’était journée bûcheronnage. Énorme pied !

On a partagé un plat de pâtes a midi.

On a récupéré du bois, c’était génial.

Même si je ferai pas ça tous les jours 😉

Pour ceux qui veulent venir nous visiter, vous pouvez me contacter par skype : nc_freeman

Et vous pouvez aussi nous soutenir par donation ici :

Namaste

L

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here