Vie privée d’Eric Besson: le ministre contre-attaque

Dans un communiqué adressé par son ministère, Eric Besson indique qu’il va porter plainte contre les magazines Voici et Paris Match. Qu’est ce qui pourrait pousser l’homme politique à attaquer ces magazines people ? La même raison que certains people, la diffusion de photos où on le voit avec sa nouvelle épouse, Yasmine Tordjman, sans son accord.

Le ministre de l’immigration Eric Besson avait déjà poursuivi le magazine Voici en justice l’année dernière. L’hebdomadaire avait en effet révélé la nouvelle idylle du ministre avec la jeune Yasmine Tordjman. Voici avait été condamné à verser un total de 20.000 € de dommages et interêts au couple, précise L’Express.

« Eric Besson et son épouse ont décidé de mandater un avocat afin que celui-ci engage des poursuites judiciaires à l’encontre des hebdomadaires ‘Voici’ et ‘Paris Match’ qui ont publié sans autorisation des photographies prises à leur insu et qui portent atteinte à leur vie privée », indique le communiqué adressé par le cabinet du ministre.

D’autre part, Le ministre a été accusé d’avoir réglé les billets d’avion pour un voyage en Italie, aux frais du contribuable, par Bakchish, ce qu’il a immédiatement démenti, la qualifiant « d’absurde » indique Le Post.fr.

Accusation reprise par plusieurs sites d’informations, mais également par le trublion Stephane Guillon, avec qui le Ministre de l’immigration avait déjà eu des grieffes. En effet, comme le rapporte FullHdReady, Guillon a repris cette information pour un sketch de sa fameuse « semaine de guillon », dans l’émission de Thierry Ardisson Salut les terriens, ce samedi soir sur Canal+.

Eric Besson a annoncé jeudi son intention de porter plainte contre l’hebdomadaire satirique, en plus de ses plaintes contre Voici et Paris match. Quant à Stephane Guillon, on se demande si le ministre se lancera dans une nouvelle bataille médiatique avec l’humoriste récemment licencié de la radio publique France Inter.

Stéphane Guillon se lance dans la chanson: « Capri c’est gratuit ».

L’humoriste fait  donc bel et bien reference à l’accusation de Backchich portant sur le voyage de noce du ministre de l’Immigration. Pour le site internet, il aurait été payé aux frais du contribuable.
Stéphane Guillon avait fait une rentrée discrète, comme assagi après son départ de France Inter. Il s’est bien rattrapé hier, moquant Eric Besson et son voyages de noces qui selon le journal Bakchich aurait un peu coûté aux contribuables, vu que c’est le ministère de Besson qui aurait réglé la note : «tant le ministre que son épouse ont été les invités de la République» dit Bakchich.

Selon le journal, la nouvelle madame Besson a été inscrite sous le libellé «délégation ministère Eric Besson» pour laisser croire que «le ministre est parti pour une mission officielle et que sa femme l’accompagnait professionnellement». Une aubaine pour Guillon, qui s’est déchaîné hier sur le plateau de « Salut les terriens », soutenu par le rire complice de Thierry Ardisson.

Une accusation réfutée par le ministre, qu’il a qualifiée « d’absurde ».

Le problème, c’est qu’Eric Besson a nié avec force ces informations, produisant factures et justificatifs et menacant (comme d’habitude) de poursuivre Bakchich en justice, menaces et justifications qui ont fait rire le grand chef de Bakchich Nicolas Beau : « ces pièces semblent avoir été produites par le ministère dans la précipitation ». S’il admet que la photo de la carte de crédit est « une pièce incontestable », il souligne en revanche que la facture envoyée par le ministère « comporte des erreurs troublantes » : elle n’a pas été envoyée à la bonne adresse et ce n’est pas la bonne somme qui y figure », précise-t-il.

Bref, la sortie de Guillon (façon Le Luron 1984), qui reprend les accusations de Bakchich sans tenir compte de la réaction de Besson, devrait conduire Eric Besson à engager le plus rapidement possible des poursuites en diffamation contre Guillon, Ardisson et Canal plus, rien que ça…

Logique non ? S’il ne le fait pas, cela pourrait nous amener à en conclure qu’il a quelque chose à cacher. Et même s’il le fait, il faudra s’assurer qu’il aille jusqu’au bout. On en a souvent vu, en de semblables circonstances, des personnes autoproclamées atteintes dans leur honneur et victimes  de diffamation, annoncer des poursuites, déposer la plainte, puis la retirer en douce pour éviter les ennuis qui pourraient naître des débats de fond, devant des juges.

Stéphane Guillon, avec sa chansonnette, mine de rien, a fait de la haute politique. Quel talent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *