Une explosion sociale en France dans les prochains mois?

Sept Français sur 10 (70%) estiment que la France pourrait connaître une explosion sociale au cours des prochains mois, selon un sondage Ifop à paraître dans Dimanche-Ouest France.

Le risque, « dans un contexte marqué par de nombreux plans sociaux et une forte tension entre l’exécutif et la rue, principalement dans le cadre des mobilisations des opposants au +mariage pour tous+, analyse l’Ifop, est jugé « certain » par près d’un Français sur cinq (19% des 1.005 personnes interrogées par l’Ifop). Il est jugé « probable » par 51% des sondés.

Lors de précédents sondages, en 1998 pour l’Événement du Jeudi et en 2009 pour Challenges, le risque d’explosion sociale était craint respectivement par 64% et 66% des Français. Selon l’Ifop, « si aucun clivage de sexe ou d’âge ne semble se dessiner, l’appréhension du risque d’explosion sociale en France apparaît liée à la catégorie socioprofessionnelle, à la région d’habitation ainsi qu’à la proximité politique ».

Ainsi, poursuit l’institut de sondage, « les ouvriers se montrent plus nombreux qu’en moyenne à s’attendre à une explosion sociale (à 81%, soit 11 points de plus que l’ensemble des Français), les professions libérales et cadres supérieurs semblant quant à eux plus dubitatifs quant à la survenue d’un tel événement (seuls 57% le redoutent pour les prochains mois) ».

Les habitants du Grand Ouest, « région pourtant traditionnellement modérée » souligne l’Ifop, estiment à 77% l’arrivée probable ou certaine d’un tel événement dans les prochains mois. En Ile de France, ils sont 66% à partager ce sentiment.

Il faut cependant rajouter ceci, Etienne Chouard sur la Dette et le projet de Constituante – Extraits choisis :

« Nous ne sommes pas citoyens. Nous ne sommes qu’électeurs. »« Je ne parle plus de crise, parce que c’est un coup d’état. Une crise est un accident. Là, c’est pas du tout un accident, tout se passe comme prévu. Je pèse mes mots ! Nous sommes fous de parler de crise dans ce qui est objectivement un coup d’état bancaire, privé, anti-républicain, anti-démocratique. Nous devrions être en insurrection (insurrection pacifique, non-violente) […] »« On nous présente aujourd’hui comme une catastrophe imprévue ce qui est construit sciemment par nos parlementaires depuis 40 ans.
On se moque de qui ?

Si je dois résumer, le problème de la dette publique, je vais utiliser un gros mot : le mot « fascisme ». C’est un mot violent, qui décrit une période extrêmement brutale de notre Histoire, mais qui n’est pas du tout fini. Les méthodes ont changé, elles sont moins brutales en apparence. Mais l’objectif du fascisme qui était de mettre l’état à la disposition des plus riches, leur permettant ensuite de supprimer les syndicats, de se débarrasser des résistances des salariés pour que les salaires puissent être aussi bas que possible, sans contre-pouvoir, ce projet fasciste est absolument d’actualité. Les institutions européennes ont été voulues, écrites et financées par les mêmes qui ont financé (bip). »
« Nous, on régresse […]. On accepte leur vocabulaire. On continue à parler de Démocratie. On défend le suffrage universel comme si c’était une Vache Sacrée, alors que c’est [justement] le suffrage universel qui, depuis 200 ans, permet aux riches d’acheter le pouvoir politique, et de concentrer les pouvoirs […] »

« Nous devrions être protégés par la Constitution, [mais] nous laissons écrire ce texte protecteur par ceux dont elle devrait nous protéger ! »« Il nous faut une Assemblée Constituante d’où les acteurs professionnels [de la politique] seraient exclus. Il ne faut pas d’homme de parti, ni parlementaire, ni ministre, ni juge, ni banquier, aucun homme de pouvoir. »« Je suis nationaliste parce que si je perd la Nation, je perds ce que Robespierre m’a donné comme outil pour résister à Monsanto »« Il faut prendre le problème à la racine […]. Les injustices sociales […] ont une racine commune qui est notre impuissance politique, qui ne tombe pas du ciel : elle est programmée dans un texte dont nous nous fo.ut.ons. Je suggère que nous arrêtions de nous en fo.utr.e…..

Rejoindre la conversation

2 commentaires

  1. Sauf erreur et dans ce cas vous m’en excuserez, c’est bien la première fois que je vous lis citant Etienne Chouard!!! Il était temps et vous en remercie…… SVP évitez les bips inutiles il est de notoriété que les grands argentiers et grands industriels de la planète ont porter Adolphe le peintre 🙂 et les partis fascistes au pouvoir puis financer dans la foulée les alliées. Vous remarquerez que c’est ce qui se passe encore aujourd’hui. ce sont exactement les même voir leurs héritiers qui finances et arment les terroristes (pour la majorité des pauvres gens enrôlé par des bandits poussé à la violence par la misère et la faim) ce qui leur permet ensuite de coloniser ce même pays sous couvert de rétablissement de « démocratie » (vous noterez les guillemets) et piller tranquillement leurs dernières richesses .
    Au passage, partagez également les écrits de Michel Collon, D’André Jacques Holbecq, De Claude et Lydia Bourguignon, De Pierre Rahbi et pour finir avec un peu d’humour Franck Lepage….. qui chacun dans leur domaine sont des pointures et mériterai d’être plus connu qu’ils ne le sont. Les gens connaissent les remplaçants des équipes de foot de troisième division et ne connaissent même pas le non des deux derniers microbiologiste spécialisé dans l’analyse de la terre d’Europe; Par nos temps troublés ça craint un peu il me semble………….

  2. On ne peut pas contenir la révolte populaire et l’explosion sociale par un Etat policier. Ce n’est « démocratiquement » pas acceptable.

    Par contre, il est tout à fait justifié de le faire pour assurer la sécurité des citoyens contre les actes de terrorisme qui tombent fort à propos …

    Un initié (je crois que c’était David Rockfeller) disait qu’ils peuvent porter atteinte aux libertés des gens dans n’importe quel pays, y compris en démocratie. Il suffit de faire croire aux gens que c’est pour leur sécurité…

    http://www.cagou.com/blog/france/au-mois-de-mai-on-est-mal-barres/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *