La stratégie du nickel au coeur de l’avenir

une-usine-de-nickel-en-nouvelle-caledonie_1305407La stratégie à élaborer pour l’industrie du nickel, pilier de la croissance économique de la Nouvelle-Calédonie, a été évoquée vendredi par les élus calédoniens tant loyalistes qu’indépendantistes, qui ont reçu des assurances sur l’implication de l’Etat.

Tous étaient réunis à Matignon pour ce 11e Comité des signataires de l’accord de Nouméa (1998), qui veille à l’application des transferts de compétences et aborde les questions délicates de l’avenir de cette collectivité qui doit décider de son avenir institutionnel.

Ce comité se tenait à quelques mois des élections provinciales. En émergeront les membres du futur Congrès qui aura la charge de fixer la date d’un référendum d’autodétermination d’ici à 2018.

Le Premier ministre n’a eu de cesse de louer « l’esprit de responsabilité » des élus et de leur redire sa « confiance ». Il leur a proposé la date du 4 mai pour ces provinciales.

Si Jean-Marc Ayrault s’est félicité du « chemin parcouru » depuis quinze ans dans le processus de décolonisation lancé par l’accord de Nouméa, il n’a pas caché que « tous les problèmes sont évidemment loin d’être réglés (…) et que des décisions importantes devront être prises ».

Ainsi, un dossier n’a pas avancé aussi bien que prévu: celui de l’élaboration d’une stratégie commune du nickel. Le rapport d’Anne Duthilleul, experte mandatée pour aider les Calédoniens à la définir, n’a pas atteint son objectif.

M. Ayrault l’a reconnu à demi-mot: « Pour la vision stratégique, de nouvelles rencontres doivent avoir lieu ». Mais, s’est-il empressé d’ajouter, « les membres du comité ont souligné leur grande convergence sur la nécessité d’une vision commune sur le nickel et de sa valorisation optimale au bénéfice du pays à long terme ».
Marc Le Chelard/AFP    Une usine de nickel en Nouvelle-Calédonie

Il s’agit de trouver le chemin étroit qui satisfasse les différents camps politiques. La province Nord et son président indépendantiste Paul Néaoutyine (FLNKS) viennent de lancer leur usine de Koniambo, symbole du rééquilibrage économique en faveur des kanak. Ils ne possèdent que peu de gisements de nickel et demandent un accès à ceux, colossaux, situés en province Sud et détenus par la SLN, filiale du géant Eramet, dont l’Etat est actionnaire à 26%.

« Sujet pivot »

La province Sud et notamment « Nouméa la blanche », aux mains des partisans du maintien dans la France, souhaiteraient un renforcement de sa participation et de celle de la Nouvelle-Calédonie en général au sein de la SLN, dont elle ne détient que 4%. D’autant qu’un gros projet d’usine d’Eramet en Indonésie alimente les craintes d’un désengagement.

Pierre Frogier, sénateur du Rassemblement-UMP, a fait une ouverture inédite pour que le Nord puisse accéder plus facilement au nickel. En effet, il a une « très grande conviction »: « Nous n’arriverons pas sereinement à trouver une solution politique institutionnelle si nous ne réglons pas préalablement le problème du nickel, si le Nord, le Sud et l’opérateur historique (SLN) ne se mettent pas d’accord ».

« C’est un sujet pivot pour la Calédonie », a insisté M. Frogier à l’AFP. Et « il faut que l’Etat dise ce qu’il veut à ses partenaires au sein d’Eramet », a-t-il ajouté.

« L’Etat s’est engagé à assurer le contrôle conjoint d’Eramet avec le groupe Duval (qui en détient 37%), il veillera à ce que l’implication du groupe en Nouvelle-Calédonie se poursuive et à ce que les intérêts de la Nouvelle-Calédonie soient bien pris en compte », a assuré en retour M. Ayrault.

Si ce dossier a été renvoyé après les provinciales, d’autres sujets ont pu avancer.

Rejoindre la conversation

11 commentaires

  1. Mouais….!!!
    Si en effet le nickel a été un puissant outil de développement pour la NC, il est aussi un risque majeur quand les cours sont au plus bas. Il est donc primordial de faire de cette activité une activité parmis d’autre dans l’économie de la NC, Ni plus, ni moins….

    Tout miser sur le nickel est une erreur grave qu’avait d’ailleurs signalé les économistes Wassmer et David, mandatés par le Congrès pour causer économique du Pays.

    Alors SVP, cessez de nous les briser avec le nickel. Faite payer ceux qui se servent sur notre dos à une juste mesure, mais une mesure qui soit réellement plus importante qu’aujourd’hui, car sérieusement, si cette activité est importante elle ne rend rien aux Calédoniens, en tous les cas pas autant qu’elle devrait…

  2. Sauf erreur, le nickel demeure, crise ou pas crise, le plus gros employeur du territoire non ?!?

    Ok voir même plus que ok pour ne pas tout miser sur le nickel, mais considérer cette activité comme n’importe quelle autre alors qu’elle fait vivre directement et indirectement plusieurs milliers de Calédoniens me parait quelque peu irréaliste non ?!?

    1. Non, le nickel n’est pas le plus gros employeur du Pays…!!!
      Et il ne faut pas se tromper de sujet non plus…
      Mettre le nickel au coeur de l’avenir est une erreur majeur. Baser sont futur sur une ressource limiter c’est encore plus idiot….!!!

      Je le redis, le nickel a été le « starter » de notre économie, mais il n’est plus et ne doit pas en être le coeur, c’est risqué et stupide !!!

      Les Calédoniens ne peuvent pas uniquement se contenter des miettes du nickel comme c’est le cas depuis trop longtemps et ma position n’a rien a voir avec un avis politique comme c’est le cas pour certain…

      Il faut arrêter de se faire enfumer par ceux qui profite de nos ressources tout simplement !!!

  3. Ah bon … le Nickel n’est pas le plus gros employeur de Nouvelle Calédonie ?!?

    Mais qui est donc le plus gros employeur donc ???

    Parce qu’avec :

    2 300 emplois directs et 6 000 indirects pour la SLN
    1 200 emplois directs et 2 800 indirects pour VALE
    7 300 emplois directs et indirects pour la SMSP

    Sans compter les MKM, NMC, Montagnat, Ballande et autres … on est déjà là a 19 600 emplois … mais bon … rien d’important pas vrai ?!?

    1. Des chiffres à la con comme d’hab…
      Tu peux remercier le MEDEF, ils sont forts pour ce type d’info…

      Tu multiplies les p’tits pains mon garçon, tu devrais changer de pseudo pour t’appeler Jésus !!!

      On va devoir faire le tri de tes chiffres pour y voir un peu plus claire…

      Tous les emplois indirects c’est à dire les 3/4 de ton total, donc 15 000, ne sont pas uniquement prestataire de la mine. Il faut soit les retirer, soit les partager avec d’autres secteurs économiques. Mais tu ne peux pas les imputer uniquement à la mine…

      Je ne te parle pas des postes à Valé et Goro qui ont été supprimé ou qui vont l’être, parce que là c’est encore un sacré volume de chômeurs en perspective qu’il va falloir replacer ailleurs…

      Donc pour faire simple on cause là de 5000 personnes…??? C’est beaucoup et peu à la fois pour la deuxième ou troisième réserve de nickel dans le monde non ???

      Donc la mine vaut ce qu’elle vaut et pas plus, d’autant qu’elle ne nous rend pas ce qu’elle devrait…

      C’est plus claire comme çà !!!
      Bon j’attends tes commentaires…

      1. Je te signale que les chiffres ne viennent pas du medef mais soit des sites Internet des entreprises en question soit du site de … la FINC … quand au plus gros employeur … citer la fonction publique mais fait doucement rire …

        La FINC ne serait donc pas crédible ?

        1. Pour la fonction publique nous sommes d’accord c’était une boutade….

          Concernant les chiffres, je ne peux que confirmer mes propos, ces chiffres correspondent à des emplois indirects qui ne sont pas du seul fait de la mine…
          Je veux dire que ces entreprises bossent aussi bien pour la SLN, GORO ou VAVOUTO que pour des boites autres !!! Tu ne peux les attribuer toutes à la mine…

          D’ailleurs, je vois sur le site qu’il est question de 6979 emplois pour 132 adhérents…
          J’imagine qu’à la FINC il n’y a pas que des entreprises de la mine, non ???

          Mon propos est de dire que la NC à un tissus très important malgré sa taille et que la mine n’est pas, plus aussi prépondérante qu’elle ne l’a été…
          C’est d’ailleurs cette autre économie qui a permit à la NC de supporter plutôt bien la crise jusqu’ici !!!

          Mais je ne t’en veux pas car comme toujours on ne voit que la partie immergée de l’iceberg…
          Le monde de la TPE-PME est tellement plus important qu’il n’y parait qu’on finis par l’oublier…

    2. Et pour la réponse à ta question le plus gros employeur c’est la fonction publique (malheureusement) !!!

  4. lis bien :
    VALE NC/SLN/KNS/SMSP/MONTAGNAT/MKM – CALTRAC/KOMATSU/PCI/LIEBHERR/SOCOMETRA-Hitachi/LABEL EXPLO/FORACCO/EAU & ENVIRONNEMENT/SAS GOROmine/DUMEZ/COLAS/ENDEL/SOCALMO/ALS/LAB’O/beaucoup de ptites sociétés de laboratoires/TRANSFIELD/SNC LAVALIN/AMC SUD/SUD APPRO/TOYOTA & FORD qui ont décroché leurs plus gros contrat avec SLN & VALE & j’en passe tellement il y en a…. toutes ces sociétés sont liés au NICKEL. ça fait vraiment beaucoup de monde quand même…

  5. ERIC ; qu’elle est l’autres économie dont tu parles? celle qui a permis au pays de resister à la crise?

Laisser un commentaire

Répondre à Victor Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *