A force de surfer sur le net et de lire des tonnes d’info j’ai décidé de lancer cette petite rubrique « ludique » pour vous faire partager toutes les interventions ( pertinentes ……. ou pas lol) qui ont retenus mon attention sur la toile de nous’aute 😉

Donc vu sur le net calédonienne ou a propos de la Calédonie voici mes melting pot de réactions préférées pour aujourd’hui .. mais je le répète voila une rubrique que je pense devenir récurrente…..

a propos du transfert de compétence:

« C’est un jour historique pour les Calédoniens. Ce lundi matin, dans les locaux du Haut commissariat, Philippe Dassonville, Haut commissaire de la Nouvelle-Calédonie et Philippe Gomès, président du gouvernement ont signé une convention cadre dans le but de préparer les futurs transferts de compétence. Cet engagement conjoint de l’Etat et de la Nouvelle-Calédonie est une nouvelle étape dans l’accession du Caillou à la souveraineté prévu d’ici 2018. A cette date, la Nouvelle-Calédonie sera donc indépendante dans tous les domaines, à l’exception de la Défense, la sécurité, la Justice et la Monnaie, toujours à la charge de l’Etat français. » (vu sur yahoue)

« C’est une vraie prise en main de notre destin. Des compétences importantes vont nous être transférées. (…) Nous devons avoir les capacités de les exercer. Il est essentiel que l’Etat nous accompagne pour d’abord préparer, et ensuite exercer ces compétences » ( dixit Philippe Gomes)

« Le risque est inhérent à l’exercice : transférer à la Nouvelle-Calédonie, un territoire de 250 000 habitants des prérogatives qui sont des prérogatives qui appartiennent à l’Etat en métropole. Les garanties, c’est qu’aucun ministère ne pourra refuser de fournir de l’expertise, des hauts fonctionnaires mis à disposition ou de la formation, pour que ce transfert soit un succès »(dixit Yves Dassonville (Haut-Commissaire)

A propos du film L’ordre et la Morale:

;Il paraît que « l’Ordre et la morale », le film qui relate les évènements d’Ouvéa et tourné en Polynésie Française est sans concession pour l’Etat et le FLNKS. Vraie info ou intox (dixit Simon Loueckote)

« De la même manière que le préambule de l’accord de Nouméa a permis de mettre des mots sur des douleurs, le tournage de l’ordre et la morale retrace l’ ombre et la lumière de notre histoire coloniale ». « ce film représente un symbole fort en Nouvelle Calédonie, et nous permet de repartir sur de bonnes bases, celles de la fraternité… » c’est ainsi que Philippe Gomes a décrit le sujet. « Bien sûr je regrette que le film n’ai pas put être tourné en Nouvelle Calédonie, mais ici au moins, on est en terrain neutre…c’est mieux ainsi » poursuit-il rappelant qu’une seule personne continuait à faire obstacle à ce tournage, mais que cela se respectait.
Il a également tenu a souligner que Paul Naouti, président de la province Nord, soutenait également ce projet.( vu sur tahiti info)

A propos de l’independance:

« Je suis venu, vous le savez, pour témoigner du passé, pour constater le présent et pour envisager l’avenir… L’avenir ne se commande pas mais il se prépare et ce qu’on sait faire, a toujours sesconséquences et ce qu’on néglige, on ne manque jamais de la payer. » Charles De GAULLE, Nouméa le 15 Septembre 1956 lors de …sa visite en Nouvelle-Calédonie (dixit Simon Loueckote qui cite Charles De gaulle)

« L’indépendance de la Nouvelle-Calédonie a de très grandes chances de se produire entre 2014 et 2018 parce que plusieurs scrutins d’autodétermination pourront être organisés en cas de réponse négative au premier comme le précise cet extrait de l’accord de Nouméa signé le 5 mai 1998 par le Premier Ministre en exercice Lionel Jospin :
L’évolution de l’organisation politique de la Nouvelle-CalédonieAu cours du quatrième mandat (de cinq ans) du Congrès, une consultation électorale sera organisée. La date de cette consultation sera déterminée par le Congrès, au cours de ce mandat, à la majorité qualifiée des trois cinquièmes.
Si le Congrès n’a pas fixé cette date avant la fin de l’avant-dernière année de ce quatrième mandat, la consultation sera organisée, à une date fixée par l’Etat, dans la dernière année du mandat.
La consultation portera sur le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l’accès à un statut international de pleine responsabilité et l’organisation de la citoyenneté en nationalité.
Si la réponse des électeurs à ces propositions est négative, le tiers des membres du Congrès pourra provoquer l’organisation d’une nouvelle consultation qui interviendra dans la deuxième année suivant la première consultation. Si la réponse est à nouveau négative, une nouvelle consultation pourra être organisée selon la même procédure et dans les mêmes délais. Si la réponse est encore négative, les partenaires politiques se réuniront pour examiner la situation ainsi créée
Tant que les consultations n’auront pas abouti à la nouvelle organisation politique proposée, l’organisation politique mise en place par l’accord de 1998 restera en vigueur, à son dernier stade d’évolution, sans possibilité de retour en arrière, cette  » irréversibilité  » étant constitutionnellement garantie.
Le résultat de cette consultation s’appliquera globalement pour l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie. Une partie de la Nouvelle-Calédonie ne pourra accéder seule à la pleine souveraineté, ou conserver seule des liens différents avec la France, au motif que les résultats de la consultation électorale y auraient été différents du résultat global.
L’Etat reconnaît la vocation de la Nouvelle-Calédonie à bénéficier, à la fin de cette période, d’une complète émancipation. »( vu sur TTFR)

« Le concept d’indépendance n’a plus de sens. » L’ancien premier ministre, qui a rétabli la paix civile dans cette collectivité d’outre-mer grâce aux accords de Matignon, il y a vingt ans, fait le constat suivant : « Les enjeux du monde d’aujourd’hui ne sont plus à la portée d’un pays solitaire (…). Il est clair que le concept d’indépendance nationale tel que sanctionné par l’ONU ne marche plus très bien, puisque sont reconnues nations indépendantes celles qui ont les pouvoirs monétaire, de défense et de souveraineté civile (…). Toutes ces parties, jamais la Nouvelle-Calédonie ne les demandera. Cela coûterait trop cher et ce n’est plus une affaire de souveraineté. » ( dixit Michel Rocard à propos de la Nouvelle-Calédonie)


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here