L’exclu et la Taupe…

Tout a commencé par une insulte marmonnée dans le secret du vestiaire français à la mi-temps du match France- Mexique. Depuis, les mots que Nicolas Anelka a proféré à l’encontre de  Raymond Domenech ont fait la Une du  journal l’Équipe  et même le tour du monde. Difficile de faire pire en terme d’image, et pourtant …..
Par contre si il y a bien quelques choses de bluffant c’est quand même la capacité du Français de base a se concentrer sur un problème de forme ( qui est le traitre ??….. Domenech mauvais stratège!!…. l’équipe ordurier et vulgaire!!) alors que ce qui est vraiment ecoeurant …… le fond du fond du problème c’est l’arrogance de ces mecs payes des sommes astronomiques , qui ne respectent ni leur pays ( même pas l’effort de faire semblant de chanter la Marseillaise), meme pas leur supporters ( une chance de sauver l’honneur en etant pas trop bras casse contre L’Afrique du Sud et il se mette en grève d’entrainement ) Et encore moins leur coach ( faut pas oublier qu’a la base que Domenech a été le seul a sauver la figure d’Anelka quand TOUS lui crache dessus … en voila de la reconnaissance..)

Comment voulez qu’ils prennent vraiment conscience qu’il faut se reprendre en main si vous leur servez des excuses sur plateau d’argent ????

Le journal L’Equipe revient largement sur cette histoire dans son édition de ce dimanche, dans un article intitulé « L’Exclu et la taupe… » signé par le journaliste Damien Degorre.

Alors que Patrice Evra, capitaine de l’équipe de France, s’est indigne hier qu’il y ait un « traître » parmi les Bleus, L’Equipe révèle qu’il y en aurait en fait plusieurs.

« L’utilisation du singulier ne révèle qu’une vision parcellaire de ce qu’est leur quête », lit-on dans le quotidien. « Car la divulgation dans ces colonnes des propos tenus par Nicolas Anelka  à la mi-temps de France-Mexique (0-2), jeudi, ne s’appuie pas, c’est évident, sur un témoignage unique. »

Un autre journaliste de L’Equipe, Vincent Duluc, s’est expliqué ce dimanche matin sur Europe 1, admettant que la rédaction était consciente des risques qu’Anelka encourait avec la une :

 » Je ne dis pas qu’on a  pas pense aux conséquences . On savait ce qu’il allait se passer (…) Il est probable que si on n’avait pas mis [cette affaire] à la une, l’équipe de France aurait fait en sorte de ne pas l’évincer. »

Et de justifier le choix rédactionnel de mettre « Va te faire enculer sale fils de pute » – puisque c’est de cette phrase qu’il s’agit – à la une :

« Cette phrase résume le fiasco intégral de cette Coupe du monde française jusque là. Il était difficile de ne pas la mettre en exergue. »

Même Zinedine Zidane interrogé en conférence de presse lundi  n’a pas mâché ses mots a propos de la mutinerie des bleus «Je ne suis d’accord avec leur décision de ne pas participer à l’entraînement. On se souviendra de deux choses sur cette Coupe du monde: le nom du vainqueur, et le fait que l’équipe de France ait refusé de s’entraîner avant son match contre l’Afrique du Sud», explique l’ancien meneur.

Pas de problème avec Domenech

L’ancien international est aussi revenu dans les colonnes sur la rumeur qui l’accuse de donner des conseils aux joueurs et ainsi de court-circuiter l’actuel sélectionneur.  «Je n’ai jamais eu de feeling avec Raymond Domenech, mais je n’ai jamais eu de problèmes aussi. Quand j’étais joueur, j’ai toujours respecté l’entraîneur et les consignes. J’ai toujours respecté les règles. J’ai été capitaine de cette équipe, je n’ai jamais eu un semblant de faux comportement. Quand j’étais joueur, je n’ai jamais donné mon avis sur une composition d’équipe. Quatre ans après, alors que j’ai arrêté, penser que je puisse appeler des joueurs pour faire pression sur le sélectionneur, c’est grave.»

Jouer en équipe de France est un privilège comme a dit Ribéry hier en interview. Et bien, je n’en ai pas l’impression. Rien qu’aux hymnes, je te virerais les « traitres » qui ne chantent pas la Marseillaise. Sans être mauvaise langue, il faudrait mettre un maillot vert sur le dos de certains et je peux vous dire qu’on les verrait se donner un peu plus car ils n’ont (pour certains) aucunement la fierté de la France. Leur coeur est ailleurs alors qu’ils laissent la place à ceux qui sauront nous faire vibrer comme en 98.

Ici la réalité a parfois dépassé l’affliction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *