Je ne peux être séparé de ce que je suis

2020 fut pour moi une année extraordinaire de levée d’obstacles et de pardon des illusions.

L’illusion de la séparation m’est réapparue temporairement en 2020, ceux qui suivent les aventures humaines du petit personnage le savent, mais tout est parfait à qui sait regarder avec les yeux de l’Esprit qui sont ceux de l’Amour. Tout est accueilli, l’illusion pardonnée, et mes frères et sœurs reconnus et donc aimés. L’Amour règne toujours en paix 😉

Cette expérience bénie m’a amenée à choisir entre le mental et l’Esprit une bonne fois pour toute… terminé l’illusion mentale de la séparation. Aussi je vous partage la bénédiction qui est aussi la votre à travers cette vidéo sur la non dualité.

Une image est juste une image. L’explication d’une parabole de Jésus.

Parabole de Jésus :

Quand pour vous le deux sera l’Unique, quand l’intérieur sera l’extérieur et le haut comme le bas, afin de faire le mâle et la femelle en un seul, de sorte que le mâle ne soit pas mâle et la femelle femelle, quand vous verrez des yeux à la place d’un œil, quand pour vous une main sera une main, quand un pied sera un pied et une image une image, alors vous entrerez dans le Royaume.

Source : Apocryphe: L’Évangile selon Thomas (ouvrage du IIe siècle écrit en copte découvert en 1945, à Nag Hamadi, dans le désert égyptien), logia 22  

Une image est une image…

La conscience voit l’ensemble,

Allah ne compte pas

Dieu est. Allah est. C’est pareil… juste un nom pour ce qui est sans forme et sans-nom. Sans genre. Sans dualité. Sans séparation. La Seule et Unique Réalité Infinie.

Et Allah ne compte pas !

Dieu ne compte pas car il n’y a que Cela. Que l’Unité.

On pourrait dire que Dieu compte jusqu’à I car il a créé une extension identique et parfaite de “Lui”-même, qu’on appelle le Christ ou le Bouddha selon les traditions…

C’est le seul et unique “niveau” (sans-niveaux) de la Réalité, celui de l’Esprit. Appelé aussi “Le Ciel” ou “Le Royaume” selon les traditions.

Mais quand les “2”, sont en réalité identiques et

Le Grand Esprit et le faux monde du Grand Architecte

Il était une fois, le Grand Esprit sans forme, qui était seul, entouré de néant. Hors du temps et de l’espace.

Ne souhaitant pas rester seul mais n’ayant rien d’autre que Lui-même pour créer un compagnon, il s’allongeât Lui-même, s’étendit Lui-même, telle une goutte d’eau s’étirant sans se couper. D’un point, il devint un trait. Un Rayon. Une extension identique et unie dotée de tous ses attributs.

Et pour la première fois, il put se contempler et “Il” s’aimait tellement “l’un l’autre” que cela créa une création conjointe et Unifiée qui était aussi pur Esprit, faite de lumière éternelle, sans forme, mais en mouvement.

On les appelait, le Père et le Fils, mais en réalité, ils ne faisaient qu’UN et ne possédaient pas d’attributs dualis

Le Grand Esprit et le faux monde du Grand Architecte

Il était une fois, le Grand Esprit sans forme, qui était seul, entouré de néant. Hors du temps et de l’espace.

Ne souhaitant pas rester seul mais n’ayant rien d’autre que Lui-même pour créer un compagnon, il s’allongeât Lui-même, s’étendit Lui-même, telle une goutte d’eau s’étirant sans se couper. D’un point, il devint un trait. Un Rayon. Une extension identique et unie dotée de tous ses attributs.

Et pour la première fois, il put se contempler et “Il” s’aimait tellement “l’un l’autre” que cela créa une création conjointe et Unifiée qui était aussi pur Esprit, faite de lumière éternelle, sans forme, mais en mouvement.

On les appelait, le Père et le Fils, mais en réalité, ils ne faisaient qu’UN et ne possédaient pas d’attributs dualis