GDF Suez accuse le roi de Wallis de lui avoir volé sa filiale

ECONOMIE – Le groupe est présent sur le territoire via son entreprise Eau et Electricité de Wallis et Futuna…

Prenez un archipel de l’océan Pacifique,collectivité française d’outre-mer dirigée par trois chefferies royales. Ajoutez un grand groupe d’énergie hexagonal et vous obtiendrez un conflit pour le moins inhabituel.

Un représentant de GDF-Suez a accusé vendredi le roi de Wallis et Futuna de lui avoir volé son entreprise présente sur le territoire.

Lettre du roi au préfet

«On nous a volé notre société, il n’y a pas d’autre mot», a déclaré à l’AFP, Yves Morault, directeur général délégué d’Eau et Electricité de Nouvelle-Calédonie (GDF-Suez) et administrateur de sa filiale, Eau et Electricité de Wallis et Futuna (EEWF).

Le 19 juillet dernier, alors qu’un conflit autour du licenciement d’un employé s’enlise, des fidèles du roi de Wallis, l’une des trois îles de l’archipel, investissent les locaux d’EEWF.

Par lettre au préfet, le roi Kapelielé Faupala explique alors qu’il prend tout simplement possession de la société.  EEWF n’est désormais plus acceptée dans l’île en raison de ce licenciement et des tarifs «exorbitants».

Pression locale

Mais sous la pression de la population, privée d’eau et d’électricité après ce coup de force, des techniciens sont par la suite intervenus, sous l’escorte de forces de gendarmerie. Actuellement, les accès au site sont toujours bloqués par huit à quinze personnes.

«On peut rentrer par une porte dérobée, gardée par des (gendarmes) mobiles. On essaie d’assurer notre service public dans des conditions qu’aucune société n’accepterait», a déclaré Yves Morault, qui dénonce la passivité de l’Etat. Des discussions sont en cours avec le préfet pour tenter de calmer la situation tendue autour du site d’EEWF.

Vendredi, des manifestants ont empêché l’expédition de matériels sur Futuna, une autre île de l’archipel. Le réseau y est pourtant toujours gravement endommagé après le passage du cyclone Tomas en mars dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *