un convoi radioactif controversé destination Japon

Un convoi maritime doit partir ce mercredi de Cherbourg pour rallier le Japon, avec son bord un combustible très radioactif et controversé.

Du MOX, combustible très radioactif et controversé contenant du plutonium, est arrivé mercredi dans la nuit à Cherbourg, en attente d’un départ dans la journée pour le Japon, après un convoi terrestre sous haute surveillance et sans encombre de plusieurs heures depuis l’usine Areva de Beaumont-Hague.

Arborant des pancartes « Stop plutonium », une trentaine de militants de Greenpeace ont déclenché une sirène le long d’une route au passage du convoi peu avant son arrivée sur le port. Une trentaine de CRS s’étaient positionnés entre les militants et la route. Les trois camions de MOX étaient escortés par des dizaines de fourgonnettes de force de l’ordre.

Le chargement devrait démarrer dans la matinée, selon Areva qui n’a pas voulu préciser les quantités de MOX. C’est le cargo Pacific Egret qui transporte la dangereuse cargaison. Selon Greenpeace, il y aurait un peu plus de 10 tonnes, soit 650 à 800 kg de plutonium, « le plus grand radiotoxique du monde » qui peut servir à fabriquer des bombes, ce que réfute Areva. Le MOX doit permettre selon elle de « recycler » le plutonium produit lors de l’irradiation de combustibles classiques dans les centrales nucléaires.

Un convoi menacé par le conflit avec la Corée du Nord?

Selon Greenpeace, les bateaux sont équipés chacun de deux canons 30 mm, et une trentaine d’hommes en tout d’une force spéciale britannique seront chargés d’assurer leur sécurité. Les Etats-Unis suivent également discrètement le transport puisque les matières fissiles japonaises sont sous leur contrôle.

Le convoi maritime doit durer environ 65 jours, selon Greenpeace. Ce premier transport de MOX depuis la catastrophe de Fukushima en mars 2011 est vivement critiqué par Greenpeace, Sortir du nucléaire et Europe Ecologie les Verts qui en ont demandé l’annulation.

Les opposants au transport soulignent en outre que celui-ci intervient au moment où la Corée du Nord menace les Etats-Unis de guerre nucléaire et où le Japon a installé des missiles en plein coeur de Tokyo pour intercepter un éventuel missile nord-coréen

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *