LA COUR DE RÉCRÉ (épisode 7) : PIERROT, LOULOU ET PAULO FONT DE LA TÉLÉ !

La journée dans notre classe, elle a commencé comme toutes les autres depuis quelques temps, par une dispute entre Gaël et Pierre. Gaël, depuis qu’il a des vues sur le pardessus de Pierre, on ne le reconnaît plus : il prend la parole sans attendre la permission, il parle fort et il lui arrive de dire non. Pourtant dans la classe, on se dit tous que si le pardessus de Pierrot, celui qu’il a eu de Jacques, l’ancien élève dont j’ai déjà causé, est trop grand pour lui, il ne risque pas d’être à la bonne taille pour Gaël.
Maître François, il a dit que ça suffisait comme ça les disputes, qu’en ce moment il avait d’autres soucis. Quand il dit ça, maître François, il me fait penser à maître Nicolas. Tous les maîtres disent la même chose : qu’on leur donne plein de soucis. Alors moi, Calédo, je me demande pourquoi ils ont choisi maître d’école comme métier, si c’est si dur.
Le dernier souci de maître François, on le connaît tous. Avec Valérie, sa compagne, comme il l’appelle, ils ont accueilli une copine à Valérie, Florence, qui revient de vacances au Mexique, un pays où ils s’habillent comme Pépito. Au début, maître François, Florence, il arrêtait pas de la présenter à ses voisins et de nous en causer ; il disait que l’endroit où elle avait passé son séjour c’était pas le Club Med et qu’elle avait beaucoup souffert. Mais il y a eu des voisins qui ont dit comme ça, que Florence, là-bas elle avait eu de drôles de fréquentations, et qu’elle n’était peut-être pas si gentille que ça. Alors du coup, Maître François, il a arrêté net de nous en parler.
Il nous a dit ensuite qu’on allait changer de Directeur d’école. J’étais au courant : d’ailleurs j’ai appris que si monsieur Albert prenait déjà sa retraite, c’était parce qu’il a laissé tous les élèves jouer dans la cour, le jour où il y a eu la grosse pluie, là…

Après, maître François, il nous a parlé du projet de télé que Pierre et Loulou avaient eu ensemble. Dans la classe, on s’est tous regardé parce que cette télé de classe, la première fois qu’on nous en avait causé, ça ne nous avait pas paru très intéressant. Pierre et Loulou, ils veulent juste filmer des copains à eux avec le smartphone 3G que leur prête Harold. Harold, je vous l’ai déjà dit, les smartphones il les a gratos. Ils veulent se faire aider d’une fille d’une autre classe, Elisabeth, que nous on aime pas trop, vu qu’elle fait son intéressante avec les deux seuls mots de vocabulaire qu’elle connaît : « mensonge  » et « dénigrement ». En plus elle a déjà son journal de classe. Pour le titre, elle s’est inspiré de celui des SDF : « Macadam ».  » Rubriques Ras le Bitume « , il s’appelle le journal d’Elisabeth et il est fin nul.
Donc maître François a dit qu’après réflexion et après en avoir discuté avec d’autres maîtres, finalement cette télé rien que pour nous, c’était une bonne idée, et que pourquoi pas, allons-y, mais que bon, faire une télé ça coûtait des sous. Alors Harold, il s’est réveillé et il a dit qu’il allait organiser une collecte dans la classe.
Alors là, il y en a plein qui se sont énervés très fort, les trois Philippe d’abord avec Sonia et Hélène. Ils ont dit comme ça que leur télé à Pierre et à Loulou, qui n’allait parler que de leurs copains à eux, ils n’avaient qu’à se la payer eux-mêmes, non mais sans blague.
Tout le monde s’est mis à crier en même temps, sauf Paulo qui ricanait dans son coin.
Quand je lui ai demandé à Paulo pourquoi il rigolait comme ça, il m’a répondu que lui aussi, il allait faire une télé et qu’en plus les sous, il les avait déjà. Il a rigolé encore plus : une partie des cotisations de l’APE qu’on me donne directement en début d’année. C’est ça aussi le rééquilibrage, qu’il a dit…
Par moments, moi, Calédo, je me dis, vivement dans deux ans, en 2014, que je sois au Collège. Paraît qu’ils sont plus sérieux là-bas.

( Par C.Calcyt vu sur FB)

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. A les entendre, on pourrait croire que la patrie est en danger et que les libertés fondamentales sont menacées !

    Tout ça pour l’autorisation d’émettre de deux chaînes de télévision locales et gratuites.

    Vous ne m’enlèverez pas de l’esprit que certains en font un peu trop…

    Et l’on aura remarqué, aussi, que c’est NC9 qui polarise leur agressivité et leurs critiques et qu’une minorité de dénigrement s’oppose, ainsi, à une majorité de projet.

    Mais bon, comme souvent, ceux qui prennent des initiatives, qui créent quelque chose, se heurtent à l’hostilité de ceux qui ne font rien.

    Parmi ses opposants, Les Nouvelles Calédoniennes, mais ce n’est pas une surprise !

    Le quotidien monopolistique est une société qui fait des bénéfices et qui en rapatrie une partie en métropole. Il voit d’un mauvais œil toute initiative qui vient entamer son marché publicitaire.

    La télévision d’Etat ? Ce n’est pas étonnant non plus ! Elle s’accommode d’une télévision du Nord – qui est un peu sa créature dit-on dans les couloirs du CSA – et avec laquelle elle s’est empressée de passer des accords de production et de coproduction, mais elle craint une télévision partagée à vocation territoriale qui viendra naturellement piétiner ses platebandes. A tel point que le traitement discriminatoire, qu’elle réserve, depuis des mois, à NC9, n’a pu échapper à personne.

    NCTV – sans doute parce qu’elle est d’obédience indépendantiste, culturellement kanak et courtisée par Calédonie ensemble – suscite une relative indulgence, même dans le camp de ceux qui prétendent être partisans du maintien de la Calédonie dans la France et qui n’ont pas de mots trop sévères, ni d’oukases trop violents à l’encontre de NC9, la télévision partagée.

    Ça ! On ne pourra pas reprocher au député de la seconde circonscription d’avoir ménagé ses efforts.

    Pas moins de trois conférences de presse pour dire tout le mal qu’il pensait de ce projet de télévision.

    Son interdiction était même l’un des points de son programme législatif et il s’est démené, jusqu’à ces derniers jours, en écrivant au président du CSA et en allant voir le ministre des Outremers avec un seul message : il ne faut pas que NC9 se fasse ! Il faut lui faire barrage…

    Hélas pour lui, on ne gagne pas à tous les coups et c’est raté !

    Ses diatribes n’auront pas été entendues et c’est encore l’une de ses promesses électorales qui en prend un coup.

    Mais l’on remarque qu’il aura utilisé la même méthode que celle qui lui a réussi en politique. Il prend un mensonge. Il en fait un postulat et il bâtit dessus une argumentation sommaire. Mensonge et poison !

    On peut tout de même s’interroger sur une telle obsession, sur un tel acharnement, sur une telle volonté d’empêcher l’ouverture du paysage télévisuel calédonien.

    Parce qu’il faut raison garder !

    Partout, dans toutes les collectivités de métropole et d’outremer, il existe des télévisions locales, qui ont plus ou moins de succès, mais qui traduisent un besoin réel d’informations et de magazines de proximité.

    Et c’est tellement vrai que, partout – le conseiller Méar le rappelait récemment – ces télévisions locales sont financées par l’argent public.

    Pourquoi la Nouvelle-Calédonie ferait-elle exception alors que, de l’avis général, la télévision de service public ne remplit pas sa mission de façon satisfaisante ?

    Deux télés, c’est trop cher ? Argument recevable et nous l’avons déjà dit.

    Nous aussi on a le sentiment que l’argent des contribuables calédoniens pourrait, parfois, être utilisé à meilleur escient, pour aider ceux qui souffrent et sont dans le besoin et la paupérisation du Nord n’échappe à personne.

    Et il nous semblerait bien d’offrir aux calédoniens une seule télévision locale de qualité, à un coût raisonnable.

    Mais, à titre de comparaison, certains analystes chiffrent à 2,5 milliards, le coup porté à l’économie calédonienne par la crise institutionnelle de 2011 avec les démissions à répétition de Calédonie ensemble. C’est le prix de trois télés !

    A chacun ses priorités !

  2. Hey new victor, tu fait du mailing ou quoi?

    Il est parti où l’ancien Victor?

    Au placard ou quoi?

    Ou peut-être fait-il une « rénovation » en companie de Gael & Sonia?

    C’est bon de dépoussièrer de temps en temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *