Calédonie/drapeau: compromis de Fillon

Le Premier ministre, François Fillon, et le président du Sénat coutumier calédonien, Pascal Sihazé, se sont échangés des présents vendredi matin à Matignon en ouverture du 9e comité des signataires de l’accord de Nouméa (1998).

L’ensemble des forces politiques calédoniennes sont réunies depuis vendredi matin autour de M. Fillon, Claude Guéant (Intérieur) et Marie-Luce Penchard (Outre-mer) dans une annexe de l’Hôtel de Matignon où avaient été signés, en 1988, les accords de Matignon qui avaient ramené la paix sur le Caillou.

Cette rencontre annuelle intervient au moment où l’île sort d’une crise politique de quatre mois marquée par une instabilité gouvernementale et à un mois et demi d’une visite de Nicolas Sarkozy.

Avant le début des discussions, qui devaient durer toute la journée, M. Sihazé a respecté la coutume kanak en offrant au chef du gouvernement un chambranle en bois (un totem traditionnellement installé à l’entrée des cases) ceint d’un « manou », sorte de paréo.

« J’espère que les discussions que nous allons entamer seront placées sous le signe de cette solidarité, de cette sincérité » symbolisées par l’échange de présents, a déclaré M. Fillon, qui doit donner une conférence de presse à 17h15. « Quant à mon +grand chef+ (M. Sarkozy, ndlr) (…) il a hâte de venir vous rencontrer » à l’occasion de l’ouverture des jeux du Pacifique fin août, a assuré le Premier ministre, reprenant le vocable traditionnel employé par M. Sihazé.

Le comité des signataires devrait poursuivre sur les thèmes abordés l’an dernier: les transferts de compétences et, notamment, l’enseignement du second degré, le bilan de l’accord de Nouméa, le schéma industriel stratégique du nickel et la préparation de l’après 2014, date à partir de laquelle doit être organisé un référendum sur l’auto-détermination.

François Fillon a assuré aujourd’hui que les deux drapeaux kanak et tricolore, contestés par une partie du personnel politique calédonien, continueraient à « flotter » sur le Caillou dans l’attente d’un drapeau commun, prévu par l’accord de Nouméa (1998).

« Le Congrès de Nouvelle-Calédonie a adopté l’an dernier, à une large majorité, un voeu favorable aux deux drapeaux », a déclaré M. Fillon au cours d’une conférence de presse, rappelant qu' »avec le Président de la République, (ils) avaient accepté cette décision ». « Les deux drapeaux continueront à flotter jusqu’à ce que la recherche en commun de ce signe identitaire, prévue par l’accord de Nouméa, aboutisse », a ajouté M. Fillon, qui a précisé que « toutes les décisions seraient prises » pour que les deux drapeaux apparaissent sur les bâtiments publics.

(source : AFP, copyright .Tous droits réservés )

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. L’initiative foireuse de PF continue de diviser les calédoniens. Dire que c’est une solution « transitoire » est bien plus facile dans les mots que dans les actes. Maintenant que les couleurs indépendantistes ont acquis une « illégitime légitimité » grâce à PF et avec la bénédiction de Matignon et de l’Elysée qui va les descendre le jour où un hypothétique drapeau commun verra le jour ?
    Vous Monsieur Fillon ? J’en doute fort ! Petelo ? Mouarf, mouarf, mouarf !!! Ne rêvons pas c’est du transitoire qui va durer, la descente du drapeau FLNKS sera ressenti comme une provocation par le camps indépendantiste (et leurs copains zozo-bobo-gauchos)… Merci qui ?

  2. Je ne pense pas qu’il faille percevoir le fait que le drapeau kanak flotte à côté de celui de la France comme une defaite ou un recul…. au contraire, je pense qu’on fait là ce qu’il faut pour que le procésus continue à évoluer. Il fallait reconnaître d’abord les Kanaks et leur légitimité à demander cette reconnaisance. Cela fait il est maintenant possible de commencer à penser un drapeau commun. Les accords dé Nouméa sont clairs, il nous faut à nous et ensemble de trouver un drapeau en commun et ce n’est pas en pleurant dans les jupes de l’état qu’on y arrivera.Il n’a jamais été dit que le drapeau kanak devienne ce drapeau….on le voit bien qu’il ne fait pas l’hunanimité…. Il faudra du courage politique, de la tolérance, de l’intégrité et de l’honneté de la part de nos politiciens mais aussi la reconnaissance et les excuses d’un peuple qu’il en a exploité et spolié un autre pendant plus d’un siècle pour que les prémices d’une nouvelle société calédonienne soient établis. il fait que la colonisation a apporté des bienfaits mais pas seulement … tout le monde est outré quand dans un western l’on voit des indiens expulsé de leur terres manu militari … mais c’est aussi ce qui s’est passé ici…. Il ne faut pas se voiler la face et tenter d’oublier le passé. Il faut y faire face pour pourvoir avancer, cette fois ci ensemble. Le drapeau c’est à nous de le faire… pas au gouvernement Français, qu’il soit de droite ou de gauche d’ailleurs. La meilleure façon de s’exprimer sur ces signes identitaires est le vote!!!! donc il faut demander à nos élus de soumettre des signes au vote du peuple !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *