Les Nouvelles Caledoniennes ou une censure de plus de 30 ans

Souvent , lorsque des intervenants ont voulu témoigner via des post de faits divers non relatés par la presse , nous nous sommes fait critiquer par des internautes .
On s’est fait taxer de menteurs et certains ont souligné que vu que les LNC, entre autres , n’avaient pas  retracer les dits événements , ca prouvait qu’on racontait n’importe quoi !! et bien voila un article fort intéressant que l’on nous a transféré :

Le sport national en Nouvelle-Calédonie est de protéger ses petits intérêts comme le ferait une vieille aigrie, acariâtre et avare. A l’époque de Lafleur et de son règne, nous avons aussi connu la censure comme mode d’impression médiatique.

Aujourd’hui, nous voila encore face à ce genre de problème qui peut s’avérer avec le temps dramatique pour la liberté d’expression. Je me demande si je dois en rire ou en pleurer. Je me demande surtout si les gens finiront par réfléchir un jour à ce qui advient vraiment de la société Calédonienne.

Nous pouvions lire ceci dans les Nouvelles Calédoniennes du mardi 3 janvier 2012 : « En début de réveillon, le haut-commissaire, rejoint par Gaël Yanno et le directeur de la police municipale, a mené sa traditionnelle tournée des services de sécurité. La soirée a été plutôt calme.

Mais, selon la police, vers 5 heures du matin, dimanche, une bagarre a éclaté à l’Anse-Vata entre des groupes de jeunes.
Les forces de l’ordre se sont rendues sur place. Mais, lors de l’interpellation d’un fêtard, les belligérants se sont retournés contre les policiers. Caillassage, jets de bouteilles… Près de 200 personnes ont pris part à la bagarre.

La vitre d’un véhicule de la police a été brisée, blessant légèrement un fonctionnaire. Soixante agents ont été mobilisés. Une grosse opération de nettoyage a été nécessaire pour redonner un aspect correct à la chaussée.

Vingt-cinq noceurs ivres ont démarré la journée dans les cellules de dégrisement. »

Peu âpres, j’ai reçue cela en privé sur mon profil des enfants du pays et je tairais le nom de cette personne. Je connais cette dame. Elle donne de son temps pour les jeunes et travaille dans une association connue. Elle connait leurs difficultés mais aussi leurs défauts. Si elle s’indigne c’est qu’elle à des raisons. Et je connais sa fille, loin d’être une taré.

« Ma fille s’est fait tabasser par la BAC ce WE et a reçu du gaz lacrymogène sur la figure, elle est encore tout endolorie; ils sont tout le temps en train de contrôler les jeunes des quartiers, ils préparent le terrain pour une révolte et après, feront semblant de faire les pompiers. »

Je ne sais pas si les deux histoires que je relate dans cet article sont liées mais en tout cas la méthode ne change pas. Au contraire…

Malgré mes coups de gueules, je suis une femme très posée et calme, peut-être trop calme d’ailleurs. (Sauf sur ma page, faut bien se lâcher quelque part !). Je passe inaperçue dans les endroits que je fréquente. Rien ne sert de crier. Il faut être là au bon endroit et au bon moment et sortir sa plume avec délicatesse et se mettre à écrire simplement ce qui doit être dit sans avoir peur des menaces ni des conséquences.

Il faut juste suivre son instinct et ce que nous pensons être justes. A ce moment là, plus rien ne te fera peur. Rien…

J’ai posé l’information sur ma page et la réaction fut immédiate. Les jeunes ont réagi rapidement. Des détails, d’autres choses se racontent et même une version bien différente de l’histoire officielle.

Celle-ci par exemple : « Si c’est la même histoire que celle du 31 sur l’Anse Vata alors c’est sûrement vrai. Ma sœur m’a raconté quelques petites scènes bien salaud!

Ce matin j’achète les nouvelles et qu’est ce que je vois : “Rubrique faits divers : les fêtards unis contre la police” Putain mais quelle honte quoi.

Les “fêtards” se sont surtout unis pour se défendre. A un moment les flics étaient 5 sur un mec pour le taper. Ensuite ils ont bombardé de lacrymo les jeunes qui passaient. Ma sœur aussi en a eu plein dans les yeux.

Pour qui ils se prennent eux? Ils ont décidés de faire les Cows boys et après ils vont se plaindre dans le petit quotidien du pays qu’ils bousillent. Plein le cul de ses abus de pouvoir!

Marre de ces idiots qui n’essayent même pas de réfléchir par eux même et qui font bêtement leur boulot, presque à sucer le sang de leur système pourri tout ça pour avoir un petit chèque en fin de mois même si ça dépasse leur convictions… »

C’est évident qu’il y’a un problème. ? Qui ment ?
Les Nouvelles Calédoniennes ? Ou les jeunes ?
Cette affaire est extrêmement grave non dans l’histoire mais dans le fond car cela soulève la problématique du non dit ou de la censure.

Les derniers temps, le pays est entré dans un conflit d’intérêt pouvant cacher en arrière plan des négociations au détriment de la situation qui se détériore. Comme la problématique de la bute Conoo.

Les Nouvelles Calédoniennes a-t-elle dénoncée la coupure d’électricité dont les habitants de cet endroit furent victime 24 heures avant le jour de l’an ? Leur promettant de fermer aussi l’eau ? Et cela par les efforts conjugués du gouvernement, du haussariat et même du congrès ? Est-ce normal ? Surtout si nous savons que la bute Conoo n’a pas de contrat EEC ? Depuis 20 ans étant un site revendiqué ?

Pour le problème du 31, est-ce qu’un journaliste est allé voir un de ces jeunes pour demander des explications pour éclairer sa plume ?procédure aujourd’hui est d’attendre que la police envoi leur rapport aux journalistes ou vice et versa. Et l’histoire s’arrête là. Voila comment on rédige les faits divers aux Nouvelles Calédoniennes. Sans vérifier les informations. C’est pratique mais cela dénote d’un manque de professionnalisme aggravé par les préférences politiques des Nouvelles Calédoniennes.

Cela me rappelle étrangement une histoire pendant les événements. La ville à feu et à sang pendant des jours. Les photos ont fait le tour du monde. Dramatique… Les Nouvelles disaient que la faute revenait encore au peuple. Aux indépendantistes…aux jeunes désœuvrés.

J’ai une autre version. Deux hommes saouls se battent sur la place des Cocotiers. La police arrive et les jette dans le fourgon. Un autre pas aviné celui-la, leur demande de ne pas être si violent et se retrouve aussi dans le fourgon, jeté encore plus violemment que les autres. Ceux autour s’indignent.

Ils sont de toutes les communautés et entourent le fourgon qui fonce dans la foule et ainsi déclenche la colère des spectateurs. D’autres fourgons arrivent en renfort et voila comment s’aggrave une guerre civile.

Enfin nous avons bien des choses à apprendre sur la technique de notre société pour cacher certaines choses et montrer certaines personnes du doigt. BRAVO je vous félicite. Une loi doit interdire qu’un parti politique s’approprie un journal “monopole”. C’est une question de bon sens.

Pourquoi la police est-elle si violente ? Si on les écoute, la rage est le seul langage que comprennent les jeunes. Tous les flics ne sont pas cons mais quand il y a fusion entre censure et bavure, les choses doivent être dites pour ne pas créer un courant de violence chez les jeunes.

Dans une dictature cachée sous une démocratie surveillée, avons-nous le choix de penser et de dire “j’aime” ou je “n’aime pas” ?
Nous aimons notre pays avec ses bons et ses mauvais penchants.
Nous sommes une jeunesse conciliante pour un peu qu’on nous demande notre avis et que l’on respecte notre « parlé vrai ». Qu’on ne nous accuse pas de tous les maux de notre société.

La rébellion et la dénonciation sont notre besoin d’exprimer une liberté qui s’en va au fil du temps. En nous refusons cette honnêteté et ce droit inhérent à une société soi-disant “démocratique”, ils ne font que nous pousser au porte du rejet.Tous les éléments sont là pour créer une vraie bombe à retardement…
Qu’allez vous trouver comme excuse la prochaine fois ?

( par Reiva Mateau pour le blog : les enfants du pays)

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. Si personne ne fout le bordel en ville les flics ne peuvent pas faire « de bavures » non ???
    Alors très simplement la question, mise à part le fait qu’il peut y avoir ici ou là des erreurs et des abus de la part de certains flics, qu’en ait-il de ceux qui foute le bordel… ???
    Un peu facile de mettre çà sur la dos des forces de l’ordre…
    Faire des contrôles c’est leur job…
    Circuler dans les rues c’est leur job…
    Appréhender c’est aussi leur job…
    Se tromper c’est comme vous çà arrive…

    Mais arrêtez, le bordel c’est pas eux qui le mettent, c’est vous, c’est nous dans les rues quand on est pas capable de se contrôler, que ce soit la fête ou non…
    Excusez-moi, mais quand on ne peut plus circuler parce qu’il y a une bande d’ivrogne qui traîne sur la route, ben on est pas malheureux de la voir arriver !!!

    Alors de la mesure SVP et surtout, balayons devant notre porte avant d’aller voir ailleurs…. Il est toujours plus facile de reporter la faute sur l’autre…

    1. « Se tromper c’est comme vous çà arrive… »

      Se tromper ça arrive c’est sûr. Leur rôle n’est pas aussi de montrer l’exemple?

      On ne critique pas leur travail, on dénonce leur façon de faire.

      Merci de continuer à fermer les yeux sur les quelques erreurs de certains flics.

      Et ce post avait pour but de dénoncer (encore une fois) la censure des Nouvelles Calédoniennes…

  2. Au final, sans le vouloir, la personne a écrit un article digne des Nouvelles Calédoniennes !

  3. C’est sûr que Les Nouvelles ne sont pas objectives … leur motivation est avant tout de plaire à leur maître… en omettant de rapporter certains faits … ou en les déformant …

    En métropole aussi, c’est comme ça … il suffit de lire ce qui a été écrit sur la Lybie, sur la Syrie … sur la Calédonie pendant les évènements …

    Heureusement que nous avons maintenant internet et des journaux participatifs comme cagou sur lesquels les gens peuvent se faire entendre!

  4. Bonjour,

    Nous sommes des jeunes du pays sans distinction ethnique. Nous avons souhaité faire des articles sur ce qui nous semble aberrant ou difficile à avaler. Bien des choses sont partiellement dit ou complètement ignoré de la population. Parfois même déformé…

    J’espère simplement que les jeunes cessent de croire sans chercher à comprendre.
    Nous voyons trop d’incohérences, de mensonges dans ce pays.
    On croirait un let motiv national !

    Un journaliste a écrit :  » Notre travail est de répondre au téléphone ». Moi ça me fait peur…
    Si on ne vérifie pas ses informations, alors on peut tous coucher sous les ponts ! On peut tous mourir con de toute façon la terre continuera à tourner avec ou sans nous.

    Mourir, il le faut bien un jour mais con ! ça c’est un choix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *