Le gouvernement des Etats-Unis et ses marionnettes de l’OTAN ont tué des musulmans, hommes, femmes et enfants pendant une décennie au motif de leur apporter la démocratie. Mais l’occident lui-même est-il une démocratie ?

Les sceptiques font remarquer que le président George W. Bush a été institué dans son mandat présidentiel par la cour suprême et qu’un certain nombre d’autres élections ont été décidées par des machines électroniques qui ne laissent aucune trace tangible de papier. D’autres notent que les élus représentent les intérêts spéciaux qui financent leurs campagnes électorales et non leur électorat. Le sauvetage des banques arrangé par le ministre de l’économie de George W. Bush et ancien directeur de Goldman Sachs, Henry Paulson, ainsi que le refus d’inculper les banksters pour leur fraude qui a occasionnée la crise économique attestent que le gouvernement américain représente l’argent et non les citoyens.

Les évènements récents de Grèce et d’Italie ont ajouté aux doutes sur le caractère démocratique des régimes occidentaux. Deux premiers ministres élus George Papandreou de Grèce et Silvio Berlusconi d’Italie, furent forcés de démissionner à propos de la dette souveraine. Même le milliardaire Berlusconi, à la tête du plus grand parti politique italien, n’a pu soutenir la pression mise sur lui par les banquiers privés et les officiels non-élus de l’Union Européenne.

Papandréou n’a duré que 10 jours après avoir annoncé le 31 Octobre 2011, qu’il laisserait le peuple grec décider par referendum s’il accepterait ou non l’austérité imposée au peuple grec par des instances extérieures. L’austérité est le prix qu’a fixé l’UE pour prêter au gouvernement grec l’argent pour payer les banques. En d’autres termes, la question était l’austérité ou le défaut de paiement. Quoi qu’il en soit, ce fut décidé sans la participation du peuple grec.

Conséquemment, les Grecs sont dans la rue. Les conditions qui accompagnent la dernière tranche du package de sauvetage ont amené encore plus de Grecs dans les rues d’Athènes et des autres villes. Les citoyens protestent la coupe drastique de 20% du revenu minimum et des retraites de plus de 12 000 Euros par an, ainsi que plus de coupes dans les emplois du secteur public. Les impôts ont été augmentés de 2,3 milliards d’Euros l’an dernier et il est prévu d’augmenter encore ceux-ci pour lever 3,4 milliards d’euros en 2013. L’austérité est imposée malgré un taux de chômage de 21% et de 48% pour ceux de moins de 25 ans.

On peut observer que les banques, qui furent insouciantes quant à leurs prêts aux gouvernements, forcent maintenant les peuples à sauver les banquiers des conséquences de leurs mauvaises décisions.

On peut aussi remarquer que l’UE utilise la crise de la dette souveraine pour augmenter son contrôle et son pouvoir sur les états membres de l’UE.

Certains disent que l’UE utilise les banques pour respecter son agenda, d’autres disent que les banques utilisent l’UE pour leur agenda.

De fait, il se peut qu’ils s’utilisent l’un l’autre, de toute façon la démocratie n’est en rien partie intégrante de ce processus.

Le premier ministre grec nommé, et non pas élu, est Lucas Papadémos. Il est l’ancien gouverneur de la banque centrale grecque, un membre de la commission trilatérale des Rockefeller et l’ex-vice président de la Banque Centrale Européenne. En d’autres termes, c’est un banquier, nommé pour représenter les banques.

Le 12 Février, le premier ministre nommé, dont le travail consiste à délivrer la Grèce soit aux banques soit à Bruxelles, n’a pas vu l’ironie de sa déclaration qui disait que “la violence n’a pas sa place dans la démocratie”. Il n’a pas vu non plus l’ironie du fait que 40 parlementaires élus du parlement grec, qui rejettèrent les termes du sauvetage ont été expulsés par les partis de la coalition régnante. La violence amène la violence. La violence dans la rue est une réponse à la violence économique qui est commise contre le peuple grec.

L’Italie a formé un second gouvernement démocratique dénué de toute démocratie. Le premier ministre nommé, Mario Monti, ne doit pas faire face à des élections avant Avril 2013. De plus, d’après la presse, son “cabinet technocrate” n’inclut pas un seul politicien élu du peuple. Les banques ne prennent aucun risque: Monti est à la fois premier ministre et ministre des finances et de l’économie du pays.

Le pédigré de Monti indique qu’il représente à la fois l’UE et les banques. Il est l’ancien conseiller européen de Goldman Sachs, le président européen de la commission trilatérale, un membre du groupe Bilderberg, ancien commissaire européen et un membre fondateur du groupe Spinelli, une organisation lancée en Septembre 2010 afin de faciliter l’intégration au sein de l’UE, ce qui veut dire en clair, de faire avancer le centralisme européen au dessus des états-nations membres.

Il fait peu de doute que les gouvernements européens, tout comme Washington, ont été financièrement irresponsables, vivant au delà de leurs moyens en bâtissant de la dette sur le dos de leurs citoyens. Quelque chose se devait d’être fait; mais ce qui est fait n’a rien de démocratique. Ceci est une indication supplémentaire que l’élite occidentale – la commission trilatérale, le conseil en relations étrangères (CFR), le groupe Bilderberg, l’UE, les corporations transnationales, les banques sur-dimensionnées et les méga-riches – ne croient plus en la démocratie.

Peut-être que les historiens du futur concluront que la démocratie a servi les intérêts de l’argent afin de sortir du pouvoir des royautés, de l’aristocratie et des prédations gouvernementales et alors que l’argent a établi son contrôle sur les gouvernements, la démocratie devint alors une charge inutile. Les historiens parleront alors de transition du droit divin des rois au droit divin de l’argent.

1 COMMENT

  1. Rapport d’Amnesty International

    France

    Cette année encore, des cas de mauvais traitements par des responsables de l’application des lois ont été signalés. Les enquêtes sur ces allégations progressaient lentement. Un projet de loi concernant l’immigration et l’asile était incompatible avec le droit de solliciter l’asile. Le Conseil constitutionnel a déclaré contraire à la Constitution le régime de garde à vue pour les infractions de droit commun. Les Roms et les gens du voyage étaient stigmatisés ; ils étaient expulsés par la force de leurs campements et renvoyés dans leur pays d’origine.
    Torture et autres mauvais traitements

    Dans ses observations finales adoptées le 14 mai, le Comité contre la torture [ONU] a exprimé sa préoccupation à propos des allégations persistantes de mauvais traitements qui auraient été infligés par des agents de la force publique. Il a instamment prié les autorités de faire en sorte que ces allégations fassent sans délai l’objet d’une enquête transparente et indépendante, et que les auteurs de tels agissements soient sanctionnés de manière appropriée.

    Statuant sur l’affaire Darraj c. France, la Cour européenne des droits de l’homme a considéré, le 4 novembre, que la France avait violé l’interdiction de la torture et des autres formes de mauvais traitements énoncée par la Convention européenne des droits de l’homme. En juillet 2001, Yassine Darraj, un Français de 16 ans, avait été conduit dans un commissariat pour un contrôle d’identité. Les policiers l’avaient menotté et avaient eu recours à la force, et l’adolescent avait dû subir en urgence une intervention chirurgicale ayant entraîné une incapacité totale de travail de 21 jours. La Cour a conclu que l’amende de 800 euros pour « blessures involontaires » à laquelle deux des policiers avaient été condamnés en appel n’était pas adéquate.

    Haut de la page
    Morts en détention

    Outre la lenteur de leur progression, les enquêtes sur des cas de mort en détention semblaient manquer d’indépendance et d’impartialité.

    Le 17 mai, la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) a demandé qu’une procédure disciplinaire soit engagée à l’encontre de policiers accusés d’avoir usé de la force d’une manière disproportionnée contre Ali Ziri, un Algérien de 69 ans, à la suite de son interpellation à Argenteuil le 9 juin 2009. Cet homme était passager d’une voiture conduite par un de ses amis, Arezki Kerfali. Le véhicule a fait l’objet d’un contrôle de police. Selon les déclarations d’Arezki Kerfali, les deux hommes ont été frappés puis emmenés à l’hôpital, où Ali Ziri est mort. Arezki Kerfali a été inculpé d’outrage à agent de la force publique. Il devait être jugé le 24 juin, mais l’audience a été ajournée dans l’attente d’une décision dans l’affaire concernant la mort d’Ali Ziri.
    En mars, la juge d’instruction chargée du dossier d’Abou Bakari Tandia, mort en janvier 2005 des suites des blessures qui lui avaient été infligées pendant sa garde à vue, a interrogé les trois médecins légistes qui avaient rédigé en juillet 2009 un rapport contredisant la version des faits donnée par la police. Les experts ont découvert qu’une altercation avait eu lieu entre Abou Bakari Tandia et les policiers concernés, ce qui rendait encore moins crédible la version de la police selon laquelle cet homme s’était volontairement cogné la tête contre le mur de sa cellule. En novembre, la juge a interrogé les policiers en tant que témoins assistés.
    En septembre, la cour d’appel d’Aix-en-Provence a infirmé l’ordonnance de non-lieu rendue par les juges d’instruction en faveur de deux policiers soupçonnés d’homicide involontaire sur la personne d’Abdelhakim Ajimi, mort après avoir été immobilisé par des policiers au moment de son interpellation en mai 2008. En avril, la CNDS avait recommandé l’ouverture d’une procédure disciplinaire contre les policiers impliqués, pour avoir eu un recours à la force disproportionné à un moment où cela n’était plus nécessaire.
    Plus d’un an après l’ouverture d’une information judiciaire sur l’« homicide involontaire » de Mohamed Boukrourou, les policiers qui avaient procédé à son arrestation n’avaient pas été mis en examen et n’avaient fait l’objet d’aucune procédure disciplinaire. Cet homme avait été arrêté le 12 novembre 2009, à la suite d’une dispute dans la pharmacie de son quartier, par quatre policiers qui l’avaient menotté et lui avaient demandé de les suivre. Selon des témoins, il avait refusé et les policiers l’avaient traîné de force dans leur fourgon, où ils l’avaient frappé, notamment à coups de pied. Moins de deux heures plus tard il était déclaré mort. Après avoir vu le corps de Mohamed Boukrourou, sa famille a indiqué qu’il avait le visage couvert d’ecchymoses, la lèvre fendue et la joue arrachée. Deux rapports médicolégaux – l’un effectué en novembre 2009 à la demande de la procureure de la République de Montbéliard, l’autre conduit en juin 2010 à la demande de la famille – ont relevé des traces de blessures sur le corps qui pourraient avoir été provoquées par des coups et ont conclu qu’une défaillance cardiaque était probablement à l’origine de la mort. Les deux rapports demandaient des examens médicaux complémentaires afin de clarifier les circonstances de la mort. Les résultats de ces examens n’avaient pas été rendus publics à la fin de l’année. La CNDS et l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) avaient elles aussi ouvert une enquête, en novembre et décembre 2009 respectivement. Les deux enquêtes n’étaient pas terminées à la fin de l’année.

    Haut de la page
    Détenus de Guantánamo

    Le 26 février, la Cour de cassation a ordonné que cinq Français qui avaient été détenus à Guantánamo et transférés en France en 2004 et 2005 soient rejugés pour des infractions liées au terrorisme. La cour d’appel de Paris avait infirmé, en février 2009, la décision du tribunal correctionnel de Paris qui les avait déclarés coupables d’« association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste », au motif que le tribunal avait utilisé illégalement des informations fournies par les services français du renseignement, qui les avaient obtenues lors d’interrogatoires menés à Guantánamo.

    Haut de la page
    Réfugiés et demandeurs d’asile

    En juillet, le Conseil d’État a partiellement annulé une décision du conseil d’administration de l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) établissant une liste de 17 pays d’origine « sûrs » pour l’examen de demandes d’asile. Les demandes d’asile déposées par des personnes originaires de pays « sûrs » sont examinées selon une procédure accélérée en vertu de laquelle les demandeurs déboutés en première instance peuvent être renvoyés de force dans leur pays avant que leur recours soit examiné. Le Conseil d’État a estimé que l’Arménie, Madagascar et la Turquie ne répondaient pas aux critères requis en matière de droits humains pour figurer sur la liste des pays « sûrs », et a considéré que le Mali était « sûr » pour les hommes uniquement.

    Le Parlement débattait depuis le mois de septembre d’un projet de loi sur l’immigration et l’asile dont certaines dispositions n’étaient pas conformes aux normes internationales relatives aux droits humains. Le texte prévoyait qu’en cas d’interception d’un groupe d’au moins 10 étrangers à proximité de la frontière française, les intéressés seraient placés dans une « zone d’attente » située entre le lieu de leur interpellation et la frontière. Leur demande d’entrer sur le sol français pour solliciter l’asile serait examinée ; si elle était jugée « manifestement infondée », ils seraient renvoyés dans leur pays d’origine et ne disposeraient que d’un délai de 48 heures pour contester cette décision.
    Haut de la page
    Évolutions juridiques, constitutionnelles ou institutionnelles

    En juin, le Sénat a débuté l’examen du projet de loi relatif aux missions et pouvoirs du Défenseur des droits, une institution devant concentrer les attributions de la CNDS, du Défenseur des enfants, du Médiateur de la République, de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) et du Contrôleur général des lieux de privation de liberté. On craignait que cette loi n’ait pour conséquence la perte de l’expertise et de l’indépendance qui caractérisaient ces institutions.

    Le 30 juillet, le Conseil constitutionnel a conclu que la loi relative à la garde à vue était contraire à la Constitution car elle ne garantissait pas le droit des détenus à être défendus, notamment l’assistance effective d’un avocat et la notification du droit de garder le silence. Le Conseil a toutefois décidé que les dispositions de la loi actuelle resteraient en vigueur jusqu’au 1er juillet 2011. Les règles encore plus restrictives s’appliquant aux personnes soupçonnées d’activités ayant trait au terrorisme, d’infractions graves liées au crime organisé ou de trafic de stupéfiants n’ont pas été examinées par le Conseil.

    Le Conseil des ministres a adopté en octobre un projet de loi visant à modifier le régime de la garde à vue, qui ne répondait pas à toutes les préoccupations en matière de droits humains. Quelques jours plus tard, la Cour de cassation a conclu que l’ensemble du régime de garde à vue était contraire à la Constitution, y compris les dispositions s’appliquant aux personnes soupçonnées d’activités ayant trait au terrorisme, d’infractions graves liées au crime organisé ou de trafic de stupéfiants.
    Haut de la page
    Racisme et discrimination

    Les Roms et les gens du voyage étaient stigmatisés par les représentants de l’État. Lors d’une réunion interministérielle organisée en juillet pour débattre des « problèmes que posent les comportements de certains parmi les gens du voyage et les Roms », le président Nicolas Sarkozy a désigné les « campements illégaux » de Roms comme étant des sources de criminalité et il a demandé au gouvernement de les démanteler dans un délai de trois mois. Le 5 août, le ministre de l’Intérieur a donné pour instruction aux préfets de démanteler systématiquement les « camps illicites », en priorité ceux des Roms, et de procéder à la « reconduite immédiate des étrangers en situation irrégulière ». Cette instruction a été supprimée après sa publication par les médias. Elle a été remplacée, le 13 septembre, par une autre qui mentionnait « toute installation illégale, quels qu’en soient les occupants ». Amnesty International restait toutefois préoccupée par la marginalisation des Roms, contre qui étaient dirigées des opérations d’expulsion forcée et de reconduite à la frontière. En septembre, le gouvernement a soumis au Parlement un projet de loi visant à faciliter le renvoi d’étrangers, y compris les ressortissants des pays de l’Union européenne, « abusant du droit à un court séjour » en faisant des allers et retours répétés.

    En août, le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale [ONU] s’est inquiété de la tenue de discours politiques discriminatoires. Il s’est également déclaré préoccupé de la montée des violences à caractère raciste envers les Roms et des difficultés rencontrées par les gens du voyage dans leur liberté de circulation et l’exercice du droit de vote, ainsi que dans leur accès à l’éducation et à un logement décent.

    En octobre, le Conseil constitutionnel a estimé qu’une loi adoptée en septembre par le Parlement et qui interdisait le port, dans l’espace public, d’une tenue destinée à dissimuler le visage, ne restreignait pas d’une manière disproportionnée les droits individuels. Il a toutefois précisé que l’interdiction ne pouvait pas s’appliquer dans les lieux de culte publics. Amnesty International craignait que l’interdiction contenue dans la loi ne viole les droits à la liberté d’expression et de religion des femmes qui choisissent d’exprimer leur identité ou leurs convictions par le port de la burqa ou du niqab.

    http://amnesty.org/fr/region/france/report-2011

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here