Escalade vers une guerre mondiale

Tous les articles ci-dessous, classés par ordre chronologique, décrivent l’escalade vers un conflit mondial…

 La France a-telle conscience de participer à une escalade qui risque de mener à un conflit mondial ?

23 novembre 2011

 Selon le Canard Enchaîné du 23 novembre, la France préparerait la guerre contre la Syrie.

 «La Turquie pourrait être la base arrière d’une intervention limitée, prudente et humanitaire de l’OTAN, sans action offensive », prétendent des diplomates qui se sont exprimés sous le couvert de l’anonymat.

Or, le Canard révèle, à partir de sources informées, que la France participe depuis déjà un certain temps, avec l’Angleterre et la Turquie, au soutien d’actions en Syrie pour « alléger les souffrances » de la population syrienne. Alain Juppé indique  qu’il a demandé à l’Union européenne d’envisager des« opérations humanitaires », telles que la création des « zones » ou des« corridors » humanitaires à l’intérieur de la Syrie.

La réalité est que, selon le Canard« au nord du Liban et en Turquie, où se réfugient nombre de déserteurs syriens, des officiers français de la DGSE et britanniques du MI6 ont pour mission de constituer les premiers contingents de l’armée syrienne libre, encore embryonnaires ». Ils n’attendraient même que le feu vert de l’ONU pour passer à la formation d’une guérilla urbaine. De même source, on note aussi que « les trafics d’armes aux frontières de la Syrie seraient tolérés par les Français et les Turcs ».

Tout en jurant qu’une intervention militaire en Syrie n’est pas à l’ordre du jour, selon des sources concordantes, la France, la Grande Bretagne et la Turquie prépareraient, avec les Etats-Unis, la création d’une zone d’exclusion à l’intérieur de la Syrie où seraient regroupés tous les opposants, l’établissement d’une zone d’interdiction de vols comme en Libye, ainsi qu’une éventuelle fermeture des frontières entre la Syrie et la Turquie afin d’appliquer un embargo. Seul obstacle au lancement de ce scénario, l’opposition résolue de la Russie, liée à la Syrie par un traité militaire, et de la Chine, toutes deux déterminées à opposer leur véto au sein du Conseil de sécurité à toute opération militaire contre la Syrie.

La Russie et la Chine s’estiment visées par cette nouvelle offensive guerrière au Moyen Orient

La Russie et la Chine prétendent qu’en fait, ce sont elles qui sont visées par cette nouvelle offensive guerrière contre la Syrie et l’annonce de frappes imminentes contre les installations nucléaires iraniennes. Évoquant l’émergence de centres puissants de croissance en Asie, tels que la Chine et l’Inde, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré en Moldavie le 22 novembre, « qu’il se peut que cette tendance paraisse négative aux Occidentaux, qui s’affaiblissent financièrement, et il n’est pas non plus à exclure que les événements en cours au Proche-Orient témoignent de la volonté de compenser par des aventures et des provocations la perte d’influence dans l’économie et les finances mondiales ». Cette version serait accréditée par l’éditorialiste William Pfaff de l’International Herald Tribune lorsqu’il avertit, le 23 novembre 2011, que la nouvelle Pax americana annoncée par Barack Obama lors de sa récente tournée en Asie et dont l’objectif est la Chine est le « genre de choses qui provoquent des guerres mondiales ».

Source : http://www.solidariteetprogres.org/Lavrov-les-provocations-occidentales-au-Proche-Orient-visent-la-Chine-et-l_08319

 

Les porte-avions russes et américains se dirigent vers la Syrie

25 novembre 2011

 Les sénateurs américains John McCain et Joe Lieberman ont déclaré « applaudir » l’initiative du président français Nicolas Sarkozy visant à rassembler les pays dans le monde entier « pour sanctionner la banque centrale d’Iran et suspendre les achats de pétrole iranien ».

La Russie, par la voie d’Alexandre Loukachevitch, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a sommé la France de clarifier son idée de « couloirs humanitaires » en Syrie. En effet, ce serait la création de « couloirs humanitaires » qui aurait permis d’imposer un changement de régime et la liquidation d’un chef d’Etat en Libye.

Sur place, la préparation d’une épreuve de force se traduit par l’envoi de bâtiments de guerre et le déploiement d’armes puissantes.

Rappelons d’abord que depuis longtemps, dans le port syrien de Tartous, la Russie dispose d’une base navale. Selon la chaîne TV israélienne Arutz Sheva, les bâtiments de guerre russes qui ont pénétré dans les eaux territoriales syriennes, ont notamment débarqué une équipe de conseillers techniques russes envoyée pour installer au plus vite les missiles russes S-300 récemment réceptionnés par Damas.

Ces informations émanent du quotidien en langue arabe Al Quds Al Arabi qui paraît à Londres, qui dit les avoir reçu de l’Ambassade syrienne à Moscou. Elles indiquent que du point de vue du Commandement suprême de Russie, la Syrie est une ligne rouge pour les intérêts russes. D’autre part, elles établissent que la collaboration et la coordination entre les armées russe et syrienne se poursuivent au plus haut niveau afin de protéger la Syrie d’une intervention des Etats-Unis, de l’UE ou des forces de l’OTAN comme celle qui a eu lieu en Libye.

Al Quds Al Arabi estime que la Syrie a déjà reçu des missiles sol-air ultra-sophistiqués de type S-300 ; Des experts russes se sont rendus en Syrie pour aider à déployer et à rendre opérationnelles ces batteries de missiles. La Russie a également livré en Syrie un système de radars couvrants tous les objectifs aériens militaires jusqu’à Tel-Aviv et qui couvre également tous les mouvements de la base aérienne d’Incirlik en Turquie qui sert à l’US Air Force et aux forces de l’OTAN.

Les missiles S-300 ont la capacité d’intercepter des missiles balistiques ainsi que des cibles aériennes. Ces missiles sont équipés d’un système de radar en mesure de suivre jusqu’à 100 objectifs et à en intercepter une douzaine en même temps. La Russie a déjà vendu de tels systèmes aux Iraniens, mais sous la pression américaine et israélienne, la transaction avait été annulée.

Armer la Syrie avec des armes de ce type vise à mettre hors jeu toute perspective d’un « couloir humanitaire » envisagée par les occidentaux. Des rapports circulent affirmant que des avions de chasse turque ou d’Etats arabes vont entrer en action pour sécuriser une zone d’exclusion aérienne.

D’après un blog rattaché au site de l’Académie de guerre royale suédoise, dans le grand nord, c’est le porte-avion Russe Amiral Kuznetsov qui est appareillé à Mourmansk pour se rendre en Méditerranée. Le blog affirme également que le porte-avion George H.W. Bush, stationné d’ordinaire dans le détroit d’Ormuz, est déjà arrivé sur place et que le HMS Vancouver restera quelques mois supplémentaires.

Les navires de guerre russes seront rejoints dans quelques semaines par le porte-avions Amiral Kutznetsov, le croiseur lance-missile Moskva, le destroyer Amiral Chabanenko et la frégate Smetliviy. Les militaires russes insistent pour dire que ce déploiement est prévu de longue date et n’a rien à voir avec la situation syrienne.

Toutefois, a déclaré Izvestia, l’Amiral Viktor Kravchenko, ancien commandant de la marine russe, la présence russe « empêchera le déclenchement d’un conflit armé ».

La Russie a annoncé le déploiement du Kutznetov quelques jours après que le porte-avions américain USS George H.W. Bush ait jeté l’ancre en Méditerranée avec son groupe de combat, venant ainsi renforcer la Sixième flotte des Etats-Unis qui stationne là en permanence.

« Evidemment, les forces navales russes dans la Méditerranée ne sont pas comparables à celles de la Sixième flotte, qui comprend un ou deux porte-avions et de nombreux navires d’escorte, a expliqué Kravchenko. Mais personne n’évoque aujourd’hui un possible affrontement militaire, puisque une attaque contre un bateau russe serait considérée comme une déclaration de guerre, avec toutes les conséquences que cela comporte. »

L’avertissement est tellement clair que n’importe quel politique peut le comprendre.

 Sources : http://www.solidariteetprogres.org/Les-porte-avions-russes-et-americains-se-dirigent-vers-la-Syrie_08323

http://rt.com/news/russian-aircraft-carrier-syria-363/

 

Medvedev prend des mesures militaires stratégiques contre ce qu’il estime être des « provocations » de l’OTAN

28 novembre 2011

 Lors d’une allocution télévisée spéciale, le Président russe Dimitri Medvedev, conscient que son pays serait la véritable cible d’une telle opération, a annoncé une série de mesures de défense stratégique contre les forces de l’OTAN.

 « Premièrement, j’ordonne au ministère de la Défense de mettre immédiatement en état d’alerte les radars de détection avancée des attaques de missiles, situés à Kaliningrad.

Deuxièmement, la protection des armes stratégiques nucléaires russes sera renforcée, une mesure prioritaire dans notre programme de développement de nos défenses aériennes et spatiales.

Troisièmement, les nouveaux missiles balistiques stratégiques déployés par les Forces des missiles stratégiques et la Marine seront équipés de systèmes avancés de pénétration et de nouvelles ogives à haute efficacité.

Quatrièmement, j’ai ordonné aux forces armées d’élaborer des mesures pour détruire, si besoin, les moyens d’information et de commande du système de défense antimissile.

Cinquièmement, si les mesures énumérées ne sont pas suffisantes, la Russie déploiera dans l’Ouest et le Sud du pays des systèmes offensifs modernes, qui garantiront la destruction des installations européennes du bouclier antimissile. Une étape dans ce processus sera le déploiement de missiles Iskander dans la région de Kaliningrad. »

La veille, les Etats-Unis annonçaient (suivis trois jours après par la Grande Bretagne) leur retrait définitif du traité sur les forces conventionnelles en Europe (FCE), et ne partageront donc plus leurs données militaires avec les Russes. Medvedev a ajouté à la fin de son discours que la Russie pourrait être amenée à se retirer du nouveau traité Start. Le lendemain, la Force des missiles stratégiques russes a annoncé que ses futurs engins pourront percer n’importe quel bouclier, et le commandement des Troupes spatiales a déclaré imminente la mise en service de la station radar de Kaliningrad.

Sources : http://eng.kremlin.ru/news/3115

http://www.reuters.com/article/2011/11/23/us-usa-russia-treaty-idUSTRE7AM0B120111123

http://www.globalsecurity.org/military/library/news/2011/11/mil-111125-rianovosti01.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/New_START

http://fr.rian.ru/defense/20111124/192110354.html

http://fr.rian.ru/defense/20111125/192124141.html

 

Iran/Pakistan : Les Britanniques et Obama seraient déterminés à annihiler nucléairement les pays stratégiques d’Asie

30 novembre 2011

Le Pakistan a qualifié de « délibérée », l’agression américaine contre deux postes militaires pakistanais samedi dernier. L’attaque aérienne a tué 28 soldats pakistanais et « ne pourrait en aucun cas être une simple « bavure ». Elle a été menée en deux vagues d’assaut d’une heure chacune contre des bases clairement marquées du drapeau pakistanais et indexées sur les cartes américaines, et alors que les soldats pakistanais ont lancé de nombreux appels radio. Le  commandement conjoint des opérations spéciales américaines (JSOC), qui opère hors des structures de commandement militaire classiques et reçoit directement ses ordres de la Maison Blanche, est depuis longtemps montré du doigt pour « ses campagnes d’assassinats ciblés par drone dans la zone tribale pakistanaise ». « Tout porte à croire qu’il s’agit d’une provocation délibérée alimentant l’escalade vers un conflit nucléaire mondial » a indiqué Lyndon LaRouche, après avoir reçu des rapports de sources sur l’incident pakistanais :

« C’est très simple, il s’agit d’une question bien plus vaste que cela : le Pakistan est un pays compliqué dont la caractéristique principale est sa position géographique – bien malheureuse pour lui – puisqu’il se situe en Asie. Toute nation d’Asie ayant une quelconque importance stratégique est sur la liste pour être détruite. Il ne faut donc pas adopter une approche pays par pays : le fait est que les Britanniques et Obama sont déterminés à annihiler par l’arme nucléaire l’ensemble des pays d’Asie qui représentent quelque chose ; et comme le Pakistan est en Asie… Mais le fait est que le Pakistan est un pays compliqué ; malgré les choses folles qui s’y passent, le pays a des intérêts véritables. Je pense que dans ce cas, il ne faut pas le considérer comme responsable, mais plutôt comme victime.

Pensez que le Pakistan est un pays frontalier de l’Iran ; mais aussi et surtout qu’il est très proche de la Chine. Ses capacités militaires ont été construites en coopération avec les Chinois. Et on a cette situation folle dans laquelle, une querelle entre l’Inde et le Pakistan jouerait évidemment en faveur de l’ennemi. Le problème en Inde, c’est qu’il y a trop de gens complaisants à l’égard de l’Empire britannique.

L’enjeu auquel nous sommes confrontés est l’arme nucléaire. C’est une conflagration stratégique visant à détruire l’ensemble de ce qui est viable en termes de capacités industrielles, technologiques, etc. dans toute l’Asie. Nous avons pu l’empêcher dans une certaine mesure car certains militaires américains sont montés au créneau, mais le plan britannique était de se lancer immédiatement après la guerre en Libye, dans une attaque thermonucléaire préemptive sur l’Asie. Tous les pays d’Asie qui ont un potentiel technologique vont être détruits.

On a pu retarder l’échéance, mais ça devient compliqué car entre temps, alors que les bombes n’ont pas été lancées, l’Europe entre en désintégration car son système de renflouement ne tient plus. Cela génère des complications.

L’attaque américaine ne laisse aucune marge de manœuvre au Pakistan pour faire des compromis. Cela va de pair avec la mise à sac de l’ambassade britannique en Iran. Tout ce qui représente un quelconque potentiel technologique en Asie est visé. La menace est une frappe thermonucléaire préventive, ce qui ne laisse pas vraiment de marge pour différentes options. »

 Sources : http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/11/30/l-armee-pakistanaise-denonce-une-agression-flagrante-de-l-otan_1610972_3216.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#xtor=RSS-3208001

http://www.solidariteetprogres.org/JSOC-un-commando-de-tueurs-secrets-au-service-d-Obama_08227

http://www.larouchepac.com/

http://www.solidariteetprogres.org/L-escalade-militaire-provisoirement-ralentie-l-heure-de-la-contre-attaque_08308

 

Face à l’offensive Obama, l’armée chinoise revoit sa stratégie

1er décembre 2011

 Suite à ce qui est considéré comme des « provocations de Barack Obama » lors de sa tournée asiatique, la Chine, par la voix du général Luo Yuan, a fait savoir qu’elle allait redéfinir sa stratégie militaire pour faire face à ce qu’elle voit comme une politique d’« encerclement ».

Le général Yuan, secrétaire général adjoint de la Société chinoise de science militaire, a annoncé la création d’un nouveau département consacré à la planification stratégique et ayant pour objectif d’« étudier les enjeux stratégiques cruciaux » et de « rédiger des propositions de réforme et des projets pour le développement de l’Armée de libération du peuple » (PLA). Cette redéfinition de la stratégie des forces armées chinoises a été annoncée le 23 novembre, le même jour où le président russe Medvedev annonçait une réorganisation de ses forces stratégiques  pour faire face à la menace que représente « la politique va-t-en guerre d’Obama ». Le général Luo Yuan a déclaré qu’elle vise à « répondre aux opérations militaires de plus en plus sophistiquées à l’avenir et qui peuvent impliquer de multiples forces de combat ».

L’annonce de la création de ce nouveau centre stratégique de l’armée chinoise a été faite en présence du Chef d’Etat-major de la PLA Chen Bingde, au lendemain d’une rencontre entre le président Hu Jintao et les dirigeants de l’Académie des sciences militaires, où le chef de l’Etat chinois a « pressé l’académie de suivre de très près les développements militaires de par le monde » en se concentrant sur les enjeux stratégiques.

Dans une tribune publiée lundi par le Quotidien du Peuple, le journal du PC chinois, le général Luo rend les motivations chinoises bien claires :

Les Etats-Unis en font beaucoup sur leur ’retour en Asie’, positionnant leurs pièces et leurs forces dans la périphérie de la Chine. Leur intention est très claire : cibler la Chine, la contenir. Les Etats-Unis ont commis une erreur stratégique fatale. Ils ont mal jugé leurs adversaires et concentré leur attention stratégique au mauvais endroit, avec des moyens inappropriés.

Mi-novembre, lorsqu’Obama avait annoncé l’implantation d’une base militaire américaine au Nord de l’Australie, le général Luo avait mis en garde : « Si les intérêts vitaux de la Chine – sa souveraineté, sa sécurité nationale et son unité – sont entravés, un conflit militaire sera inévitable. »

Si le général Luo compte parmi les plus radicaux des militaires chinois, il est notable que les dirigeants civils chinois ne l’aient pas rabroué – contrairement à l’expérience passée –,  semblant même l’encourager à parler afin de signifier leur agacement.

 Sources : http://www.solidariteetprogres.org/Obama-dans-le-Pacifique-un-missile-balistique-lance-contre-la-Chine-et-la_08275

http://english.people.com.cn/90786/7653312.html

http://in.reuters.com/article/2011/11/28/idINIndia-60760020111128

http://www.solidariteetprogres.org/Obama-poursuit-sa-mission-militaire-contre-la-Chine_08281

Alliance stratégique » en Israël contre les frappes sur l’Iran : un répit ?

3 décembre 2011

 Alors que les foyers se multiplient pour déclencher un conflit mondial opposant les forces de l’OTAN à la Russie et la Chine, une « alliance stratégique » vient de se former en Israël pour empêcher le gouvernement de se lancer dans un raid contre les sites nucléaires iraniens. Menée par d’anciens dirigeants des forces de sécurité israéliennes et vraisemblablement soutenue parmi l’establishment, cette coalition montre que certains en Israël ne souhaitent pas forcément que leur pays s’autodétruise tel une grenade dégoupillée qu’on balance dans le grand jeu géopolitique britannique.

D’après le quotidien israélien  Haaretz, l’ancien patron du Mossad (services secrets extérieurs) Meir Dagan, pour contrecarrer la politique folle de l’équipe au pouvoir, vient de former une « alliance stratégique » politique formée d’experts militaires et de sécurité. Il s’agit en particulier de Gabi Ashkenazi, ancien chef d’Etat-major de l’armée de 2007 à 2011 et de Yuval Diskin, ancien patron du Shin Bet (sécurité intérieure) de 2005 à 2011. Leurs voix s’ajoutent à celles de l’ex-chef du Mossad Ephraim Halevy et de l’ancien chef d’Etat-major Shaul Mofaz.

Par le passé, c’est la faction d’Ashkenazi qui avait cherché à conclure un accord de paix avec la Syrie, ce qui n’était pas du goût du Premier ministre Bibi Netanyahou et de son ministre de la Défense Ehud Barak. Meir Dagan s’est lancé un nouveau défi, à savoir sauver l’Etat d’Israël de lui-même en créant un «  (…) mouvement populaire visant à opérer un changement rapide du régime politique actuel  » car celui-ci « (…) constitue une menace pour l’avenir de l’Etat, et son maintien inchangé conduira à sa perte  ».

Ashkenazi et Dagan ont pris contact avec le bureau du juge Micha Lindenstrauss, actuellement Contrôleur de l’Etat, pour solliciter une évaluation des prérogatives gouvernementales sur les pouvoirs de guerre. A la tête d’une agence indépendante, Lindenstrauss est la terreur des politiciens israéliens et n’hésite pas à formuler les critiques les plus virulentes à l’égard de l’équipe gouvernementale.

Le fait que Meir Dagan, pour la deuxième fois en une semaine, ait pu formuler ses critiques lors d’une émission à la télévision nationale à heure de grande écoute, montre qu’il dispose d’un soutien non-négligeable des élites du pays. « Je m’inquiète d’erreurs possibles et je préfère parler avant qu’une catastrophe se produise » , a-t-il dit. « Je pense que s’engager les yeux ouverts dans une guerre régionale ne se justifie que lorsque nous sommes sous attaque ou quand le couteau s’enfonce déjà dans notre gorge. Ce n’est pas une alternative que l’on peut choisir à la légère. »

Alors qu’Ehud Barak prétend qu’un conflit avec l’Iran coûterait moins de 500 vies dans le pire des cas, Dagan estime au contraire que « le niveau de destruction, de paralysie de la vie quotidienne et le nombre de morts serait élevé ». Récemment, Barak a déclaré qu’Israël disposait de moins d’un an pour effectuer une attaque militaire, une affirmation qui « préoccupe »Dagan pour qui ce calendrier est exagéré.

Source : http://www.haaretz.com/print-edition/news/former-mossad-chief-briefed-comptroller-about-iran-strike-plans-1.399061

La guerre des ombres a commencé

Mais gardons-nous d’angélisme : Pour sa part, Meir Dagan est un partisan des opérations clandestines dont il vante l’efficacité. Dans un article retraçant les opérations clandestines de déstabilisation et autres assassinats depuis 2007, le journaliste d’Haaretz Yossi Melman reconnait que « la guerre contre l’Iran a déjà commencé ».

Rappelons qu’il y a quelques semaines, une forte explosion a frappé une base militaire à 40km de Téhéran. Parmi les 18 morts, le général Hassan Tehrani – Moghaddam, directeur du programme des missiles balistiques iraniens. Cette semaine, une autre explosion a secoué la ville d’Ispahan, la troisième ville d’Iran, où se trouve un site nucléaire.

Interrogé par le quotidien Yedioth Ahronoth pour savoir si ces actions de sabotage sur le territoire iranien sont l’œuvre de « la main de Dieu » (une allusion à l’opération « Colère de Dieu »), Dagan a répondu en souriant par l’affirmative. Gary Samore, le conseiller d’Obama sur la question des armes de destruction de masse ne disait rien d’autre en mai 2011 lorsqu’il se déclarait « content d’apprendre » que les Iraniens avaient du mal avec leurs centrifugeuses.

Constatant que le nombre d’actes de sabotages a augmenté de 10 % cette année, Haaretz rappelle tous les dangers d’une telle politique. « Il est certain que la patience de Téhéran est au point de s’épuiser. On l’a vu avec la prise de l’Ambassade britannique par des étudiants cette semaine. Ce n’était pas une rage spontanée : c’était un avertissement d’un régime qui se rend compte que quelqu’un lui a déclaré la guerre sans laisser de trace. Tôt ou tard, le régime des ayatollahs décidera de réagir et ordonnera à ses services de renseignement et d’action de riposter. »

 Source : http://www.haaretz.com/weekend/week-s-end/the-war-against-iran-s-nuclear-program-has-already-begun-1.399138

 Les chefs d’Etat-major des forces américaines se mobilisent pour éviter la guerre

30 novembre 2011

 Une source haut placée du magazine EIR dans le renseignement américain, a confirmé hier que le Comité des chefs d’États-majors interarmées (Joint Chiefs of Staff – JCS) est pleinement mobilisé pour éviter une guerre, craignant que le Président Obama ne soit devenu – pour employer un euphémisme – « imprévisible ». La source a insisté sur le fait que, tant que la situation iranienne restera incertaine, les plus hauts gradés des forces américaines s’opposeront à toute opération militaire, y compris contre la Syrie.

Ce qu’ils craignent le plus, c’est d’être embarqués dans une guerre à laquelle ils s’opposent virulemment et qui résulterait d’une attaque israélienne contre l’Iran, entraînant à son tour une riposte iranienne contre Israël, les forces américaines et les alliés des Etats-Unis dans le Golfe persique. Les Etats-Unis ont des accords bilatéraux avec plusieurs pays membres du Conseil de coopération du Golfe (GCC), accords qui seraient activés dans l’éventualité d’attaques iraniennes contre eux.

Une fois les Etats-Unis embarqués dans une telle guerre, il n’y aura aucune limite au conflit, y compris le recours à l’arme nucléaire. De plus, la source a insisté sur le fait que les Etats-Unis sont toujours déployés en Irak, et que les relations avec le Pakistan sont devenues extrêmement complexes. On craint davantage une crise militaire avec le Pakistan, qu’un conflit impliquant la Syrie. Et il y a toujours une possibilité réelle que la Libye tombe dans une violence sectaire qui se transforme en guerre civile. C’est pour toutes ces raisons, a insisté la source, que les responsables du Pentagone sont clairement opposés à une quelconque escalade contre la Syrie ou l’Iran. La source a rajouté que la seule guerre dans laquelle le Pentagone souhaite s’engager, et immédiatement, c’est une guerre contre le Congrès et ses coupes budgétaires dans la Défense.

La source a aussi reconnu que la position russe sur les plans américains de bouclier antimissile (BAM) en Europe de l’Est est parfaitement légitime, et doit être prise en compte. Ni l’administration Obama ni aucun des pays de l’OTAN n’ont fait suffisamment pour qu’un véritable partenariat puisse s’établir avec la Russie sur le BAM. Cet état de fait s’est notamment confirmé par la détérioration des relations d’Obama avec Medvedev et Poutine.

 Sources : http://www.solidariteetprogres.org/Les-chefs-d-Etat-major-des-forces-americaines-se-mobilisent-pour-eviter-la_08341

http://www.larouchepub.com/

http://www.solidariteetprogres.org/Obama-rallume-la-meche-pakistanaise-dans-la-poudriere-mondiale_08335

http://www.solidariteetprogres.org/Medvedev-prend-des-mesures-militaires-strategiques-contre-les-provocations_08332

Craintes au Pentagone, incertitude à Tel Aviv

Interrogé par Reuters le 30 novembre, le général Martin Dempsey, chef d’Etat-major de l’armée américaine, a douté être sur la même longueur d’onde stratégique qu’Israël et a déclaré : « Je ne sais si Israël alerterait à l’avance les Etats-Unis, s’il décidait de lancer une action militaire contre l’Iran ». Les militaires américains craignent que par l’attitude Israélienne et l’imprévisibilité d’Obama ne les engage dans une guerre régionale qui tournerait de facto au conflit mondial. Vendredi lors d’une conférence à Washington, le secrétaire à la Défense américain, Leon Panetta, a sommé le gouvernement israélien de remédier immédiatement à « son isolement grandissant ».

Sources : http://www.reuters.com/article/2011/11/30/us-usa-iran-israel-idUSTRE7AT2TT20111130

http://www.solidariteetprogres.org/Les-chefs-d-Etat-major-des-forces-americaines-se-mobilisent-pour-eviter-la_08341

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *