Cliquer sur l’image pour voir la vidéo ici http://mai68.org/spip/spip.php?article10657
La police belge n’a tué ni Salah Abdeslam ni Mohamed Abrini.
La police française a tué Mohamed Merha, les frères Kouachi, etc.
En France, la police tue les terroristes pour les empêcher de parler, c’est-à-dire pour les empêcher de dénoncer leurs commanditaires.

Attentats de Bruxelles – 8 avril 2016 – L’homme au chapeau, agent des services secrets ? (vidéo France 2)
D’après Pierre Martinet, ancien agent de la DGSE invité au journal de France 2, le troisième homme des attentats de Bruxelles, celui au chapeau, avait reçu une formation d’agent secret :
http://mai68.org/spip/spip.php?article10648

La privatisation de la police concerne même  des activités classées « secret défense » !
Enregistré lors du Grand Soir 3 du 7 avril 2016
http://mai68.org/spip/spip.php?article10654
Contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, l’État ne plane pas au dessus des classes sociales, il est le représentant d’une seule d’entre elles : la classe dominante. L’État, c’est pas nous, l’État, c’est les patrons !
Quand la police sera totalement privatisée, il sera clair pour tout le monde que c’est l’État lui-même qui est privatisé, c’est-à-dire entre les mains, et donc au service, des gros capitalistes.
C’est déjà le cas depuis que la bourgeoisie est arrivée au pouvoir, en fait ; mais, maintenant, les choses deviennent visiblement ce qu’elles étaient déjà essentiellement.
Karl Marx disait que « l’État, c’est les bandes armées du pouvoir ».

« C’est trop facile, et ils ont pas l’air de s’en priver : des agents secrets peuvent assassiner un membre d’un clan du milieu marseillais en se faisant passer pour des membres d’un clan concurrent, afin de déclencher une guerre des gangs. Si cela ne prend pas, cette même police secrète peut aller jusqu’à simuler la vengeance du clan attaqué pour arriver à ses fins. Elle peut, tout simplement aussi, exécuter qui elle veut et faire passer cet assassinat pour un règlement de compte entre gangs.
Pourquoi autant de règlements de compte à Marseille et presqu’aucun à Paris ? Croyez-vous que le milieu des affaires illégales est inexistant à Paris ? Je crois tout simplement que les pratiques policières ne sont pas les mêmes à Paris qu’à Marseille !
Pourquoi ne sont-elles pas les mêmes ? Peut-être parce que le lieu du pouvoir en France est à Paris et pas à Marseille, et qu’il faut éviter à tout prix qu’un malencontreux accident arrive à Paris où une guerre des gangs ainsi artificiellement déclenchée pourrait tuer un membre du pouvoir, c’est-à-dire du gang le plus puissant.
Nouvelle fusillade meurtrière à Marseille
http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN0X10Z1
Lundi 4 avril 2016 12h58
MARSEILLE (Reuters) – Un homme a été tué par balles lundi dans une cité des quartiers nord de Marseille, 48 heures après une fusillade
http://mai68.org/spip/spip.php?article10630
Loi Travail – 31 mars 2016 – C’est l’important dispositif policier qui a provoqué les violences (vidéo 1’51 et 11’29)

Comme la mobilisation était en hausse, la police a attaqué violemment, et les manifestants les plus courageux se sont défendus.
http://mai68.org/spip/spip.php?article10613

Pourtant, pendant la deuxième guerre mondiale, une partie de la population était dans la résistance, aux FTP (Francs-Tireurs et Partisans, proche du PCF) ou aux FFI (Forces Française de l’Intérieur, proches du général de Gaulle) ; alors que la police, elle, était dans la milice, c’est-à-dire dans une organisation militarisée de soutien aux nazis et à la Gestapo.
Souvenez-vous bien qu’en France tous les préfets de police sauf un avaient prêté serment à Pétain. J’ai bien dit tous les préfets de police sauf un. Celui-ci s’appelait Jean Moulin, figure bien connue de la résistance !
Souvenez-vous en bien : sauf UN !

Le 2 septembre 1941, les 7234 magistrats français avaient tous juré fidélité au maréchal Pétain !
Tous sauf un : le juge Paul Didier
Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.
Extrait court de l’émission L’ombre d’un doute sur le docteur Petiot passée sur France 3 le 9 février 2015 à 20h50. Extrait tiré environ au bout d’une heure vingt huit d’émission.
http://mai68.org/spip/spip.php?article8605

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *