Le gouvernement résigné à perdre son AAA

Finalement, après la panique d’une perte du AAA, le gouvernement adopte une attitude résignée, mais sereine.

La panique a cédé à la résignation. Le gouvernement français s’attend à perdre le sacro-saint AAA sur l’autel de la crise financière qui secoue la zone euro. Ainsi Alain Juppé a jugé que la dégradation de la note française ne serait « pas insurmontable » et « pas un cataclysme ». « La dette de la France s’élève à 1700 milliards d’euros. Si l’on suppose que perdre son ‘AAA’ pourrait provoquer une hausse de deux points des taux d’emprunts, cela signifierait que la France devra emprunter 34 milliards de plus », affirme un expert des agences de notation selon Le Figaro.