Ce n’est un secret pour personne qu’au cours des quatre dernières décennies, les médias grand public sont passés de dizaines d’entreprises concurrentes à six seulement. Des centaines de chaînes, sites Web, sources d’information, journaux et magazines, qui représentent 90 % de tous les médias, sont contrôlés par très peu de gens, ce qui donne aux Américains (mais pas que eux) l’illusion du choix.

Alors que six entreprises qui contrôlent la plupart de tout ce que le monde occidental consomme en matière de médias peut paraître bien sinistre, le Swiss Propaganda Research Center (SPR) vient de publier des informations encore pires.

Le groupe de recherche a réussi à lier toutes ces entreprises médiatiques à une seule organisation, le Council on Foreign Relations (CFR).

Pour ceux qui l’ignorent peut-être, le CFR est un des principaux membres du cercle des groupes de réflexion de Washington qui font la promotion d’une guerre sans fin. Comme l’ancien commandant de l’armée Todd Pierce le décrit, ce groupe agit en tant que “provocateur primaire” en utilisant “la suggestivité psychologique” pour créer un faux récit d’un danger venant d’une entité étrangère, l’objectif étant de créer la paranoïa au sein de la population américaine en lui faisant croire qu’elle est sous la menace imminente d’attaque ou de prise de contrôle.”

Robert Kagan, membre senior du CFR et néoconservateur belliciste véhément, a même proclamé publiquement que les Etats-Unis devraient créer un empire.

Le récit créé par le CFR et ses cohortes est capté par leurs communicateurs secondaires, également connus sous le nom de médias grand public, qui le donne à la population sans analyse ni questionnement.

En regardant le tableau de SPR, la portée de cette seule organisation est si vaste qu’il n’y a pas de mystère pour savoir comment ces psychopathes d’élite poussent les Américains à accepter une guerre sans fin aux dépens de leurs mères, pères, fils et filles.

Les meilleurs journalistes et cadres de toutes les grandes entreprises médiatiques sont intégrés dans le CFR. Comme l’illustre le graphique ci-dessous, le CFR a encore plus de contrôle dans les médias grand public que le méchant Groupe Bilderberg et la Commission trilatérale.

( Cliquez sur l’image pour zoomer )

Comme le souligne le SPR, Richard Harwood, ancien rédacteur en chef et médiateur du Washington Post, a écrit au sujet du Council on Foreign Relations en reconnaissant que ses membres correspondent très probablement à ce que l’on pourrait appeler «l’établissement au pouvoir des États-Unis».

M. Harwood a ajouté :

«Les membres de ces journalistes dans le conseil, peu importe ce qu’ils pensent d’eux-mêmes, est une preuve de leur rôle actif et important dans les affaires publiques et leur ascension au sein de la classe dirigeante américaine. Ils ne se contentent pas d’analyser et d’interpréter la politique étrangère des États-Unis; ils aident à la faire.»

Laisse couler ça. Ce groupe de propagandistes américains professionnels, non élus et irresponsables ne se contente pas d’analyser la politique du gouvernement américain – ils la font.

Alors que seulement cinq pour cent des membres de la CRF travaillent dans les médias, comme le souligne SPR, c’est tout ce dont ils ont besoin pour mettre en œuvre la volonté de ses autres membres qui comprennent :

  • plusieurs présidents et vice-présidents américains des deux parties;
  • presque tous les ministres des Affaires étrangères, de la Défense et des Finances;
  • la plupart des chefs d’état-major et des commandants de l’armée américaine et de l’OTAN;
  • presque tous les conseillers en sécurité nationale, directeurs de la CIA, ambassadeurs des Nations Unies, présidents de la Fed, présidents de la Banque mondiale et directeurs du Conseil économique national;
  • certains des membres les plus influents du Congrès (surtout les politiciens des affaires étrangères et de la sécurité);
  • de nombreux responsables de médias et journalistes de renom, ainsi que certains des acteurs les plus célèbres;
  • de nombreux universitaires éminents, en particulier dans les domaines clés de l’économie, des relations internationales, des sciences politiques et historiques et du journalisme;
  • de nombreux cadres de groupes de réflexion, d’universités, d’ONG et de Wall Street;
  • et des membres clés de la Commission du 9/11 et de la Commission Warren (JFK)

Pour souligner à quel point le CFR exerce un contrôle sur les médias, il suffit de constater qu’ils opèrent ouvertement et ne reçoivent pratiquement aucune couverture médiatique. L’ancien président du CFR, haut-commissaire pour l’Allemagne, cofondateur du pont de l’Atlantique, président de la Banque mondiale et conseiller de neuf présidents américains, John J. McCloy s’est en fait vanté publiquement de la sélection des politiciens américains par le CFR.

“Chaque fois que nous avions besoin d’un homme [à Washington], nous ne faisions qu’effleurer la liste des membres du Conseil et passer un appel à New York [au siège du CFR],” a déclaré McCloy.

Jusqu’à l’élection de Trump, les quatre derniers présidents ont été le directeur du CFR, George HW Bush, qui a été remplacé par un membre du CFR, Bill Clinton, qui a été remplacé par un membre de la famille du CFR, George W Bush, qui a ensuite été remplacé par le candidat aspirant au CFR Barack Obama – qui a rempli son cabinet de membres du groupe d’élite.

Bien que Donald Trump n’ait jamais été un membre public du CFR, cela ne l’a pas empêché de remplir la Maison-Blanche de dizaines de membres du CFR.

Voici quelques-uns des membres du CFR nommés par Trump :

  • Elaine Chao, secrétaire des Transports des États-Unis (membre individuel du CFR)
  • Jamie Dimon, membre du Forum stratégique et politique (membre corporatif du CFR)
  • Jim Donovan, secrétaire adjoint au Trésor (membre corporatif du CFR)
  • Larry Fink, membre du Forum sur la stratégie et les politiques (membre corporatif du CFR)
  • Neil M. Gorsuch, juge de la Cour suprême (membre individuel du CFR)
  • le Vice-amiral Robert S. Harward, conseiller en sécurité nationale (nomination refusée) (membre corporatif du CFR)

Même si Trump n’était pas un membre à part entière du CFR, son cabinet est composé presque entièrement de ses membres. Comme l’illustre cette information, la démocratie est une illusion. Si jamais vous aviez besoin d’une autre raison pour vous éloigner des médias grand public et chercher des informations pour vous-même, la voilà. Cela explique aussi pourquoi des informations comme celle-ci, qui remettent en question cette vision du monde, sont attaquées.

Veuillez partager cet article avec vos amis et votre famille pour leur montrer à quel point l’information, le processus politique et leur vie sont contrôlés par une poignée de personnes.

Sourcehttp://thefreethoughtproject.com/wikileaks-exposes-cfr-media-control/ et https://swprs.org/the-american-empire-and-its-media/

Traductionhttps://fr.prepareforchange.net/2018/02/01/wikileaks-montre-comment-le-council-on-foreign-relations-controle-la-plupart-des-medias-grand-public/

References

  1. Council on Foreign Relations:
  2. Bilderberg conference: participant lists 1954 to 2014 and 2015-2017
  3. Trilateral Commission: membership lists of 19731978198519952010; and 2017
  4. Laurence H. Shoup (2015): Wall Street’s Think Tank: The Council on Foreign Relations and the Empire of Neoliberal Geopolitics, 1976-2014Monthly Review Press
  5. Wikipedia pages about the CFR, the Bilderberg Group, and the Trilateral Commission

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here