image158Vous aussi ( comme moi je l’avoue) vous avez du faire des  » OOOOO » et  » Olalala » devant cette information .  Certainement touché, bouleversé, par cette anedocte émouvante ….
Abonnés aux mensonges et à la désinformation, nos médias mainstream nous ont encore vendu de l’émotion pour renflouer les caisses et servir, par la même occasion, des arguments au gouvernement. En effet, une photographie prise en Syrie a provoqué l’indignation générale en faisant le tour du Net et de la presse. Cependant, les journalistes impliqués dans la diffusion de ce cliché ont participé à un mensonge de grande envergure.

Ce dimanche, la plupart des grands journaux ont présenté la photographie de Marwan, âgé de 4 ans, perdu dans le désert près de la frontière syrienne. Seul, il aurait « perdu toute trace de sa famille ». Comme 3 millions de Syriens, le jeune Marwan n’avait d’autre solution que de quitter son pays pour trouver un refuge. Selon le Parisien, l’enfant aurait été retrouvé et conduit en Jordanie par les membres d’une équipe de l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR). Une journaliste de CNN, Hala Gorani, a diffusé le cliché.

Maintenant, voici la photo originale de l’arrivée de Marwan et de sa famille en Jordanie. Par ailleurs, les membres de l’Agence des Nation Unies pour les réfugiés n’ont pas retrouvé Marwan, comme le prétendent les médias de masse. Ce cliché révèle que Marwan n’était ni seul ni perdu, puisqu’il faisait parti d’un groupe de Syriens qui se déplaçait vers la Jordanie. Pourtant, la journaliste de CNN a jugé opportun de diffuser ce cliché, mis en scène et repris par toute la presse internationale, et de le commenter d’un mensonge dans le seul but de servir les intérêts de l’opposition au régime syrien.

image162Une fois de plus, l’organe de propagande nous démontre ses méthodes de manipulation en cherchant à légitimer et à justifier la nécessité d’une intervention militaire de l’Occident en Syrie. Il ne fait aucun doute que les Syriens vivent un drame sans précédent ; ils meurent par milliers depuis les premiers affrontements en mars 2011. Les Syriens sont contraints de fuir leur pays et de se réfugier dans les territoires limitrophes. En constatant le massacre, une question se pose : à qui profite le crime ? Certainement pas à Bachar el-Assad. Comment peut-on imaginer que les militaires syriens pourraient tuer des membres de leurs familles, leurs voisins et leurs compatriotes indignement sans résister aux ordres de leur hiérarchie ? Mais alors, qu’en est-il de l’ingérence des « rebelles » ? Ces « rebelles » sont officiellement identifiés comme des combattants aux ordres d’Al-Qaïda par la voie de milices, à l’instar d’Al-Nusra. Ces mêmes armées terroristes qui, soutenues et protégées par l’Occident, répandent la confusion et commettent les pires crimes.

Effectivement, nous pouvons remarquer ici que la situation désespérée de la Syrie est bénéfique aux médias, qui profitent de la souffrance du peuple pour augmenter leur audimat et du même coup, appuyer la politique extérieure menée par le gouvernement.

Consternant !!!

1 COMMENT

  1. Comment peut-on imaginer qu’aux pires heures du Stalinisme, plusieurs millions de Soviétiques aient été tués entre autre par d’autres Soviétiques, leur frères, soeurs, voisins, amis?

    L’homme est un loup pour l’homme,il ne faut jamais douter de notre capacité de nuire à autrui.

    Il y’a toujours une bonne raison pour se débarrasser d’un autre: trop grand, trop petit, trop blond, trop foncé, trop croyant, trop différent…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here