faut vous dépêcher à trouver du fric pour Eramet… si vous voulez l’acheter-:)

Le conseil d’Areva approuvera ce lundi un plan prévoyant le non remplacement des 1.000 à 1.200 départs annuels en France. A sa demande, la cotation du groupe a été suspendue ce lundi à la Bourse de Paris.

Luc Oursel, qui a succédé à Anne Lauvergeon à la tête d’Areva le 1er juillet dernier, va entamer ce lundi son premier bras de fer avec l’Etat. De sources concordantes, son « plan d’action stratégique » destiné à adapter Areva aux conditions de marché post-Fukushima et à enrayer les pertes dues aux dépenses somptuaires de l’ère Lauvergeon, prévoit « le gel des recrutements ». Ce qui signifie que les 1.000 à 1.200 départs « naturels » annuels en France (sur un effectif de 28.000 salariés) ne seront pas remplacés. Si cette mesure est appliquée sur l’ensemble de la période balayée par ce plan (2012-2016), c’est entre 5.000 et 6.000 emplois qui seront ainsi supprimés. De quoi mécontenter les ministres François Baroin et Eric Besson qui avaient convoqué Luc Oursel en urgence le 23 novembre dernier pour lui faire promettre qu’il n’y aurait « aucune suppression de poste, aucun plan de départ volontaire, aucun impact sur les sites français ». Même si le patron d’Areva semble avoir renoncé à un plan de départ volontaire pour les « fonctions supports ».

Au-delà de ces postures politiques, l’Etat, actionnaire à 83% d’Areva et donc parfaitement au courant des projets du management, n’en a pas fini avec les problèmes du groupe. Le plus délicat reste à venir. Le groupe va encore annoncer ce lundi de lourdes provisions (notamment face aux pertes attendues sur le chantier de l’EPR en Finlande) et des dépréciations d’actifs (sur les mines). Les analystes tablent sur 1 à 2 milliards d’euros. Le montant pourrait même être supérieur. Une certitude : Areva va afficher des pertes nettes cette année, après avoir enregistré ses premières pertes opérationnelles en 2010.

Capitalisation du groupe

Et, en filigrane, risque de se (re)profiler la question de la capitalisation du groupe. Areva a consommé 7,5 milliards de cash depuis 2006, dont 1,9 milliard sur les seuls six premiers mois de 2011. À coups de cessions et d’entrée au capital du fonds souverain du Koweït (4,8 %), le groupe a réussi en 2010 à rééquilibrer sa structure financière, très périlleuse. En 2009, Areva affichait 6,2 milliards de dettes pour des fonds propres de 7,5 milliards. Mi-2011, les dettes avaient été ramenées à 2,7 milliards pour des capitaux propres de 9,6 milliards. Dépréciations d’actifs et nouvelles provisions vont à nouveau fragiliser ce bilan. À quelle hauteur ? Après la laborieuse recapitalisation de fin 2010, qui a rapporté trois fois moins que prévu, l’Etat ne veut pas revoir ce dossier sur la table dans un avenir proche. En cas de nécessité, EDF se tient prêt, même si, l’an dernier, ses offres ont été catégoriquement repoussées. La CGT, qui n’y serait pas défavorable, demandait la semaine dernière à l’État de racheter les actions Areva en Bourse (4% du capital) et « la conclusion rapide de l’accord stratégique entre Areva et EDF ».

En attendant, Luc Oursel va présenter ce lundi matin à son conseil des mesures d’urgence. 4 milliards d’euros d’investissements (sur les 12 prévus d’ici à 2016) vont être gelés, dont le développement des trois mines en Afrique d’Uramin, acquise en 2007 pour 1,9 milliard d’euros. Des cessions de 1,2 milliard d’euros sont envisagées, dont les 26% d’Eramet détenus par Areva. L’Etat a mis au point un montage pour que ces titres, qui valent 650 millions d’euros en Bourse, restent dans les mains d’un acteur public (La Tribune du 3 octobre 2011). Une entrée de partenaires au capital de la filiale mines en cours de constitution est également prévue. Enfin, le groupe veut réaliser 1 milliard d’économies en diminuant les sous-traitants et en gelant salaires et recrutements. En Allemagne, Areva veut diminuer ses effectifs de 1.200 à 1.500 personnes (sur 5.700 salariés).

( sources : la tribune)

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. Les Néo-Calédoniens proposent à Areva d’acheter sa participation clef dans Eramet

    Areva cherche à se défaire de ses 26 % dans Eramet, qui valent actuellement environ 650 millions d’euros. Des négociations ont été engagées avec le FSI. Mais les indépendantistes de la province Nord, déjà actionnaires d’Eramet et de la SLN, se mettent à leur tour sur les rangs.

    Qui va reprendre les très décisifs 26 % détenus par Areva dans le groupe minier Eramet ? Le Fonds d’investissement stratégique (FSI) est en discussions avancées pour récupérer cette participation, grâce à laquelle l’Etat garde un contrôle de fait sur Eramet, un des pions essentiels de la France en Nouvelle-Calédonie et au Gabon (« Les Echos » d’hier). Mais Luc Oursel, le patron d’Areva, a désormais une deuxième proposition en mains. La Société Minière du Sud Pacifique (SMSP), dirigée par les indépendantistes de la province Nord, lui a envoyé mardi une offre formelle d’achat de ces 26 %.
    Dans ce courrier, la SMSP explique qu’elle souhaite acquérir cette participation « dans le but de mettre la Nouvelle-Calédonie à l’abri des travers dont souffrent de nombreux pays disposant de ressources naturelles, mais restant à l’écart de toutes perspectives ». En entrant dans le conseil d’administration d’Eramet, « nous pourrons négocier avec les actionnaires dans l’intérêt de la Nouvelle-Calédonie et obtenir, ultérieurement, une participation majoritaire dans la SLN », sa filiale spécialisée dans le nickel, a expliqué aux « Echos » André Dang, le président de la SMSP.
    Il assure pouvoir lever les fonds nécessaires à cet achat, grâce aux garanties offertes par la valorisation du nickel au travers des usines du Koniambo et de Gwangyang (Corée du Sud), dans lesquelles la société est majoritaire. Fin novembre, le président du gouvernement, Harold Martin, avait lancé l’idée que la Nouvelle-Calédonie achète ces 26 %. Sur la base des cours du titre du groupe minier, en forte baisse depuis un an, il avait estimé la valeur de l’investissement à 595 millions d’euros et avancé, pour son financement, un prêt bancaire sur vingt ans et l’instauration d’une redevance sur l’extraction minière.
    Une telle opération permettrait à la Nouvelle-Calédonie de « maîtriser le rythme d’exploitation de la ressource, d’encadrer le développement et le renouvellement des outils de production métallurgique et de favoriser la participation de la collectivité au capital des opérateurs », avait déclaré le chef de l’exécutif local. Selon le quotidien « les Nouvelles calédoniennes », « l’idée est de voir la Nouvelle-Calédonie acheter progressivement les parts [d’Areva] acquises dans un premier temps par le FSI. »
    Le fonds souverain français veut conclure « le plus vite possible » ses négociations avec Areva. Hier, Luc Oursel a cependant prévenu qu’il ne sacrifiera pas « les conditions à la vitesse » d’une transaction. Bref, le groupe ne veut pas vendre à n’importe quel prix, mais il a besoin d’argent pour combler ses pertes…
    Par le biais de la Société territoriale calédonienne de participation industrielle (STCPI), les trois provinces calédoniennes détiennent déjà 34 % de la SLN et quelque 4 % d’Eramet. En accroissant la participation dans le groupe, les responsables néo-calédoniens souhaitent obtenir plus de 50 % dans la SLN par échange de participations. Ce schéma se heurte, jusqu’à présent, au refus catégorique du président d’Eramet, Patrick Buffet, qui a affirmé qu’il n’était « pas envisageable qu’Eramet perde la majorité dans la SLN ». En absence d’accord, le pacte d’actionnaires liant la STCPI et Eramet, qui arrive à échéance à la fin de l’année, a été prolongé d’un an.
    ANNE PITOISET, Les Echos

    CORRESPONDANTE À NOUMÉA

    http://www.lesechos.fr/journal20111214/lec2_industrie/0201793005283-les-neo-caledoniens-proposent-a-areva-d-acheter-sa-participation-clef-dans-eramet-262768.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *