Film anti-Islam : de nouveaux affrontements éclatent

Le film anti-Islam continue d’embraser le monde musulman, alors que le pire a été évité à Paris.

Preuve que les tensions autour du film islamophobe de Sam Bacile sont encore vivaces, il a fallu ce samedi deux rangées de cars de CRS pour empêcher les manifestants d’accéder à l’ambassade américaine de Paris, située avenue Gabriel, dans le XVIIIe arrondissement.

Et si la capitale n’a pas été le théâtre d’affrontements soutenus, ce n’est en revanche pas le cas d’autres parties du globe. Cette nuit, le Canada a décidé, par mesure de précaution, de prolonger la fermeture de son ambassade au Soudan, déjà close dimanche.

Au Pakistan, à Karachi, au moins huit personnes ont été blessées suite à des affrontements avec la police devant le consulat américain, comme l’a confirmé à l’AFP, le chef des forces de l’ordre locales, Iqbal Mehmood. Certains manifestants ont même réussi à s’approcher du bâtiment et à le canarder à coup de pierres, avant d’être dispersés. A Lahore (grande ville de l’est du pays), 6000 personnes se sont rassemblées sans créer de heurts, tandis qu’une manifestation d’étudiants a rassemblé pas moins de 3000 jeunes, au nord-ouest. Au total, deux morts sont à déplorer dans le pays.

Ailleurs, la situation est tout aussi explosive. Au Yémen, où quatre personnes avaient trouvé la mort jeudi dernier, des centaines d’étudiants ont manifesté à l’Université de Sanaa, avec pour mot d’ordre l’expulsion de l’ambassadeur américain et le boycott des produits provenant des Etats-Unis. En Indonésie, c’est à coup de cocktails Molotov que les quelques 700 contestataires présents ont attaqué les forces de l’ordre.

Et alors qu’un sit-in pacifique se tenait il y a encore quelques jours en Cisjordanie, Kaboul a vu hier matin la situation dégénérer, lorsque des citoyens remontés ont ouvert le feu et incendié des voitures dans le quartier abritant notamment le quartier général de l’Otan et l’ambassade américaine, ne provoquant par chance aucun dégât humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *