Austérité : une erreur gravissime du FMI

Le FMI aurait fait une erreur mathématique sur un mécanisme au cœur des politiques d’austérité en place en Europe. La réalité pourrait être encore plus dévastatrice.

L’information est presque passée inaperçue, mais elle pourrait pourtant remettre en cause les politiques d’austérité mises en place dans plusieurs pays européens.

Un document de travail du FMI révèle que l’institution s’est trompée en évaluant l’impact sur l’économie des mesures d’austérité imposées à la Grèce, l’Espagne et l’Italie.

C’est un Mea Culpa qui pourrait donner raison à ceux qui pensent que les politiques de rigueur ne feront pas sortir l’Europe de la crise.

Le FMI s’est en fait trompé de modèle mathématique, et c’est un Français, Olivier Blanchard, économiste en chef du Fond Monétaire International qui a remarqué cette bévue.

Le FMI a oublié l’impact psychologique des mesures d’austérité

Les spécialistes avaient calculé qu’un euro d’économie réalisé dans le cadre d’un plan d’austérité impliquait aussi un euro de moins dans le PIB des pays concernés. Seulement, la théorie n’a jamais fonctionné dans la réalité.

Pour un euro économisé, des pays comme la Grèce, l’Espagne et l’Italie ont parfois vu disparaître jusqu’à 3 euros de leur PIB.

Car les experts du FMI ont en fait oublié de tenir compte de l’impact psychologique des mesures d’austérité. La crise a été très violente, les investisseurs ont pris peur et toute l’économie s’est arrêtée.

Le FMI n’a pas été le seul à faire ce calcul. La BCE et la Commission Européenne se sont elles aussi trompées. Pour autant, toutes ces institutions maintiennent que l’austérité était nécessaire.

Rejoindre la conversation

4 commentaires

  1. Cela apporte de l’eau au moulin de ceux qui disent que la « crise » est artificielle, que la crise de la dette a été déclenchée par la loi Rotschild…

    Même Michel Rocard nous explique que la crise de la dette a été déclenchée par la loi Rotschild et que l’union européenne veut nous enfermer dans le piège de la dette pour mieux exiger de nous que nous abandonnons notre souveraineté…

    http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2013/01/07/rocard-nous-explique-que-la-crise-de-la-dette-est-un-vol/
    http://www.dailymotion.com/video/xwjfu4_loi-du-3-janvier-1973-sur-la-banque-de-france-les-aveux-de-michel-rocard_webcam?start=161#.UOtw3eSKvlU

    Le véritable but de la crise de la dette et des mesures d’austérité serait la « soviétisation » de l’Europe de l’Ouest par :

    – l’abandon par les Etats européens de leur souveraineté au profit des technocrates de Bruxelles qui décideront à la place des élus, sur le modèle des commissaires du peuple de l’ex URSS,

    – le nivellement par le bas des salaires et des avantages sociaux pour les amener au même niveau que celui des pays de l’Est et du Sud Est asiatique avec pour conséquence la suppression à terme des classes moyennes…

  2. l’illusion persiste :il y aurait une autre voie permettant le développement économique ,le plein emploi sans baisse des dépenses publiques sans austérité
    on peut comprendre les socialistes la source de leur Pouvoir est chez les fonctionnaires et les assistés DONC il faut continuer à dépenser l’argent que nous n’avons pas et donc il faut emprunter plus de toutes façons on ne remboursera pas comme dirait Mélenchon
    le problème c’est que les 2/3 de notre dette est détenue par l’étranger.. et que nous représentons 1% de la population mondiale Comment envisager un bras de fer avec le monde entier
    la solution serait de sortir de l’euro et d’avoir notre banque nationale pour imprimer autant de billets ainsi que le font les américains ou les japonais…
    la première conséquence serait la dévaluation immédiate de notre nouveau nouveau Franc on dévalue pour commencer de 20% ,très bien la dette extérieure augmente d’autant .pas grave on ne remboursera pas ,on va juste bloquer les frontières et vous verrez la relance grâce aux couts de production interne diminué d’autant /Vite dit ;la mondialisation est passée par là même une voiture renault construit en France contient 50 % de pièces étrangères , la plupart des choses banales sont désormais construites en europe (marteau tournevis ciseau etc etc)
    cette politique du billet de monopoly conduira à une inflation à 2chiffres qui a existé sous la 4eme république puis après mai
    68;cette inflation conduira à des demandes de rattrapage salariaux qui supprimeront les effets de la dévaluation sur les coûts de production
    les socialistes ont la mémoire courte et les français aussi ,ce fut la politique Mitterrand en 81 qui conduisit à 3 dévaluations successives puis à la politique dite d’austérité de Fabius
    la réalité est simple soit on tranche dans les dépenses publiques cad en revoyant l’organisation territoriale et le fonctionnement de la machine administrative ;les fonctionnaires souffrent la consommation souffre MAIS à terme les coûts diminuent rendant de la compétitivité au pays avec un espoir de s’en sortir après 10 ans de vache enragée
    soit on ne change rien et c’est le FMI et l’UE qui vont nous obliger à changer le logiciel keynésien ou soit nous sortons de l ‘UE
    avec un régime fasciste ( on ne voit pas comment démocratiquement cela puisse se faire cf les discussions stériles sur le nouveau contrat de travail) et nous tentons l’expérience seul contre le monde et la mondialisation qui se moquent de nos états d’âmes et droits acquis qu’ils considèrent comme acquis sur leur dos
    il n’ y a aucune option de facilité possible ,juste des larmes ,de la sueur et potentiellemnt la perte de toutes nos libertés

  3. pour relancer l’emploi t par peur d’une loi le Medef va accepter une augmentation des charges sur le CDD ouarf ..ça va aider à l’embauche en CDI parait il? moi je crois que ça va rendre encore plus frileux les patrons
    les pays scandinaves ont accepté s que l ’emploi soit lié au carnet de commandes et ça existe dans toute l’Europe mais pas chez nous ….rendez vous fin 2013 pour voir les résultats
    lemEDEF va finir par se faire agresser par les petits patrons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *