Match Kanaks – Caldoches : Les Caldoches mal partis !

1. 1988, Accord de Nouvéa : 1 – 0 pour les Kanaks
2. 2012 : Législatives : 2 – 0 pour les Kanaks
3. Echéance 2014-2020 : le match est plié : Victoire des Kanaks !

La campagne des législatives et les résultats du premier tour confirme l’analyse que d’aucuns pouvaient faire au vu de la situation politique locale :

– Les partis indépendantistes Kanaks, après l’accord de Nouméa qui reconnaît leurs prérogatives institutionnelles, ont très bien compris que, comme dans la fable de La Fontaine, mieux valait prendre son temps pour franchir la ligne d’arrivée en tête !

– L’incroyable cécité politique des partis caldoches (la droite encore plus bête que la plus bête du monde !) qui se raccrochent au thème du maintien dans la France alors qu’il est évident que l’accord de Nouméa inscrit l’indépendance entre les lignes ! Cette cécité politique s’accompagne de leur désunion qui, en les décrédibilisant, facilite encore plus le lent processus de l’indépendance.

L’arrivée au premier tour de Jean-Pierre Djaiwé, candidat du FLNKS,
dans la deuxième circonscription s’inscrit dans une logique démographique avec l’émergence d’une nouvelle génération d’électeurs plus sensibles aux thèses indépendantistes.

Le caractère inévitable de l’accès au pouvoir des indépendantistes est aussi une des conséquences du pseudo-gel du corps électoral institué par l’accord de Nouméa du fait de la démographie et de l’arrivée de classes d’âge au seuil du droit de vote. (parmi les candidats, seule Isabelle Lafleur, fille de
Jacques Lafleur, semble avoir pris conscience des effets « pervers » de cette disposition de l’accord de Nouméa)

Cette situation politique n’élude pas la problématique de la Paix en Calédonie.

La problématique aujourd’hui n’est pas « Pour ou Contre l’indépendance » mais l’indépendance avec une réelle mixité sociale ou au contraire avec un communautarisme kanak sectaire !

L’accord de Nouméa a introduit le virus du communautarisme kanak qui s’est si bien développé qu’on en arrive aujourd’hui à cette hérésie des deux drapeaux flottant dans les manifestations officielles du gouvernement de la Nouvelle Calédonie.

Or, il est clair qu’en dehors de ce milieu politicien jouant au jeu de l’attentisme de la faute fatale de l’autre (et dans ce jeu les
Caldoches ne sont pas très bons !), la société calédonienne a évolué et cela doit être aussi mis au crédit de l’accord de Nouméa. Une nouvelle génération apparaît, s’affirmant plus calédonienne que kanak ou caldoche, aimant son pays et désireuse d’y travailler et d’y vivre.

Si ces élections législatives de 2012, exutoire du mythe indépendantiste caldoche, pouvaient faire prendre conscience aux
responsables politiques qu’ils doivent aujourd’hui inscrire les conditions de la Paix dans une vraie mixité socio-politique
pluri-ethnique pour laquelle l’indépendance serait un facteur de développement économique et sociale, elles n’auront pas été inutiles !

Matéo Simoita

Rejoindre la conversation

7 commentaires

  1. « il est évident que l’accord de Nouméa inscrit l’indépendance entre les lignes »
    Ah bon ? Même en cas de non aux 3 referendums d’auto-détermination ? Pas très démocrate Matéo Simoita mais disciple borné de la méthode Coué ! C’est en proclamant répétitivement cette contre-vérité auprès de leurs ouailles que les leaders indépendantistes créent (sciemment ?) une situation potentiellement explosive au lendemain de ces referendums.

    « L’arrivée au premier tour de Jean-Pierre Djaiwé, candidat du FLNKS,
    dans la deuxième circonscription s’inscrit dans une logique démographique avec l’émergence d’une nouvelle génération d’électeurs plus sensibles aux thèses indépendantistes. »
    Ah bon ? C’était le seul candidat indépendantiste et il n’a fait que 36% des votants : si la démocratie est respectée, l’indépendance, entre les lignes ou pas, est mal barrée.

    « Le caractère inévitable de l’accès au pouvoir des indépendantistes est aussi une des conséquences du pseudo-gel du corps électoral institué par l’accord de Nouméa du fait de la démographie et de l’arrivée de classes d’âge au seuil du droit de vote.  »
    Encore la méthode Coué…(sans parler du gel que l’ADN avait prévu « glissant »)

    « l’indépendance serait un facteur de développement économique et sociale, »
    Coué, encore. Vous avez des exemples d’indépendance avec « développement économique et social » à nous exposer, notamment en Mélanésie ? Ne croyez-vous pas que cela va faire réfléchir ceux des indépendantistes suffisamment indépendants de leurs leaders bourreurs de crânes et interférer avec « la démographie et l’arrivée de classes d’âge au seuil du droit de vote » ?

    1. Il y a une dynamique que vous ne pouvez pas nié mais surtout il y a une logique : la présence de la France en Nouvelle-Calédonie est une imposture guerrière, une atteinte grave au droit des peuples anciens et une spoliation ! La France est dans l’obligation morale de redonner son indépendance à ce territoire !

      Si les Caldoches n’étaient pas si obtus et si mal représentés, ils comprendraient que l’accord de Nouméa est une chance de faciliter leur intégration dans ce nouvel futur état et que l’indépendance peut signifier une vraie chance de développement où les intérêts des différentes communautés pourraient être conciliables !

      1. « Nouvelle-Calédonie est une imposture guerrière », pas du tout, c’est a la base une victoire guerrière, dont d’ailleurs on ne peut que se féliciter qu’elle n’aie pas fini comme en Oz, NZ ou les USA.
        tant qu’il y aura du nickel (des $$$$$) la Calédonie ne sera jamais indépendante.
        c’es la meme chose avec l’histoire de tous les états envahis par les USA depuis 50ans..

        sinon ils vont te faire comprendre que euh..bon « c’est un peu notre nickel »..

      2. T’es bien gentil mon chou, mais jusqu’à preuve du contraire c’est dans l’isoloire que les choses se décideront…
        Les ADN mon ami, les ADN…
        C’est simple non !!!

  2. On sait combien coûte la Nouvelle-Calédonie à la France. Maintenant combien elle rapporte à la France? et pas uniquement en terme financier… On serait bien surpris du résultat ! Dire qu’en cas d’indépendance, la Nouvelle-Calédonie serait pauvre c’est de la connerie ! L’accord de Nouméa est un processus de décolonisation, c’est inscrit dans la constitution, et la France se doit d’accompagner le processus. Où est le mal? Indépendance ou pas la Nouvelle-Calédonie doit se prendre en main et gérer elle même ses affaires. Et La France est-elle vraiment indépendante ? au point où elle en est actuellement heureusement que non !

    1. meme les nons kanaks venus ici qui paient les universités, allocs, maternités des « Kanaky » établis en France?

      Kanaky est l’antithese de la mélanésie, Babylone vous a fait rentré dans SON système en vous imprimant ce terme dans le crane.. avec les conséquences que l’on connait, ce aux dépends de tous..
      réfléchis un peu..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *