Flou juridique ??

Bonjour à tous, après avoir lu « la déclaration universelle des droits de l’homme », « l’accord de Nouméa » (histoire de mieux cerner les enjeux de la politique NC) et la « Déclaration des Nations Unis sur les droits des peuples autochtones » je ne cerne toujours pas comment s’emboite tout cet ensemble au niveau juridique.

Déclaration universelle des droits de l’homme :
http://www.assemblee-nationale.fr/histoire/dudh/1789.asp

Déclaration des Nations Unis sur les droits des peuples autochtones :
http://www.un.org/esa/socdev/unpfii/fr/drip.html

Je ne suis bien entendu pas un expert en la matière, mais je vais exposer quelques passages :

Article premier
Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits.
Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Article II
Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.

Article IV
La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Article V
La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Article VI
La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Je ne cite que 2 articles pour la 2nde déclarations :

Article 3
Les peuples autochtones ont le droit à l’autodétermination.
En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel.

Article 4
Les peuples autochtones, dans l’exercice de leur droit à l’autodétermination, ont le droit d’être autonomes et de s’administrer eux-mêmes pour tout ce qui touche à leurs affaires intérieures et locales, ainsi que de disposer des moyens de financer leurs activités autonomes.

Bien entendu, pour compliquer le tout il y’a des notions comme l’applicabilité juridique, « l’esprit et la lettre » (cité très souvent sur l’accord de Nouméa par les politiques) etc…

Alors comment interpréter cet ensemble ??

Qui est compétant pour définir « Les distinctions sociales fondées sur l’utilité publique » dans l’article 1er ?

Et pendant qu’on y est, dans l’éventualité ou la NC devienne autonome, comment va s’organiser le pouvoir régalien d’émettre sa propre monnaie ?

Beaucoup de questions sans réponse entre du juridique et du financier, mais ca me semble important de s’informer.

Alors si quelqu’un peut m’éclairer en structurant voir en hiérarchisant le tout, je le remercie d’avance.

(Désolé pour les fautes d’orthographe)

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *