Baie des Citrons, le Projet Hotelier

Suite aux récents articles parus ici et la sur le web (tous contre ce projet et criant au désastre écologique), nous avons intérogé Christian Kalinowsky sur ce sujet.

Voici sa réponse aux détracteurs du projet :

« Après 2 années d’enquête inter‐services dont la Direction de l’Environnement pendant lesquelles nous avons dû répondre à toutes les interrogations possibles à l’aide de bureaux d’études, notre dossier a été jugé par l’Administration comme abouti et viable.
La suite logique est l’enquête publique qui permettra de le porter à la connaissance de toute personne intéressée par ce développement.

Alors que le dossier n’était consultable qu’à partir du 26 Octobre 2009, Monsieur d’AUZON expliquait à la télévision le 22 Octobre 2009, alors qu’il n’en avait pas lu une ligne, pourquoi il fallait tuer le projet dans l’oeuf :
Parce qu’il était contre étant donné qu’il était contre, parce que quand on fait de l’écologie et bien on est contre

Comme me l’a dit un ami calédonien qui est riverain, lui, du projet, c’est un endroit où la main de l’homme n’a jamais mis le pied. Et effectivement, on n’y a jamais vu les touristes y étaler leurs serviettes.

Tout d’abord, avant de vous présenter nos arguments, sachez que nous possédons en pleine propriété la colline qui est devant le projet (9.000 m2) ce qui est la première condition pour faire une demande d’endigage.
Que si nous y développons un projet touristique, c’est parce que la zone était dédiée à ce type de développement.

Et que bien que nous la possédions depuis dix ans, nous nous sommes toujours refusés à la déclasser pour y faire une promotion, ce qui aurait véritablement été une privatisation.

PHOTOS DU PLATIERS PRISES PAR LES BUREAUX D’ETUDE
SOFITEL Baie des Citrons
SOFITEL Baie des Citrons2
SOFITEL Baie des Citrons3
SOFITEL Baie des Citrons4
SOFITEL Baie des Citrons5

Extrait de l’Etude d’impact concernant le Platier.
« Platier interne Le platier interne présente une très faible couverture biologique à l’exception de quelques algues éparses du genre Padina fixées sur un substrat dur de type galets (Figure 10).
Un feutrage algal recouvre les blocs de petite taille.
Quelques petites cuvettes sableuses également colonisées par diverses algues éparses.

Etude d’impact sur l’environnement du projet hôtelier de la Baie des Citrons – Mars 2008 »
Contrairement ce qui a été dit :
‐ Nous avons notre propre accès de 8 mètres de large
‐ Dans l’enceinte du projet, nous avons 150 places de parking
‐ Nous n’avons toujours pas compris pourquoi ce projet allait créer des entraves à la circulation, alors qu’il est bien connu que les touristes se déplacent en bus et en taxi.

Concernant l’assainissement, le projet a été vu, étudié, remanié, en long en large et en travers par tous les services concernés et pour faire bref, nous nous rejetons dans la station de l’hippodrome et n’avons aucun rejet en mer.
La digue, car il y a une digue, qui va barrer la Baie des Citrons (cela serait pas mal en cas de tsunami) et bien tout simplement elle n’existe que dans l’imagination fertile et improductive de quelques écologistes de proximité.
SOFITEL Baie des Citrons7
SOFITEL Baie des Citrons8
Par contre il y a un enrochement sur l’extrémité du plâtier ci‐dessus présenté, afin de créer une protection entre le bâti et la mer.
Il est minime, moins de 2 mètres de hauteur, végétalisé et dissimulé par les Over Water.

LE TOMBANT
Il n’est pas de mon ressort de porter un avis autre que néophite sur celui‐ci, et c’est donc pourquoi deux ingénieurs biologistes (VIRLY, SARAMEGNA) s’y sont penchés, avec l’aide du Cabinet GEOLITO qui a réalisé le positionnement par satellite.

Toutes les « patates » ont été localisées, identifiées, classifiées.
Cinq valeurs écologiques (sans aucune notion d’esthétique) ont été déterminées
‐ Vert foncé : faible
‐ Vert : assez faible
‐ Jaune : moyenne
‐ Orange forte
‐ Rouge : très forte
SOFITEL Baie des Citrons9
SOFITEL Baie des Citrons10

Nous n’intervenons à 95 % dans aucune zone rouge, orange ou jaune, l’ensemble des Over Water ayant été placé au devant de ce récif.
Impact proche de zéro.


COURANTOLOGIE

En regardant le plan masse du projet, il n’est pas besoin d’être ingénieur biologiste pour se rendre compte que nous n’altèrerons d’aucune manière l’état existant, puisque nous ne pénétrons dans la baie qu’avec les pieux. A titre anecdotique la surface des pieux qui supporteront les bungalows est inférieure à dix m2.Extrait VIRLY « L’incidence des aménagements sur l’hydrodynamisme au large du tombant sera limitée à la proximité immédiate des bungalows et pontons »
SOFITEL Baie des Citrons11
SOFITEL Baie des Citrons12
SOFITEL Baie des Citrons14
SOFITEL Baie des Citrons15
Le Bâtiment principal est en tout point, à cinq mètres en dessous de l’Impasse LAVILLE et il reprend la forme de la colline afin de mieux s’intégrer au site. Il est
couvert de tuile de bois, et ses sous‐bassements sont habillés de pierre. Toutes les autres constructions sont recouvertes d’un revêtement naturel, et l’ensemble est dessiné et décoré dans un style ethnique local.

Impact visuel

 SOFITEL Baie des Citrons16
SOFITEL Baie des Citrons17

Ces éléments sont un très maigre extrait du dossier, mais j’espère qu’ils vous permettront de vous faire une idée plus précise du projet.

Et si vous pensez que :
‐ de réhabiliter ce platier atrophié
‐ d’assainir une zone où se multiplent les squats
‐ de créer le premier Resort cinq étoiles de Calédonie
‐ d’amener un opérateur hôtelier haut de gamme
‐ de créer un espace touristique, avec une piscine de sable de cent mètres de long, ouvert à tous
‐ de créer une centaine d’emplois
‐ d’injecter 3 milliards dans le bâtiment
‐ d’amener de nouveaux clients à nos commerces et notre industrie touristique dans le respect de l’environnement, est positif, faites‐nous le savoir et faites circuler.

NB : Pour ceux qui doutent de notre capacité à réaliser cet investissement, je vous rappelle (cf LES NOUVELLES CALEDONIENNES) que nous avons réalisé un Resort identique en Polynésie à Moorea, et qu’il a obtenu l’année de son ouverture le premier prix CONDE NAST devant cinq hôtels d’Hawaii.

Il y a cinq ans nous avons vécu une situation identique lors de la création de Port du Sud Marina. En passant dans cette baie vous pouvez aujourd’hui juger de la qualité de notre travail.

SOFITEL Baie des Citrons18
Baie de l’Orphelinat avant Port du Sud Marina

Christian KALINOWSKI

Rejoindre la conversation

  1. Dr Manhattan

86 commentaires

  1. Je suis absolument outré par cette campagne de désinformation orchestrée par de « pseudos défenseurs de l’environnement » car ces mêmes gens on ne les a pas beaucoup entendus 1) quand il y a eut le projet de l’ilot Maître pourtant là il y a beaucoup de coraux vivants.
    2) et le complexe sur pilotis de l’Anse Vata
    3) le ponpon c’est la destruction de deux kilomètres de platier pour la réalisation du port pour l’usine du Nord pas de réactions significatives (il est vrai c’est le nord)…..
    Il serait temps de faire entendre raisons aux détracteurs car 9 mètres carres de pilotis sur ce qui ressemble à une décharge cela semble dérisoir.
    Je n’ai aucun intérêts avec Mr KALINOWSKI et ce n’est pas mes 52000 CFP de retraite mensuelle qui me permettrons de m’offrir un séjour dans un hotel cinq étoiles.
    Reste à espérer que la raison l’emportera sur l’attitude bornée des détracteur du projet.

    1. Je rebondis juste sur la structure hôtelière de l’Ilot Maître qui est certes très belle et agréable mais de là à dire que pour aménager les bungalows qui sont sur l’eau les coraux n’ont pas été détruits je m’insurge !
      Il n’y a qu’à prendre un masque et mettre sa tête dans l’eau pour se rendre compte de l’ampleur des dégâts : plus de coraux, pas de poissons, des algues oui mais c’est tout. A trop draguer le fond de l’eau on a détruit toute vie ! Et lorsque vous empruntez la passerelle qui mène aux bungalows sur l’eau vous le constatez simplement, du rivage jusqu’aux bungalows il n’y a (plus) rien !!!
      Alors arrêtons de croire que de gros travaux, que la création de structure hôtelière sur le littoral calédonien n’endommagent pas la faune et la flore, c’est faux ! Kalinowski n’a pas assez de pognon comme ça …pourquoi il lui en faut toujours plus ? Qui ce projet va-t-il enrichir: les petits kanak, les calédoniens, les locaux ou encore ceux qui tirent les ficelles de l’économie calédonienne ?
      A-t-on la certitude au-delà de l’impact environnemental que les locaux y trouveront leur compte en terme d’emploi ou va-t-on encore embaucher des métros qui débarquent avec Le Diplôme d’Hôtellerie ?
      Est-il vraiment indispensable de créer une telle structure hôtelière quant on sait que les grands hôtels déjà installés sur le Caillou sont presque vides : Méridien, Ramada …se soucie-t-on vraiment d’offrir de la qualité ? Mais à quel prix ? A-t-on réellement besoin d’un tourisme de luxe, et quels sont les autres services que le Caillou sera capable de proposer ?
      Un touriste qui va claquer 100 000 Francs voire plus pour une nuit à la BD ne se contentera sûrement pas d’un service moyen et d’activités satellites insuffisantes ! La Calédonie est-elle capable d’accueillir des touristes friqués et dans quelles conditions ?
      Enfin, ne vaut-il pas mieux remplir son hôtel en proposant des tarifs attractifs que d’assommer les clients avec des prix exorbitants et ne remplir qu’un quart de la structure ?

    2. Quand va t on cesser cette scandaleuse campagne de destruction de ce caillou. Il n’y aura pas de touristes 5 étoiles dans un pays minier. C’est connu et le monde entier le sait sauf ceux qui veulent encaisser défiscalisation/plus value sans vergogne. C’est un conte pour enfant que nous développent tous ces supers promoteurs en herbe pour vendre leur simili projet déjà rempli pour 10 ans. Depuis que le caillou tente de vendre ses plages au milieu des mines, des milliards ont été distribués à fond perdu : les seuls qui en profitent sont les vendeurs pas les habitants ni les touristes qui ne sont pas aussi stupides que ceux qui prennent leur pauvres idées pour des lanternes.

    3. toublie lé boite et bar sur l'anse vata aussi…les oiseaux ki volent la nuit a proximité de c boites de nuit…

  2. Mon cher Raymond,
    il va bien falloir se faire à cette idée,il y a et il y aura de plus en plus de « défenseurs de l’environnement ».Il y a des gens qui ont laissé passer les cas dont vous parlé, ou bien qui n’en ont pas été informés à temps .
    Grace au travail des associations comme l’ASNNC et EPLP, l’affaire a été dévoilée à temps pour que le public puisse réagir.C’est surement là la différence.

    Et puis dans cette affaire de la B.D.,c’est tellement cousu de fil blanc:
    –on ne peut pas nous faire croire qu’il n’y aura pas d’impact car n’importe quel Nouméen qui sait nager peut s’apercevoir du contraire.
    –même l’argument économique ne tient pas, les hotels sont vides.

    Désolé mais il va peut-être falloir commencer à tenir compte des gens qui ont envie de préserver la nature et leurs endroits de loisirs, et qui le feront de plus en plus savoir.

    1. Je ne suis pas d’accord avec vous, ces associations feraient mieux de s’occuper de sujet beaucoup plus important.
      Vous décrédibilisez les vrais écologistes en vous en prenant a n’importe quel sujet sur lequel vous puissiez défouler votre rancoeur.

      Les 3 patates et 2 poisssons clown on s’est fout. Ya vraiement autre chose a s’occuper.
      Et en contrepartie on pourrait demander au promoteur de créer un recif artificiel 2 fois plus gros ailleurs (j’ai vu ca dans un autre pays ils coulent des tubes de beton; ca fait pousser les coraux et les poissons les colonisent).

      Que l’hotel soit plein apres ou pas ou s’en fout, vous avez deja entendu parler de l’offre qui fait la demande ?
      Que ca soit un jour de la defisc mais qu’importe, est toujours préférable de créer des habitations endroit sur l’eau qu’une moche barre d’immeuble.

      Moi du moment que c’est beau au final, que l’impacte est minime voir meme positif si il recree ailleur ce qu’il a detruit je vois pas ou est le probleme.

      1. bien parler les faux ecolos les racistes anti zors jaloux balaiyer devant votre porte c'est un depotoir

  3. Arrêtons de regarder chacun par le bout de sa lorgnette
    M Kalinowski est un grand promoteur soucieux de l’environnement autant que de faire des affaires. Son soucis principal n’est pas de faire de l’argent à tout prix (Je pense au vu de ses promotions qu’il ne doit plus être dans le besoin) mais c’est un bâtisseur de grandes choses; Son projet évidemment est perfectible mais après l’avoir étudié, quelques améliorations mineures rallieraient les défenseurs de l’environnement. Soyons constructifs et essayons de trouver les solutions ENSEMBLE ce qui serait excellent pour le devenir de notre beau pays.
    Certains articles diffusés récemment m’ont fait penser à un village appelé CLOCHEMERLE;
    JE VOUS INVITE TOUS A CONSTRUIRE NOTRE PAYS ENTRE GENS CIVILISES

  4. En fin quelqu’un qui entre dans le coeur du sujet et qui nous parle de la nature humaine.

    Nous apprenons donc que chez les gens riches le souci principal n’est jamais de faire plus d’argent.

    Pour ce qui du batisseur de grandes choses c’est indéniable si on compte en tonnes de béton.

    Trés heureux aussi d’apprendre que Mr Kalinowsky est soucieux de l’environnement:c’est surement pour ça qu’il ne nous montre pas dans cet article la splendeur du corail du récif Nord de la BD, il aurait trop peur de l’abimer.

  5. On dit que le sage apprend de ses erreurs et que le « plus » sage apprends des erreurs des autres. Où se trouve la logique de vouloir construire pour personne alors que des familles dorment à même le sol? Blanchiment d’argent? Baisse de l’impôt? Garder à tout prix un taux de croissance economique? Préparer l’arrivé de nouveaux résidents? Expliquez moi!

    Depuis le début de l’industrialisation, au monde malade que l’on connait à ce jour, nous assistons aux prémices d’une prise de conscience collective (mondial) concernant l’environnement. Même l’usine du nord utilise un procédé nouveau que seule Xsrata et Eramet maîtrisent. Fruit d’un développement interne, et pendant que d’autres plancheront sur la question, ils pourront dire, avec un temps d’avance, aux éventuels clients : « voilà aujourd’hui ce que nous savons faire ! ».

    Sachons anticiper ce phénomène qui nous concerne tous et voyons ce que nous pouvons offrir à cette clientèle grandissante. Le luxe on le propose déjà, du moins les infrastructures… qui restent vide. Le cadre est là, ne l’abimons pas.

  6. Tout ça c'est bien beau………mais les clients ont les trouve où !!!????????peut etre qu'il faudrait augmenter la desserte aerienne et ainsi diminuer le prix du billet d'avion…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *