Mais où va donc le bateau ivre de Calédonie Ensemble? Grisé par sa cinglante victoire aux législatives, le parti, mais surtout son chef suprême, semble sûr et certain de tout rafler tout seul début 2014. La stratégie consiste encore et toujours à faire de l’éradication du Rassemblement-UMP la seule ligne politique à suivre et à décliner sur tous les tons. Pour le contenu politique, il faudra repasser. Pourquoi se casser la tête à proposer une réelle politique alors que fonctionne si bien le cocktail « diabolisation du kanak » mélangé à une prétendue « indépendance-association » (que personne n’a jamais vue dans aucun texte ou déclaration du RUMP) ?

CE, le parti qui réussit à faire le grand écart d’une alliance avec le FN et le LKS pour battre le RUMP en 2004 – pourtant majoritaire dans les urnes – se voit déjà en haut de l’affiche !

Lui qui s’est roulé par terre pour être au comité des signataires d’un accord qu’il n’a pas signé, le « líder máximo » nous explique maintenant qu’il peut se passer du consensus dans la recherche d’une solution pour l’avenir de la Nouvelle-Calédonie ! Chassez le naturel, il revient au galop : quand Gomès se sent pousser des ailes, son égocentrisme, son despotisme (même éclairé !), et son désir de domination s’expriment sans scrupule. Mais déclarer que la solution consensuelle est morte (« parce que Frogier l’a tuée » sic), c’est bien mal connaître la Nouvelle-Calédonie et l’Océanie en général où le consensus est le mode de gouvernance privilégié.

L’histoire récente du territoire le démontre : ce sont les consensus qui ont permis à la Nouvelle-Calédonie de ne pas sombrer dans une énième décolonisation bâclée ou sanglante ! Il y a 25 ans, en 1988, les Accords de Matignon-Oudinot ramenaient la paix à une Calédonie en proie aux barrages, aux attentats, aux assassinats, aux prises d’otages et aux émeutes. Cette situation, était le fruit d’une stratégie digne de celle prônée actuellement par CE : « non au consensus – on est majoritaires ! »

Heureusement, deux leaders exceptionnels, Jean-Marie Tjibaou et Jacques Lafleur, on su dépasser la vision du bout de leur nez et tendre la main vers l’autre pour construire la solution consensuelle de 1988 (qui consistait notamment en la création des provinces, et un référendum d’autodétermination en 1998). Ce courage politique a eu un coût très lourd pour ses auteurs, en particulier pour Jean-Marie Tjibaou…

10 ans plus tard, en 1998, alors que les Calédoniens auraient dû avoir droit à un référendum couperet-guillotine « pour ou contre l’indépendance », c’est encore la solution consensuelle qui a prévalu : l’Accord de Nouméa (préambule en forme de reconnaissance des Kanak, transferts de compétences, signes identitaires). On a qualifié ces démarches consensuelles de « pari sur l’intelligence ». L’expression se suffit à elle-même.

Alors quand en 2013 on nous explique qu’il n’y à plus rien à négocier, que le simple fait majoritaire réglera la question calédonienne, et que la solution consensuelle a été tuée par un geste d’ouverture, cela revient à souffler sur des cendres chaudes… On nous prend vraiment pour des moutons de Panurge ! Avec cette proposition de « référendum éclairé » gagnant-perdant, on est aux antipodes de ce qui permettra au pays de sortir par le haut de l’Accord de Nouméa ! Mais les dictateurs en herbe ou les despotes éclairés ne se sentent jamais aussi bien que dans l’odeur de la peur et de l’intolérance qui leur permettent de distiller leurs discours simplistes et réducteurs à une population crispée et exaspérée…

Mais celle-là, on ne la fait pas au Premier Ministre, dont l’annonce surprise de son séjour aura été de soutenir l’idée de la solution consensuelle prônée par le Rassemblement-UMP et la plupart des partis loyalistes… Philippe Gomès a du apprécier, surtout quand sa collègue députée s’est fendue, au déjeuner de vendredi midi donné par le Premier Ministre au haussariat, d’une saillie anti solution consensuelle, illustrant son propos en se vantant ELLE d’avoir voté CONTRE l’Accord de Nouméa ! Consternant.

 

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. UMP c des voleur et que des bon arien .il faux dire la vérité à nous les calédonien et rien caché aux peuple de Calédonie .le président de Calédonie c aussi un voleur quart il à les main très sale et aussi Philippe Gomès

Laisser un commentaire

Répondre à convers Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *