LA NÉBULEUSE KANAKY ou « ET POURTANT ELLE TOURNE » ( par Jeffrey Tardy)

Le phénomène des cases de la Moselle, dont l’issue fut lamentable, tartarinesque et désastreuse en terme d’image, ne fut pas toutefois un phénomène isolé et réduit à « quelques illuminés », dont il suffirait aujourd’hui de se réjouir du bull dozage, les truffes aboyant niaisement et tapant sottement des mains comme les otaries aboient et applaudissent au cirque.

Comme le Palika l’a souligné dans son communiqué du 14/11/12 « Le projet intitulé « une tribu dans la ville » concocté par le « comité 150 ans après… » [a été] soutenu par des organisation politiques (PT, UC, DUS, RDO) et syndicales (USTKE, SLUA). »

Et ce parti d’ajouter « De leurs côtés, les organisations politiques et syndicales qui ont apporté leurs soutiens « jusqu’au boutistes » au comité doivent aussi avoir le courage d’assumer leurs engagements. Ce n’est un secret pour quiconque qui sait qu’elles ont toutes des contacts au sénat coutumier, en plus de leurs présences dans le cadre du « conseil politique » au gouvernement de la NC. De ce fait, l’instrumentalisation des outils de décision démocratiques (Sénat et gouvernement) à leur convenance expose le citoyen tout venant à des croyances de toute puissance sans fondement solide. Après la propagande faite autour du double drapeau en 2011, voici qu’on promet de construire la tribu dans la ville en 2012, en préfiguration de la « kanaky » en 2013, pour être en cohérence avec la promesse du PT et de l’UC (R. W) « l’indépendance en 2014 ». »

En effet, la nébuleuse kanaky comporte de très nombreux types d’astres au firmament de l’indépendantisme de notre hémisphère sud, des corps célestes très officiellement identifiés aux étoiles les plus mystérieuses en passant par les astéroïdes les plus fugitives.

Les astronomes du kanakysme ont ainsi répertoriés et décomptés les diverses planètes des partis et élus officiels kanaky, les météores de comités kanaky, la ceinture d’astéroïdes du sénat coutumier kanaky, la constellation des groupes de pression kanaky, les trous noirs des loges franc-maçonnes kanaky, le quasar des ligueurs des droits de l’homme kanaky-francmak, les naines bleu-rouge-vert-jaune-noir des collectifs kanaky, la géante gazeuse des syndicats kanaky, la supernova des groupements de parents kanaky, les galaxies des centres, actions et festivals culturels kanaky, les pulsars des G.I.E et S.E.M kanaky, les météorites de caillasseurs, incendiaires et barragistes kanaky, les amas stellaires des provinces et mairies kanaky, le soleil en fin de vie de sénateurs collaborateurs kanaky…

Copernic et Galilée auraient examiné cet univers kanaky, davantage en compression qu’en expansion, apparemment si multiple et diversifié, ils auraient immédiatement décelé la profonde unité du système kanaky et son mouvement réglé, équilibré et même étonnamment « concerté », comme inspiré par une force de cohésion surnaturelle, probablement « l’esprit » ou lumière de Téa Kanaké que les physiciens pressentent dans le big bang kanaky.

Non l’anneau jupitérien des huit cases de la Moselle ne fut pas un objet isolé : il est né du système, sert et servira la grande horloge du système kanaky. Et Galilée, moins truffe que les otaries applaudissant des nageoires et beuglant « Onk, onk, urk, urk ! » à sa disparition momentanée des jumelles, en aurait dit avec un sourire triste : « Et pourtant il tourne !… »

( sources: Jeffrey Tardy)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *