Sophia Aram demande la demission de Nadine Morano

Ce matin dans Libération, l’humoriste Sophia Aram qualifiait le Ministre de l’Apprentissage de menteuse.Info rapidement reprise par Morandini.
Souvenez vous de  la chronique de Sophia Aram sur France Inter mercredi dernier qui a agité les médias, et a surtout agité Nadine Morano, le Ministre de l’Apprentissage et de la Formation Professionnelle, visée par le billet humoristique.

Ce matin, Libération publie une tribune intitulée « Humoriste, un job pas toujours facile », dans laquelle Sophia Aram se demande si Nadine Morano ne serait pas une menteuse. En effet cette dernière crie sur tous les plateaux télé, depuis mercredi dernier, que Philippe Val, patron de France Inter, l’aurait appelée pour s’excuser platement des propos tenus par sa chroniqueuse. L’humoriste explique : « Il lui a téléphoné. Par politesse, pour lui expliquer qu’il comprend son émotion mais qu’il n’est pas nécessaire de dramatiser les propos. » Avant de conclure : « Donc… Nadine Morano ment. »

Sophia Aram va même plus loin, jusqu’à demander « solennellement » la démission du Ministre, et au passage lui proposer un autre job qui lui conviendrait mieux : « Qu’elle se reconvertisse au Théâtre des Deux Ânes, ou qu’elle ouvre une pizzeria, mais qu’elle démissionne. »

Madame la « Ministre-Twittasse » n’a pas encore réagi, mais nous attendons de voir surgir un de ses tweets ébouriffants à n’importe quel moment…

Rejoindre la conversation

1 commentaire

  1. cette « humoriste » auto-proclamée ne m’a jamais fait ne serait-ce que sourire…
    Elle donne des leçons aux Français alors que quand on voit sa famille:

    La mère de Sophia Aram en prison
    La mère de Sophia Aram en prison
    15 juin 2011
    Une ancienne adjointe socialiste au maire de Trappes (mère de Sophia Aram) a été condamnée aujourd’hui à deux ans de prison, dont 18 mois avec sursis, pour avoir promis contre rémunération à des personnes en situation irrégulière des titres de séjour qu’elle n’a jamais obtenus. Condamnée pour « trafic d’influence » et « abus de confiance » entre 2008 et 2010, Khadija Aram, 64 ans, a également été condamnée pour cinq ans à une interdiction des droits civiques et civils.En proie à des difficultés financières, la sexagénaire, née au Maroc, avait proposé à huit ressortissants de ce pays de leur obtenir des papiers contre de l’argent. Ne voyant rien venir, les huit sans-papiers avaient réclamé le remboursement. La sexagénaire avait alors utilisé deux chèques de l’association « Femmes de Trappes », qu’elle préside, pour « cautionner » des remboursements. A la barre, d’une voix quasi inaudible, l’ancienne élue a dit « regretter » les faits. « Elle s’est trouvée au coeur d’un système qu’elle n’a pas maîtrisé », a plaidé son avocate Me Virginie Badier-Charpentier, ajoutant que sa cliente avait « reconnu avoir perçu la somme globale de 18.500 euros », tandis que la justice lui reproche d’avoir reçu 31.500 euros.

    « Je lui ai fait confiance parce que c’est une élue et on est du même pays », a déclaré Tawfik, une des victimes. « Elle m’a proposé de l’aide en me disant qu’il vaut mieux prendre l’ascenseur que l’escalier et elle m’a montré la carte de visite de quelqu’un bien placé au ministère de l’Intérieur. » Après avoir rappelé que la peine encourue était de dix ans d’emprisonnement et 150.000 euros d’amende et pointé les « mensonges » de la prévenue, le procureur avait requis trois ans de prison, dont deux avec sursis. « Il y a une trahison derrière le trafic d’influence, une trahison par rapport à des individus et une trahison des électeurs », avait insisté la magistrate.

    La ville de Trappes, qui s’est constitué partie civile, a obtenu un euro de dommages et intérêts.

    je doute que cette histoire fasse l’objet d’une chronique sur Inter!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *