Passe droit !

Jusqu’à preuve du contraire le lagon calédonien, est inscrit au patrimoine de l’ humanité…Le Président de la  Province Sud, notre « pétélo » devrait montrer l’ exemple.

Mais voici le résultat du travail d’ une pelle Poclain fait sur le platier droit du canal woodin.

Canal creusé, îlot artificiel, digue pour contrer la houle et le vent, pour que Monsieur puisse naviguer jusqu’à terre avec son bateau.

Normalement l’ île Ouen est une réserve intégrale, le terrain lui
aurait été offert par la tribu de Uara quand « pétélo » était maire du
Mont-Dore.

Est-ce une pelle de la Mairie du Mont-Dore? dans ce cas qui a payé? nous les idiots de contribuables! c’ est écoeurant! je hais la politique et les politiciens.
Tous des profiteurs et des opportunistes. Il faut que les calédoniens
se réveillent, quel gâchis!!! faites suivre sans oublier de
transférer par la voie Cci…

voir cette magnifique Photo prise par le satellite inscrit par Google Earth!!!

Rejoindre la conversation

9 commentaires

  1. petit rappel historique nécessaire
    « Après la prise de possession de l’archipel, l’État se proclame, par deux déclarations de 1855 et 1862, propriétaire de toutes les terres. L’arrêté du 22 janvier 1868 laisse une partie de ces terres aux Kanaks : la propriété « incommutable, insaisissable et inaliénable » de ces domaines est reconnue aux tribus (les Kanaks ne peuvent ni les vendre, ni en acheter, mais sont aussi théoriquement protégées contre toutes violations de terres) mais la délimitation est faite de telle manière que certaines terres initialement concédées sont finalement retirées aux Mélanésiens au profit des colons, tandis que du bétail de ces derniers s’introduit régulièrement sur les terres coutumières et abîme les champs d’ignames et de taros. Plus tard, le code de l’indigénat, mis en place par les décrets de 1874 et 1881, est appliqué totalement en Nouvelle-Calédonie en 1887. Il fait des Mélanésiens des « sujets de la France », ne jouissant d’aucun droit civil mais uniquement de leur droit personnel conféré par la religion et la coutume. Ils payent alors un impôt de capitation, sont soumis aux réquisitions de main d’œuvre au profit des autorités ou des colons, le gouverneur nomme les chefs de tribu et les grands-chefs et délimitent leurs pouvoirs, la pratique de la sorcellerie ainsi que le port d’arme ou le fait de circuler nus sont interdits. Au final, le code de l’indigénat aboutit ni plus ni moins à une politique de cantonnement menée à partir de 1897 par le gouvernement français, visant à rassembler tous les Kanaks dans les réserves en leur allouant une superficie moyenne de trois hectares par habitant et remettant donc totalement en cause le découpage de 18688. Et ce domaine est régulièrement rogné par les autorités afin d’y installer des colons : ces « réserves » passent ainsi de 320 000 à 124 000 hectares de 1898 à 1902, à l’instigation du gouverneur Paul Feillet9. Seules les Îles Loyauté sont des réserves kanakes intégrales. »

    Bien QUI maintenant peut m’expliquer ( d’autant que les ADN ont confirmé le statut hors commerce des réserves) comment Petelo aurait pu se faire donner???un bout de l ‘île Ouen
    c’est impossible même pas loué. Anonymoos tu racontes n’importe quoi-:))))))

  2. une partie Ouest de l’île OUEN avait été cédé à un colon ( je ne me souvient plus du nom). Celui ci avait revendu une partie où avait été édifié un hotel et la pointe avait été cédée à un pilote de transpac qui a lui-même revendu celle-ci à P. FROGIER.
    Les travaux ont été effectués avant le classement par l’UNESCO.
    Dans le passé, d’autres cheneaux ont été réalisés par des particuliers et des mineurs.

  3. Encore et toujours la même chanson!!!

    Si c’était vraiment la vérité qui vous intérressait, il serait très simple d’aller au service du domaine pour savoir que la propriété a été vendu par un Monsieur Lafarge, qui lui même avait achété la propriété à un monsieur Cané (c’est lui le colon en question).

    Si c’était vraiment la vérité qui était recherché, il serait très simple d’aller à la direction de l’environnement de la province sud pour savoir qu’une étude a été menée par la direction de l’environnement et du patrimoine sur l’impact de la demande de travaux sur la mangrove. L’étude a été menée, et le permis de travaux accordé en 2007, quand Gomès était président de la province sud!!! MDR!!!

    Mais c’était vrai que dans tout ça, c’est pas la vérité qui vous intéresse, sinon, ça se saurait!!!

  4. ca sent le Tardy mal enmanché là dessous!!
    A force de cracher partout, tu vas finir par marcher dedans!!!
    LOL

  5. ben voila une réponse précise ,reste à établir comment le sieur Cane était devenu propriétaire… mais bon,là on tombe sur le problème numéro uno local
    maintenant si les coutumiers de l »île Ouen trouve qu’il est bon il est bon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *